Sole pédieuse

La sole pédieuse, sole de reptation, ou plus simplement pied[1], est un organe musculeux destiné à la locomotion des gastéropodes.

Sole bicolore caractéristique de Limax cinereoniger, la grande limace noire.

Elle constitue la partie ventrale du mollusque, par lequel il est en contact avec le substrat, séparée des parties supérieures du corps par un sillon. Elle est constituée de muscles, dont les mouvements en « vagues » ou ondes de contraction permettent la reptation. Lors des déplacements, la sole produit un mucus lubrifiant, qui laisse souvent une trace caractéristique[2].

Ce mucus, également appelé bave, est produit par des glandes de la sole, et constitue un gel aux propriétés visco-élastiques particulières, qui le font appartenir aux fluides non newtonniens thixotropes. Il permet à l'animal de coller au substrat lorsqu'il est immobile, et d'adhérer ainsi à des surfaces verticales ou en surplomb, et en même temps le laisse se déplacer : lors des mouvements musculaires, le mucus se liquéfie à certains endroits, permettant au pied de glisser millimètre par millimètre, puis les liaisons moléculaires du mucus se reforment immédiatement, entraînant à nouveau l'adhésion[3]. Cette thixotropie est si rapide qu'elle peut être considérée comme de la rhéofluidification[4]. Lors du déplacement, les ondes musculaires partent de l'arrière du pied et se propagent vers l'avant[5]. Le mucus a encore d'autres propriétés : il protège l'escargot de la déshydratation, des rayons infra-rouges, des maladies (propriétés antibiotiques et antifongiques) et des prédateurs[6].

L'observation de la sole peut s'avérer utile à l'identification, notamment des limaces.

Le terme sole provient du mot latin d'époque impériale solea, signifiant « sandale, garniture de sabot, pressoir, sorte de plancher; sole (poisson) », d'après le mot latin classique solum, « fondement, fond, base »[7].

Notes et référencesModifier

  1. « sole pédieuse », sur dico-sciences-animales.cirad.fr (consulté le 20 septembre 2019)
  2. M. P. Kerney et R. A. D. Cameron (trad. de l'anglais), Escargots et limaces d'Europe, Paris, Delachaux et Niestlé, 1999, 2015, 372 p. (ISBN 978-2-603-02152-1), p. 25
  3. Jean-Michel Courty et Édouard Kierlik, « Avancer comme un escargot », sur Pourlascience.fr (consulté le 20 septembre 2019)
  4. « Le déplacement des gastéropodes », sur rolesdesfluidesnonnewtoniens.e-monsite.com (consulté le 20 septembre 2019)
  5. « L'Escargot (3) : Locomotion », sur baladesnaturalistes.hautetfort.com (consulté le 20 septembre 2019)
  6. « 🔎 Limace », sur Techno-Science.net (consulté le 20 septembre 2019)
  7. « SOLE : Définition de SOLE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 20 septembre 2019)