TK-17 Arkhangelsk

navire de guerre
(Redirigé depuis TK-17)

TK-17 Arkhangelsk
Image illustrative de l’article TK-17 Arkhangelsk
Visite de Vladimir Poutine sur l’Arkangelsk
Autres noms ТК-17 « Архангельск »
Type Sous-marin nucléaire lanceur d'engins
Histoire
A servi dans Flotte du Nord
Naval Ensign of the Soviet Union (1950–1991).svg Marine soviétique
Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Chantier naval Sevmash, Severodvinsk
Quille posée 9 août 1983
Lancement 12 décembre 1986
Commission 15 décembre 1987
Statut En réserve depuis 2008
Équipage
Équipage 160 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 172,6 m
Maître-bau 23,3 m
Tirant d'eau 11 m
Déplacement 23 200 t en surface,
32 400 t en plongée
Propulsion 2 réacteurs à eau pressurisée OK-650b
Puissance 100 000 chevaux
Vitesse + de 27 nœuds en plongée, + de 12 nœuds en surface
Profondeur + de 400 m
Caractéristiques militaires
Armement 20 RSM-52 (missiles stratégiques)
6 tubes lance-torpille de 533 mm
Rayon d'action 120 jours en mer
Carrière
Port d'attache Base navale de Zapadnaïa Litsa
Indicatif no  de fabrication 725,
no  de coque 805

Le TK-17 puis TK-17 Arkhangelsk (en russe : ТК-17 « Архангельск »), est le cinquième sous-marin nucléaire lanceur d'engins (en russe : Тяжёлые ракетные подводные крейсеры стратегического назначения, abrégé en ТРПКСН, littéralement « croiseur lourd sous-marin lanceur d'engins ») du projet 941 « Akula » (code OTAN : classe Typhoon, en service dans la marine soviétique puis dans la marine russe. Le TK-17 Arkhangelsk est placé en réserve depuis 2008 en attente d'une décision sur sa modernisation ou son démantèlement.

ServiceModifier

Construction et lancementModifier

 
Silhouette d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins du projet 941 « Akula ».

La quille du TK-17 est posée le au chantier naval no 402 de la Sevmash à Severodvinsk. Le , le bâtiment est inscrit sur la liste des navires de guerre de la marine soviétique en tant que « croiseur lourd sous-marin lanceur d'engins » (TRPK). Comme les sous-marins occidentaux, chaque Typhoon est sous la responsabilité de deux équipages. Il est lancé le et entre en service le après avoir validé une série d'essais en mer[1].

Le , le TK-17 est affecté à la 18e division de sous-marins de la 1re flottille (18 ДПЛ 1 ФлПЛ СФ) de Flotte du Nord, stationnée dans la baie Nerpichia[1].

AccidentModifier

Le , lors d'un départ de la mer Blanche, un missile explose et un incendie se déclare dans le compartiment des missiles. L'explosion détruit le panneau protecteur du missile (la trappe du silo?). Des hommes d'équipages sont blessés au cours de l'incident, la patrouille est annulée et le bâtiment est immobilisé pour une réparation importante[1].

Retour en serviceModifier

Le , le TK-17 est reclassé en tant que « croiseur lourd sous-marin nucléaire stratégique » (TAPKSN)[1].

Le , il procède au lancement d'un missile balistique d'exercice R-39 vers le polygone de Koura, au Kamtchatka. En , il procède au tir de l'ensemble de ses missiles en une seule salve, dans le cadre d'un entraînement dans l'hypothèse d'une guerre nucléaire[1].

En , il rallie Severodvinsk. De au , il est placé en IPER au chantier naval Sevmash. Le TK-17 subit alors un grand nombre de modifications présentes dans le projet 941-UM[1].

Le de la même année, le TK-17 est renommé TK-17 Arkhangelsk. Il reprend ainsi le nom du K-525 Arkhangelskdu projet 949 (classe Oscar), qui avait été rayé de la liste de la marine russe en 1996[1].

Le , le TK-17 Arkhangelsk prend part à un exercice avec à son bord le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine. Il est placé en réserve au mois d'. Le , en raison de la fin de vie opérationnelle des missiles R-39, TK-17 se retrouve sans missiles Le , ses réacteurs nucléaires sont rechargés avec le PM-63 dans l'oblast d'Arkhangelsk[1].

Toujours actif en 2007, il est placé en réserve en 2008 comme le TK-20. En , l'admiral flota Vladimir Masorine (en) déclare qu'il ne prévoyait pas la modernisation des sous-marins TK-17 et TK-20 d'ici 2015, pour recevoir les modifications nécessaires pour accueillir les missiles Boulava-M. Il est en attente d'une décision sur la modernisation ou le démantèlement à Severodvinsk depuis 2009. Il a effectué plus de 50 missions opérationnelles au cours de sa carrière[1].

CommandantsModifier

  • 1987 - 2002 : ???
  • 2002? - 2003 : V. Volkov
  • 2003- 2007 : Bogatchev
  • 2007 : A. Bogdanov

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h et i TK-17, sur soumarsov.eu

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :