Solwind

observatoire spatial
Solwind
Description de l'image P78-1-Solarwind sat.gif.
Données générales
Organisation Département de la Défense des États-Unis
Domaine observatoire spatial X et gamma
Statut mission achevée
Autres noms P78-1
Lancement 24 février 1979
Lanceur Atlas-F OIS
Fin de mission 13 septembre 1985
Identifiant COSPAR 1979-017A
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 850 kg
Orbite
Orbite Orbite héliosynchrone
Périgée 560 km
Apogée 600 km
Inclinaison 97,9°
Principaux instruments
Solar Wind Monitor Héliographe/Coronographe
Spectromètre gamma
Spectromètre X
Spectromètre ultraviolet extrême
Spectromètre à électrons
XMON Détecteur de rayonnement X
Preliminary Aerosol Monitor Détecteur d'aérosols et d'ozone

Solwind (acronyme de Solar Wind en français Vent solaire) ou P78-1 est un observatoire spatial développé par des laboratoires de recherche militaires américains pour étudier les sources astronomiques de rayons X et gamma dont le Soleil. Ce satellite de 850 kg est lancé en 1979 par une fusée Atlas-F OIS et placé sur une orbite héliosynchrone. Le satellite reprend l'architecture de la série des observatoires spatiaux OSO avec deux parties distinctes : une partie en rotation dite « la Roue » et une partie, appelée « la Voile » pointant en permanence vers le Soleil grâce à un moteur électrique. La Voile porte les instruments qui analysent le rayonnement solaire ainsi que le panneau solaire qui génère l'énergie électrique du satellite. La Roue abrite les fonctions de support du satellite ainsi que certains instruments scientifiques. La charge utile de Solwind est composée de 7 détecteurs. En 1985 la capacité de ses batteries chute fortement tandis que la perte des enregistreurs sur bande magnétique impose la retransmission en temps réel des données scientifiques recueillies. L'Armée américaine choisit d'en faire l'objectif d'un test de son missile antisatellite ASM-135. Le le satellite est détruit, alors qu'il se trouve à une altitude de 525 kilomètres par un missile tiré depuis un chasseur F-15. L'explosion crée 285 débris spatiaux détectables qui ont tous été détruits en 2008 en faisant leur rentrée atmosphérique[1].

RéférencesModifier

  1. (en) « P78-1 », NASA (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier