Ouvrir le menu principal

TL-6
Image illustrative de l’article TL-6
Présentation
Type de missile Missile anti-navire
à courte portée
Constructeur Drapeau de la République populaire de Chine HAIC (Hongdu Aviation Industry Corporation)
Déploiement avant 2006 - auj.
Caractéristiques
Moteur moteur-fusée à carburant solide à deux chambres de combustion
Masse au lancement 350 kg
Longueur 3,50 m
Diamètre 28 cm
Envergure 90 cm
Vitesse ~ Mach 0.8 - 0.9
Portée mini : 4 km
maxi : 35 km
Altitude de croisière 12 m (vol de croisière)
Charge utile 30 kg semi-perforante
(HE + charge creuse)
Guidage TV ou radar actif
Détonation retardé à l'impact
Plateforme de lancement avions, navires ou postes à terre

Le TL-6 (ou Tian Long-6) (du chinois : 天龙, signifiant « dragon »), est un missile anti-navire chinois léger.

Sommaire

HistoriqueModifier

Le développement du programme TL semble avoir pris son départ au milieu des années 1990, et les missiles qui en résultèrent furent identifiés sous les désignations de FL-8 (TL-10) et FL-9 (TL-6), au sein de la China National Aero Technology Import & Export Company (CATIC). L'existence de ce programme fut révélée au salon aéronautique de Zhuhai de 2004, par la China National Aero Technology Import & Export Company (CATIC).

CaractéristiquesModifier

Le TL-6 et le TL-10 sont développés et produits par la Hongdu Aviation Industry Corporation (HAIC), et leur principe d'emploi est identique à celui de leurs équivalents français MM 15 TT et AS 15 TT. Il existe des milliers de petits navire d'attaque rapides et de patrouilleurs armés avec des missiles anti-navires, qui présentent une grande menace mais qui ne valent pas le coup (économiquement parlant) d'être engagés avec des missiles anti-navires traditionnels, tels que le Harpoon ou l'Exocet, qui sont à l'origine destiné à détruire des navires de grande taille. En conséquence, il est devenu évident que le développement d'un missile de petite taille s'imposait, afin de pouvoir engager de manière viable des cibles de petite taille, bien que très dangereuses. Le TL-6, comme le TL-10, est la réponse chinoise à ce problème.

Alors que le TL-10 est spécifiquement conçu pour engager des navires dont le déplacement n'excède pas 500 tonnes, le TL-6 est prévu pour des navires plus gros, d'un déplacement pouvant atteindre 1 000 tonnes. Associé au missile C-704, qui engage des navires de 1 000 à 3 000 tonnes et à des missiles plus lourds, tels le C-802 qui attaque des navires plus gros, la Chine a développé une gamme complète de missiles, capable de couvrir l'ensemble des cibles potentielles existantes dans le monde. Des sources occidentales affirment que le missile iranien Nasr-1 serait basé sur le TL-6. Comme la version anti-navire du C-701 et le TL-10, le TL-6 peut également être équipé d'un autodirecteur TV, interchangeable avec celui du TL-10.

Au salon aéronautique de Zhuhai de 2006, le constructeur révéla qu'un plan était déjà en cours de développement, afin d'installer le missile sur diverses plateformes, incluant des avions, des navires et des véhicules terrestres. Cependant, comme pour la plupart des missiles anti-navires légers actuels, aucune version ne sera lancée depuis les sous-marins. Actuellement, la version qui est opérationnelle est la version anti-navire désignée JJ/TL-6 lors de l'exposition, JJ étant l'abréviation de Jian-Jian (en chinois : « 舰舰 »), signifiant « navire-navire »[Note 1].

Versions dérivéesModifier

FL-9Modifier

Le FL-9, ou Fei Long-9 (en chinois : « 飞龙 », signifiant « dragon volant »), est une version économique du TL-6, destinée à de la défense côtière. Suivant les traditions instaurées avec les missiles de la longue lignée des Silkworms, une version basée à terre avec des nécessités les plus faibles possibles a été développée : Comme le missile est installé dans un environnement contrôlé à l'intérieur d'un hangar, les contraintes de salinité, de température et d'humidité relative sont grandement diminuées. Comme il est conçu et déployé sur les terres, le missile peut fonctionner avec des systèmes d'acquisition/traitement d'informations délocalisés. Cet arrangement prévient les interférences électromagnétiques, et si le radar est attaqué, les dommages collatéraux seront bien moindres.

Nasr-1Modifier

Le Nasr-1 est déclaré comme étant la version iranienne du TL-6, mais de nombreuses confusions existent à ce sujet, en raison du manque d'informations précises sur le sujet. Pendant que de nombreuses sources affirment qu'il est dérivé du TL-6, d'autres affirment qu'il serait basé sur un autre missile chinois, le C-704.

TL-2Modifier

Une nouvelle version du TL-6 a fait ses débuts en public au 7e salon aéronautique de Zhuhai, qui se tenait fin 2008, en compagnie de son cousin de taille plus modeste le TL-1. Développé par la Hongdu Aviation Industry Corporation (HAIC), qui avait déjà produit le TL-10, le nouveau missile est désigné TL-2 et apparaît quasiment identique au TL-6.

Peu d'informations détaillés purent être obtenues lors de l'évènement, et, en se basant sur les quelques bribes techniques publiées en Chine, il est à supposer que le TL-1 soit un TL-10 amélioré, en particulier grâce à l'intégration d'une liaison de données. Cette caractéristique permettrait au missile de pouvoir changer de cible en vol, comme peut le faire le C-701 lorsqu'il est équipé de cette option. Il existe d'autres spéculations sur le TL-1, dont certaines déclarent que le TL-6 ne serait qu'une version d'exportation alors que le TL-2 serait la version que se réserveraient les Chinois. Ces affirmations resteront cependant à vérifier lorsque plus de détails seront révélés dans le futur. Même si le constructeur a affirmé que le missile pouvait être déployé à partir de nombreuses plateformes, l'exemplaire présenté à l'exposition aéronautique n'était disponible que pour une utilisation à partir des navires, désigné JJ/TL-2, JJ étant l'abréviation de Jian-Jian (en chinois : « 舰舰 »), signifiant « navire-navire »[Note 1].

UtilisateursModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Que l'on peut traduire simplement par « mer-mer ».

RéférencesModifier

  • (en) Richard Fisher, Jr., « Report on the 5th Airshow China », International Assessment and Strategy Center, (consulté le 24 août 2014)
  • (en) Robert Hewson, « China aids Iran's tactical missile programme », Jane's Defence Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2014)
  • (en) Norman Friedman, The Naval Institute's guide to World naval weapon systems, Naval Institude Press (Annapolis, Maryland), , 865 p. (ISBN 1-55750-262-5, lire en ligne), p. 513

Articles connexesModifier