Sunn (vélo)

Sunn

Manufacture Française du Cycle

Création 1988
Personnages clés Max Commençal (fondateur)
Slogan #varouler
Siège social Machecoul
Drapeau de France France
Direction Intersport France
Produits vêtements dédiés au cyclisme, vélo tout terrain, vélo de course
Société mère Groupe Intersport
Site web www.sunn.fr

Sunn est une marque commerciale du fabricant de vélos français basé à Machecoul, en Loire Atlantique, la Manufacture Française du Cycle. Sa production est essentiellement basée sur des VTT haut de gamme, des BMX et des vélos de route.

HistoriqueModifier

Sunn a débuté en 1982[1] en tant que fabricant de BMX[2]. La société, qui a commencé sous la forme d'une société individuelle[1], prend le nom de MX France. Elle est créée par Max Commençal, « autodidacte de quarante ans, pionnier du Paris-Dakar en moto »[1]. À son pic, elle produit 5 000 BMX par an[2]. En 1989, afin de se développer sur le marché naissant du VTT, la société anonyme Sunn est créée à Saint-Gaudens, dans le département de la Haute-Garonne[1]. Max Commençal en devient le PDG et détient 49 % du capital[1]. Un des principaux dirigeants de l'entreprise Chipie, Jacques Riba[3], devient également actionnaire pour 30 % du capital[2]. L'entreprise a d'abord un rôle d'assembleur de pièces de VTT importées d'asie[2]. Puis, rapidement, elle se spécialise dans la fabrication et la vente de VTT haut de gamme grâce à la création d'un service recherche et développement dans ses locaux[1],[2]. Les innovations qui en découlent lui permettent de se développer et de sponsoriser une équipe de compétition dénommée : « Sunn Chipie »[2].

De 1990 à 1995 le chiffre d'affaires de Sunn augmente très fortement pour atteindre « 90 millions de francs et 40 000 vélos vendus »[2]. En 1996, le chiffre d'affaires atteint 110 millions de francs (soit 23 millions d'euros de 2020[4]) dont 30 % à l'export pour 130 salariés (dont une dizaine d'ingénieurs)[5].

En août 1998, la société est en pertes de 20 millions de francs pour un chiffre d'affaires de 130 millions[6] et le fondateur, Max Commençal, est mis « à l'écart »[7],[8],[9]. Jacques Riba le remplace en tant que PDG[8]. En mai 1999, l'entreprise Sunn est placée en redressement judiciaire[7],[9]. Le 27 juillet suivant, l'équipe professionnelle « connue pour les titres de champion du monde de Miguel Martinez » est mise en liquidation en raison de son coût (20 millions de francs)[8]. En 1999, les pertes de Sunn se creusent à 40 millions de francs pour un chiffre d'affaires de 88 millions (soit 18 millions d'euros de 2020[4])[8] à cause d'un « développement mal maitrisé »[10].

En février 2000, un plan de continuation est accepté : les banques créancières prévoient d'abandonner 50 % de leurs créances et d'échanger l'autre moitié contre 15 % du capital[8]. Les principaux actionnaires sont Jacques Riba (RBH Investissement) pour 59 % et Max Commençal (qui lance par la suite sa propre marque de VTT) pour 29 %[8]. L'entreprise se recentre sur la vente de cycles (dont 80 % des ventes sur le VTT) et l'effectif passe de 130 à 90 salariés[8].

En 2004, l'entreprise ne réalise plus que 5,5 millions d'euros de chiffre d'affaires (8 000 vélos)[10]. Sunn est placée en liquidation judiciaire en janvier 2005[10]. En mai 2005, Patrick Tanguy, à travers Copernic Industrie (qui est renommé Manufacture de Cycles du Comminges MCC[11]) en devient le nouveau propriétaire. Il investit 700 000 euros et gardent 23 des 50 salariés[10].

La décennie 2000 marque la baisse de l'influence sur le marché du VTT devenu très mature jusqu'à une situation très difficile[réf. nécessaire].

Sunn dépose le bilan en , mais la fin du redressement judiciaire est annoncée par le Tribunal de commerce de Toulouse en [12].

