Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chauveau.
Sophie Chauveau
Sophie Chauveau-Livre sur la Place 2015.jpg
Sophie Chauveau au Livre sur la Place 2015.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Œuvres principales

Sophie Chauveau, née le à Boulogne-Billancourt, est une écrivaine, journaliste et metteuse en scène française. Depuis 2015, elle est administratrice de la SGDL et de la SOFIA.

Sommaire

BiographieModifier

Dans sa jeunesse, Sophie Chauveau intègre le Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris puis devient journaliste, comédienne et écrivaine[1]. Parmi ses engagements militants, elle s'investit dans sa jeunesse au PSU[réf. nécessaire], puis aux Amis de la terre[2] en 1974 aux côtés de Brice Lalonde tout en œuvrant dès l'origine au Mouvement de Libération des femmes dès 1971[3]. En 1979, elle anime la campagne des élections européennes pour Huguette Bouchardeau (PSU)[réf. nécessaire]. En 1993 et en 1995, elle rejoint le comité de soutien de Lionel Jospin et crée les Ateliers de Mai[réf. nécessaire]. Elle est membre du comité directeur de l'association France-Israël[4].

Elle a publié une vingtaine d'ouvrages de genres différents et signe également des mises en scène. Elle se distingue par sa grande culture artistique et, dans les années 2000, elle publie une trilogie de romans historiques qui se passe à Florence pendant la Renaissance italienne : La Passion Lippi (2004), Le Rêve Botticelli (2005) et L'Obsession Vinci (2007)[5].

Elle signe plusieurs biographies de grands peintres : après un volume sur Léonard de Vinci, puis un sur Édouard Manet, le livre Fragonard : L'Invention du bonheur, publié en 2011, rencontre un franc succès[6]'[7]. Deux ouvrages de sa plume sont ensuite consacrés à l'artiste Pablo Picasso : Picasso : Le regard du Minotaure, 1881-1937 en 2017 et en 2018 Picasso : Si jamais je mourais, 1938-1973. Alors qu'elle faisait des recherches sur son histoire, elle déclare qu'elle a découvert « le monstre » : tyran domestique, violeur qui se représente en Minotaure, cruel particulièrement avec les femmes et les enfants, l'écrivaine s'éloigne de l'hagiographie qui le dépeint communément en génie pour insister sur sa perversité[8].

Déjà en 2016, elle avait publié aux éditions Gallimard un livre biographique sur sa propre famille, La Fabrique des pervers, qui lève le voile sur les viols incestueux qui y ont été commis de génération en génération, jusqu'à elle-même et sa cousine, victimes de son propre père[9]. Elle déclare y avoir « tenté de reconstituer la généalogie de ces chaînes d'abus, de meurtres psychiques, de saccages » dans une famille de « bons bourgeois français » catholiques, afin d'expliquer le cycle des maltraitances et de « stopper la malédiction[10] ».

Par ailleurs, en 2015, Sophie Chauveau a été élue administratrice de la Société des gens de lettres (SGDL)[11] ainsi que de la SOFIA (Société française des intérêts des auteurs de l'écrit)[12]. En cette double qualité, elle adresse en avril 2019 une lettre ouverte au ministre de la Culture Franck Riester pour l'alerter sur la précarité des autrices et auteurs français en raison des spécificités du droit d'auteur, leur statut qui les rend « non-syndicables » et leur droit à la retraite le plus souvent bafoué[13].

ŒuvresModifier

RomansModifier

EssaisModifier

  • Débandade, Paris, Alésia, 1982 (ISBN 2705004521)
  • Patience, on va mourir, Paris, Robert Laffont, 1990
  • Éloge de l'amour au temps du sida, Paris, Flammarion, 1995
  • Sourire aux éclats, Paris, Robert Laffont, 2001 (ISBN 2221094638)
  • Pages de garde, Paris, Gallimard, 2002

BiographiesModifier

  • Léonard de Vinci, Paris, Gallimard, coll. « Folio Biographies », 2008 (ISBN 9782070341597)
  • Diderot, le génie débraillé, Télémaque/ Folio Gallimard, 2010
  • Fragonard, l'invention du Bonheur, Télémaque, 2011
  • Manet, le secret", Télémaque, 2015
  • La Fabrique des pervers, Gallimard, 2016
  • Picasso : Le regard du Minotaure, 1881-1937, Télémaque, 2017
  • Picasso : Si jamais je mourais, 1938-1973, Télémaque, 2018

Livres d'artModifier

  • La liseuse, Terrain Vague, 1992
  • Femmes (avec le peintre Michel Four), Éditions Images, 1993
  • Les Vanités de Brandon, Œuvre gravé, 1999
  • (D)écrire la beauté, Omnibus, 2016

RevuesModifier

  • « Française, chrétienne et en colère », in Les Temps modernes, no 618, mars-mai 2002, Paris, Gallimard (ISBN 9782070121168)
  • « Un gnomon pour la vie », in Les Temps modernes, no 647 La transmission Beauvoir, janvier-mars 2008, Paris, Gallimard (ISBN 2070766055)

RéférencesModifier

  1. « Chauveau Sophie – Et des livres… » (consulté le 6 juin 2019)
  2. « L'écologie comme projet de société - Les Amis de la Terre », sur www.amisdelaterre.org (consulté le 6 juin 2019)
  3. « Le Mouvement de libération des femmes fête ses 40 ans », sur TV5MONDE, (consulté le 6 juin 2019)
  4. Association France-Israel - Alliance Général Koenig [PDF].
  5. Muriel Marhic, « "Le Rêve Botticelli" de Sophie Chauveau », sur Journal des peintres, (consulté le 6 juin 2019)
  6. « Sophie Chauveau perce le secret de Fragonard... », sur France Culture, (consulté le 6 juin 2019)
  7. « Sophie Chauveau perce le secret de Fragonard... | Musee du Luxembourg Sophie Chauveau perce le secret de Fragonard... », sur museeduluxembourg.fr (consulté le 6 juin 2019)
  8. «En étudiant Picasso, j'ai découvert le monstre», sur FIGARO, (consulté le 6 juin 2019)
  9. Bruno Frappat, « Brutale rupture de silence », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 6 juin 2019)
  10. Sarah Chiche, « "La Fabrique des pervers" de Sophie Chauveau : une famille de monstres », sur www.marianne.net, Marianne, (consulté le 6 juin 2019)
  11. Administrateur de la SGDL.
  12. Administrateur de la SOFIA.
  13. Sophie Chauveau, « Réforme des retraites : “l'énormité de la spoliation” pour les auteurs », sur www.actualitte.com, ActuaLitté, (consulté le 6 juin 2019)

Liens externesModifier