Ouvrir le menu principal

Sullens
Sullens
Vue du village de Sullens
Blason de Sullens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Gros-de-Vaud
Communes limitrophes Bournens, Boussens, Cheseaux-sur-Lausanne, Crissier, Mex (VD), Vufflens-la-Ville, Penthaz
Syndic Christian Gozel
NPA 1036
N° OFS 5501
Démographie
Gentilé Sullanais
Population
permanente
1 004 hab. (31 décembre 2017)
Densité 256 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 36″ nord, 6° 33′ 58″ est
Altitude 600 m
Superficie 3,92 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Sullens
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Sullens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Sullens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Sullens
Liens
Site web www.sullens.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Sullens est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Gros-de-Vaud. Citée dès 1180, elle fait partie du district de Cossonay de 1803 à 2007. La commune est peuplée de 1 004 habitants en 2017. Son territoire, d'une surface de 392 hectares, se situe dans la région du Gros-de-Vaud.

Sommaire

HistoireModifier

La première mention du village de Sullens date de 1180 et provient d'un document restituant des biens à l'Abbaye de Saint-Maurice[3]. Après l'invasion bernoise de 1536, le village est établi en seigneurie et rejoint de bailliage de Morges ; il fut donné par les autorités à plusieurs familles locales, parmi lesquelles les Charrière entre 1665 et 1692[4].

GéographieModifier

La surface totale de la commune de Sullens représente 394 hectares qui se décomposent en : 64 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 280 ha de surfaces agricoles, 50 ha de surfaces boisées et enfin moins d'un hectare de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent 0,25 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 7,61 %, les routes et infrastructures de transport 7,87 %, les zones agricoles 65,99 % et les zones arboricoles et viticoles moins de 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Cossonay. Depuis le 1er septembre 2008, elle fait partie du nouveau district du Gros-de-Vaud. Elle a des frontières communes avec Bournens, Boussens, Cheseaux-sur-Lausanne, Crissier, Mex (VD), Vufflens-la-Ville et Penthaz.

Situé sur le plateau doucement vallonné du Gros-de-Vaud, le territoire communal s'étend depuis le fond de la vallée de la Venoge à l'est jusqu'au vaste plateau de Sullens qui culmine à 605 mètres d'altitude, point le plus haut de la commune. Au sud-est, la frontière est marquée par le bois du Dévin et le cours de la Chamberonne, alors qu'au sud se trouve le bois Bahud.

Légèrement à l'extérieur du village de Sullens, la commune compte deux zones de lotissements de logements modernes.

DémographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Sullens possède 1 004 habitants en 2017[1]. Sa densité de population atteint 256 hab./km².

En 2000, la population de Sullens est composée de 407 hommes (50,1 %) et 406 femmes (49,9 %). Il y a 740 personnes suisses (89,7 %) et 85 personnes étrangères (10,3 %). La langue la plus parlée est le français, avec 725 personnes (87,9 %). La deuxième langue est l'allemand (57 ou 6,9 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 448 personnes (54,3 %), suivie des catholiques (231 ou 28 %). 92 personnes (11,2 %) n'ont aucune appartenance religieuse[5].

La population de Sullens est de 373 personnes en 1850. Elle descend lentement jusqu'à 253 personnes en 1960, puis est de 297 personnes en 1970. Le nombre d'habitants augmente ensuite très fortement, puisqu'il double en 10 ans pour atteindre 611 en 1980. Il continue à augmenter et est de 854 en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Sullens entre 1850 et 2010[6] :

 

PolitiqueModifier

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 42,36 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 18,40 % des suffrages et les Verts avec 13,77 %[7].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour l'Union démocratique du centre à 33,62 %, le Parti libéral-radical à 30,12 %, le Parti socialiste à 14,60 %, les Verts à 10,85 % et l'Alliance du centre à 10,81 %[8].

Sur le plan communal, Sullens est dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil communal, composé de 45 élus, dirigé par un président et secondé par un secrétaire, pour le législatif[9].

TransportsModifier

Une entrée de l'autoroute A1, qui mène à Lausanne et Yverdon-les-Bains, se trouve entre le territoire de Sullens et celui de Bournens. Au niveau des transports en commun, Sullens fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. Le bus de CarPostal reliant Cossonay-Gare à Cheseaux-sur-Lausanne s'arrête dans la commune[10]. Elle est également desservie par les bus sur appel Publicar, qui sont aussi un service de CarPostal[11].

ÉconomieModifier

Jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, l'activité économique communale était principalement tournée vers l'agriculture, et l'arboriculture fruitière. Depuis quelques décennies cependant, ces activités ne représentent plus qu'un rôle mineur dans la structure de l'emploi de la population, le village s'étant développé comme quartier résidentiel pour des personnes travaillant principalement dans la région lausannoise ; cette transformation s'est accompagnée par la création de plusieurs petites entreprises de service et d'un garage. La commune compte également une auberge et une boulangerie[12].

MonumentsModifier

 
Vue du temple de Sullens

Le temple de Sullens, datant de 1713 et abritant un grenier[4], de même que la fontaine, le château et la grange attenant sont inscrits comme biens culturels d'importance régionale dans la liste cantonale dressée en 2009[13].

Vie localeModifier

Plusieurs clubs ou associations sont actifs à Sullens, dont un chœur mixte, des clubs de gymnastique, de handball et de pétanque La commune compte également une association de dames paysannes ainsi qu'une jeunesse[14].

TransportsModifier

  • Bus postal pour Bournens, Cossonay (train) et pour Boussens, Cheseaux (LEB)

RéférencesModifier

  1. a et b « Population résidente permanente au 31 décembre 2017 », sur Statistiques Vaud (consulté le 30 septembre 2018)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. « Présentation », sur sullens.ch (consulté le 15 octobre 2012)
  4. a et b Marianne Stubenvoll, « Sullens » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse (consulté le 9 octobre 2012)
  6. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  7. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  8. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Sullens », sur ucv.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Cossonay-Gare-Cheseaux », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 9 octobre 2012)
  11. « PubliCar Echallens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 9 octobre 2012)
  12. « Commerces », sur sullens.ch (consulté le 4 octobre 2012)
  13. [PDF] « Inventaire PBC, liste provisoire des objets B », sur Office fédéral de la protection de la population (consulté le 3 octobre 2012)
  14. « Loisirs », sur sullens.ch (consulté le 4 octobre 2012)

SourceModifier

Sur les autres projets Wikimedia :