La société est mise en liquidation judiciaire en [13] avant d'être rachetée par Manufacture Française du Cycle (Groupe Intersport) la même année[14]. La marque est maintenant basée à Machecoul en Loire-Atlantique[15] où MFC dispose d'une des dernières usines françaises d'assemblage et de prototypage de vélos[réf. nécessaire].

En , Sunn présente lors du Roc d'Azur 2014 un concept-bike imaginé par le designer Ludovic Lazareth et a annoncé le retour d'une gamme complète 2016[16].

CompétitionModifier

Un tournant de l'histoire de la société est l'année 1993 où elle remporte le titre de VTT de l'année du magazine Vélo Vert (magazine francophone du VTT) ainsi que par ses nombreux titres nationaux en cross country et en descente. Les années passant, les titres mondiaux s'accumulent.

Le pilote français Nicolas Vouilloz a longtemps été le porte-drapeau de cette marque[17],[18], notamment grâce à ses dix titres mondiaux en VTT de descente.

Anne-Caroline Chausson a également gagné six championnats du monde chez Sunn où elle a couru de nombreuses années[19].

En 1996 et 1997, Sunn sponsorise Eric Barone qui améliore son record de vitesse en VTT sur neige de 200 à 207 km/h[20].

Au total, Sunn a remporté plus de 80 titres de champion du monde[10]. En 2016, c'est « le record du monde du nombre de prix obtenus en compétition »[15].

Depuis le rachat de la marque par MFC, SUNN est de retour en compétition avec une équipe enduro composée des pilotes Kilian Bron, Thomas Lapeyrie et Isabeau Courdurier qui termine en 2016 second du championnat EWS[réf. nécessaire].

Avec également l'équipe BMX emmené par Amidou Mir (champions de France Elite 2016) et Manon Valentino (Championne de France du contre-la-montre BMX 2016). Sunn avec la famille Dubau participe à l’ensemble des manches de la coupe du Monde pour le TEAM XCO.

En 2018, Joshua Dubau (Team SUNN XCO Factory) termine Champion d'Europe XCO Espoir. Peu de temps après avoir terminé vice-Champion de France XCO U23.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f « Les VTT de Sunn sur les chemins du succès », La Tribune,‎
  2. a b c d e f et g « Sunn surfe sur la vague du VTT », sur Les Echos, (consulté le 18 mars 2021)
  3. « Sunn remonte la pente », sur ladepeche.fr (consulté le 18 mars 2021)
  4. a et b « Convertisseur franc-euro | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 18 mars 2021)
  5. Mylène Sultan, « VTT : Sunn sur le podium », Le Point,‎
  6. « Un géant mord la poussière », Le Progrès - Lyon,‎
  7. a et b « Haute-Garonne : Sunn en dépôt de bilan », Les Echos,‎ , p. 38
  8. a b c d e f et g « Nouveau départ pour le fabricant de vélos Sunn », sur Les Echos, (consulté le 18 mars 2021)
  9. a et b « L'entreprise Sunn en redressement judiciaire », sur ladepeche.fr (consulté le 18 mars 2021)
  10. a b c d et e « Les cycles Sunn trouvent un repreneur », sur Les Echos, (consulté le 18 mars 2021)
  11. « Copernic Industries devient Manufacture de Cycles du Comminges et s'implante à Saint-Gaudens. », sur ladepeche.fr (consulté le 18 mars 2021)
  12. Sunn sur la voie de la renaissance !, Vélo Vert, Julien Nayener, 23 mars 2012
  13. Sunn mis en liquidation judiciaire, Vélo Vert, Julien Nayener, 8 mars 2013
  14. « Vélos. Le made in France à la relance », sur Le Telegramme, (consulté le 18 mars 2021)
  15. a et b Kate stent, « La Manufacture du cycle, la tête dans le guidon », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  16. Sunn: le retour..., Vélo Vert, Thibaut Simon, 10 octobre 2014
  17. « Nicolas Vouilloz, l'« ET » du VTT », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2021)
  18. « Journal L'Union », sur Journal L'Union (consulté le 18 mars 2021)
  19. « Saint-Gaudens. VTT: Anne-Caroline Chausson est de retour chez Sunn », sur ladepeche.fr (consulté le 18 mars 2021)
  20. Philippe Hadef, « VTT sur neige - Record du monde - Barone bat Barone avec plus de 207 km/h », Le Progrès - Lyon,‎

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :