Tarare (machine)

machine utilisée lors du vannage

Le tarare, aussi appelé diable volant, vanneuse ou traquinet ou  vannoir ou  ventoir est une machine utilisée lors du vannage. Il permet de remplacer le vannage manuel qui se faisait par jour de grand vent avec un van en jetant en l'air les grains pour les séparer des impuretés (balle). Le tarare tire très probablement son nom du radical onomatopéique « tar », lequel « évoque un bruit fort et prolongé, cette machine étant ainsi appelée à cause du bruit qu'elle fait »[1].

Un tarare.
Schéma montrant le fonctionnement d'un tarare.

Apparu au début du XVIIe siècle aux Pays-Bas[2], il est constitué d'un ventilateur et de grilles, le tout étant actionné par une manivelle, ou parfois un moteur.

Avec les progrès de la mécanisation, le tarare fut intégré dans la batteuse. La séparation du grain des multiples indésirables (poussières, mauvaises graines, balle…) était une première étape. Pour l'utilisation en semences de ces graines, il fallait les trier avec des grilles vibrantes (des cribles) et des alvéoles rotatives. Le calibrage des graines de céréale par le trieur fut, pour le monde agricole, une étape du progrès dans les rendements : c'était un début de sélection massale.

RéférencesModifier

  1. « Article "Tarare "dans le Trésor de la Langue Français informatisé », sur stella.atilf.fr (consulté le )
  2. François Sigaut, « La Chine, l'Europe et les techniques agricoles (note critique) », Annales ESC, janvier-février 1989, 44-1, p. 207-216.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :