Tell Nebesha

établissement humain en Égypte

Tell Nebesha
Ville d'Égypte antique
Tell Nebesha
Sphinx de granit noir, XIIe dynastie - Musée des Beaux-Arts (Boston)
Noms
Nom égyptien ancien Imet (Im.t)
Imyt (Jmy.t)
Nom arabe Tell Nebesha, (arabe : تل نبيشة)
Administration
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Région Basse-Égypte
Nome 19e : Nome inférieur de l'Enfant royal (Jmt-Pḥw)
Géographie
Coordonnées 30° 51′ 36″ nord, 31° 54′ 38″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Égypte
Voir sur la carte administrative d'Égypte
City locator 14.svg
Tell Nebesha
Géolocalisation sur la carte : Égypte
Voir sur la carte topographique d'Égypte
City locator 14.svg
Tell Nebesha

Tell Nebesha est le nom actuel de l'ancienne Imet (Im.t), ancienne capitale du 19e nome de Basse-Égypte, avant d'être supplantée par Tanis pendant la Troisième Période intermédiaire.

Site archéologiqueModifier

Le site se compose de trois zones : le site du temple, la ville et le cimetière[1].

Un temple sur le site, dédié à la déesse Ouadjet, la déesse cobra de la Basse-Égypte, pourrait avoir été construit pendant la période ramesside. Pourtant, les inscriptions découvertes sur le site « indiquent clairement que l'occupation a commencé à la XVIIIe dynastie »[2]. Ouadjet était vénérée dans la région comme la « Dame d'Imet ». Plus tard, elle a été rejointe par Min et Horus pour former une triade de divinités. Celle-ci était basée sur un modèle osiriaque identifié ailleurs en Égypte[2]. L'enceinte contenait deux temples. Un plus petit a été daté par des dépôts de fondation nommant le roi Amasis de la XXVIe dynastie. Il semble avoir été dédié à la divinité Min. Le plus grand temple était dédié à Ouadjet.

Des monuments réutilisés du Moyen Empire ont également été découverts. Il est possible qu'ils aient été déplacés ici depuis un autre endroit.

Fouilles archéologiqueModifier

En 1886, alors qu'il travaillait pour l'Egypt Exploration Fund, Flinders Petrie y a effectué ses premières fouilles. Parmi les vestiges d'un ancien temple, Petrie a trouvé un sphinx royal, qui se trouve aujourd'hui au Museum of Fine Arts de Boston. On pense maintenant que la sculpture date de l'époque d'Amenemhat III (XIIe dynastie) ou plus tard[3]. Petrie a conclu que le temple a été construit au cours de la XIIe dynastie, puis réutilisé à la XIXe dynastie sous Ramsès II.

Au cours des fouilles de Petrie, dans l'une des tombes les plus anciennes, près de deux cents statuettes funéraires sans inscription en poterie vernissée verte ont été découvertes ; et dans une autre tombe, près de trente mille perles de verre, d'argent et de lapis-lazuli ont été trouvées. Des pointes de lance en bronze, des amulettes, des scarabées ont également été découverts en grande quantité[4].

Petrie a également trouvé les restes d'une statue colossale assise de Ramsès II, un autel en granit du Moyen Empire, et les restes de deux statues-trônes du Moyen Empire taillées dans du grès rouge. Plus récemment, le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes y a effectué des fouilles. Des sépultures du Moyen Empire et plus tardives ont été identifiées. Quelques tombes saïtes ont été découvertes au cours des saisons 1985/1986.

ToponymieModifier

Dans l'Égypte antique, le site a eu plusieurs noms :

Imet
M17Aa15G17X1A17O49
Jm.t[5]
Imyt
M17G17Z4M17 M17 Q7X1
O49
Jmy.t[5],[6]

Notes et référencesModifier

  1. Farun-Nebesheh site survey www.deltasurvey.ees.ac.uk
  2. a et b Vincent Razanajao, D'Imet à Tell Farâoun : recherches sur la géographie, les cultes et l'histoire d'une localité de Basse-Égypte orientale. (English synopsis)
  3. Rita E. Freed, « Defending Connoisseurship: A Thrice Re-inscribed Sphinx of Dynasty XII », dans Donald P. Hansen, Erica Ehrenberg, eds. Leaving No Stones Unturned: Essays on the Ancient Near East and Egypt in Honor of Donald P. Hansen. « https://web.archive.org/web/20131104131948/http://books.google.ca/books?id=6lDgYxV0DN8C&pg=PA77 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Eisenbrauns, 2002. p. 77 (ISBN 1575060558)
  4. Amelia Edwards, Pharaohs Fellahs and Explorers, New York, Harper & Brothers, 1891.
  5. a et b Henri Gauthier, Dictionnaire des noms géographiques contenus dans les textes hiéroglyphiques Vol. 1, , 73-74 p. (lire en ligne)
  6. E. A. Wallis Budge, An Egyptian hieroglyphic dictionary: with an index of English words, king list and geological list with indexes, list of hieroglyphic characters, coptic and semitic alphabets, etc. Vol II, John Murray, (lire en ligne), 957