Syntaxe du sanskrit

La syntaxe du sanskrit reçoit généralement une place réduite dans les grammaires, car la complexité morphologique de la langue sanskrite permet d'exprimer un éventail très large de modalités. Peu nombreuses sont les valeurs syntaxiques qui, comme la subordination, ne dépendent pas de la morphologie. L'ordre des mots, bien qu'il puisse exprimer une valeur expressive ou stylistique, ne se charge d'aucune valeur syntaxique[1].

Malgré ces réserves, le petit chapitre accordé à la syntaxe qui termine les grammaires du sanskrit étudie, d'une part, l'intégration des mots dans la phrase par l'accord de genre et de nombre, la valeur des cas, et l'usage des temps et modes verbaux, elle étudie aussi, d'autre part, différents types de phrases simples ou complexes.

Par ailleurs, l'étude de la composition nominale concerne et la morphologie, et la syntaxe.

Intégration de mots dans une phraseModifier

Accord de genre et de nombreModifier

En ce qui concerne l'accord de genre, le neutre prévaut lorsque se présentent un ou plusieurs noms de choses.
L'accord de nombre, lorsqu'une phrase présente plusieurs sujets, s'effectue soit avec le nom le plus proche, soit avec l'ensemble des sujets[2].

Valeur des casModifier

Le sanskrit connait les huit cas suivants : nominatif, vocatif, accusatif, instrumental, datif, ablatif, génitif, et locatif[3].

Usage des modes et des tempsModifier

La langue classique distingue mal les notions de modes et de temps[4]. Pour exprimer diverses valeurs syntaxiques la langue sanskrite utilise, parmi les temps, le présent, le futur, et différentes manière d'exprimer le passé ; parmi les modes elle utilise l'impératif et l'optatif.

Phrases simples et complexesModifier

La phrase se dit vākya en sanskrit[5].

Phrase nominaleModifier

Cette structure de phrase se rencontre souvent dans le style narratif, elle n'utilise que des noms ou des formes nominales du verbe tels l'absolutif, l'infinitif, les participes et les adjectifs d'obligation.

Omission du verbe copuleModifier

Un cas particulier de phrase sans verbe est la phrase prédicative qui omet l'expression du verbe copule as- (être)[6].

Phrases à verbe conjuguéModifier

La structure de la phrase sanskrite évolue au fil du temps. L'époque védique construit ses phrases comme le grec à l'aide de verbes conjugués. L'ordre des mots est relativement libre avec une tendance SOV

Phrase interrogativeModifier

Une phrase interrogative débute souvent par un pronom interrogatif ou un adverbe interrogatif, qui peuvent se renforcer par l'usage de particules telles iva, , nu, u[7].

Phrases coordonnéesModifier

La coordination entre les diverses propositions d'une phrase utilise de nombreuses particules parfois peu précises, mais la suppression de particules conjonctives, pour donner plus de force ou de vivacité au discours, se rencontre fréquemment et se nomme asyndète[8].

Phrases subordonnéesModifier

La subordination se marque à l'aide de conjonctions de subordination généralement construites sur le thème ya-.

Composition nominaleModifier

La composition nominale permet de joindre deux thèmes indépendants qui forment alors un mot composé. La finale du second membre prend les désinences flexionnelles, le premier membre du composé figure sous la forme de son thème nu (sans désinences).

Les paradigmes des quatre sortes de composés en sanskrit furent repris par la linguistique moderne pour signaler divers modes de composition dans d'autres langues que le sanskrit.

  • Composés dvandva :
  • Composés karmadhāraya :
  • Composés tatpuruṣa :
  • Composés bahuvrīhi

Notes et référencesModifier

  1. Jean Varenne, Grammaire du sanskrit, pages 108 net 109.
  2. Louis Renou, Grammaire sanskrite élémentaire, pages 72 à 75.
  3. Jean Varenne, opus citatum, pages 109 à 112.
  4. Jean Varenne, op. cit., pages 109 à 112.
  5. Louis Renou, opus citatum, pages 72 à 75.
  6. Jan Gonda, Manuel de grammaire élémentaire de la langue sanskrite, page 90
  7. Louis Renou, op. cit., page 72.
  8. Louis Renou, op. cit., page 73.

BibliographieModifier

  • Jules Bloch, Indo-Aryan, Geuthner [1], Paris, 1965
  • Michel Angot, Taittirīya-Upaniṣad avec le commentaire de Śaṃkara, Vol. 1-2, Collège de France, Paris, 2007 (ISBN 2-86803-074-2)
  • Françoise Bonnefoy et dix-sept autres auteurs, Chronologie de l'histoire mondiale : grands événements classés par année (de 4000 av. J.-C. à 1977 de notre ère) et par rubrique (208 pages), grands hommes cités dans un tableau synoptique (de 700 av. J.-C. à 1977 de notre ère) en 57 pages polychromes, index alphabétique, et quatorze planisphères historiques, collection Chronos, Sélection du Reader's Digest, première édition, Paris, 1978, 378 pages.
    (Le tableau synoptique cite de nombreux grands indiens, de Bouddha à Gandhi, mais l'histoire de l'Inde commence, dans la section événements, en 2000 av. J.-C.).
  • Georges Ifrah, Histoire universelle des chiffres, ouvrage publié avec le concours du Centre national de la recherche scientifique, Editions Seghers, Paris, 1981, 568 pages.
    (Origine des chiffres "indo-arabes" au chapitre 30, informations relatives aux écritures indiennes anciennes, et repères chronologiques en fin d'ouvrage).
  • Nadine Stchoupak, Chrestomathie sanskrite, préfacée par Louis Renou, publication de l'institut de civilisation indienne, Librairie d'Amérique et d'Orient, Adrien Maisonneuve, Jean Maisonneuve successeur, Paris, 1977, 88 pages.
    (Contient une rareté : un lexique du français au sanskrit).
  • Krishna Baldev Vaid, Histoire de renaissances, nouvelles présentées et traduites du hindi par Annie Montaut, avec le concours du Centre national du livre, ouvrage bilingue hindi-français, Langues & Mondes, l'Asiathèque, Paris 2002, 211 pages (ISBN 2-911053-81-8)
    (Pour se familiariser avec l'écriture nâgarî- contemporaine).
  • Alexandre Langlois, membre de l'Institut, Rig-Véda ou livre des hymnes, traduit du sanscrit, deuxième édition datée de 1872 revue, corrigée et augmentée d'un index analytique par Ph. Ed. Foucaux, réimpression en 1984, Librairie d'Amérique et d'Orient, Jean Maisonneuve successeur, Paris, 646 pages (ISBN 2-7200-1029-4)
    (Nombreuses transcriptions de mots sanskrits « à la française », antérieures au Xe Congrès des Orientalistes en 1894).

GrammairesModifier

  • Alix Desgranges, Grammaire sanscrite-française, Vol. 1-2, A l'Imprimerie Royale, Paris, 1845, 1847
  • Louis Renou, Grammaire sanskrite, Paris 1935
  • Louis Renou, Grammaire védique, Paris 1952
  • Louis Renou, Grammaire sanskrite élémentaire, 109 pages, Librairie d'Amérique et d'Orient, Adrien Maisonneuve, J.Maisonneuve, succ., Paris 1978.
  • Louis Renou, Grammaire sanscrite (3e édition), J.Maisonneuve, Paris, 1996 (ISBN 2-7200-0941-5)
  • Jan Gonda, professeur à l'université d'Utrecht, Manuel de Grammaire élémentaire de la langue Sanskrite. Traduit de la quatrième édition en langue allemande par Rosane Rocher. E.J. Brill, Leiden et Adrien Maisonneuve, Paris 1966 (Éd. revue et corrigée 1997, réimpression 2002).
  • Jean Varenne, professeur à l'université de Provence, Grammaire du sanskrit 128 pages, Presses Universitaires de France, collection "Que sais-je" n° 1416, Paris, 1971 (ISBN 9782130358947)
  • Saverio Sani, Grammatica sanscrita, Giardini, Pisa, 1991.
  • Sylvain Brocquet, Grammaire élémentaire et pratique du sanskrit classique, avec exercices corrigés et textes, Bruxelles, Safran (éditions), coll. « Langues et cultures anciennes », (ISBN 978-2-87457-020-9)

LexiquesModifier

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :