Ouvrir le menu principal

Skolvan (groupe de musique)

groupe de musique bretonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Skolvan.
Skolvan
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Pays d'origine Sud-Finistère, Bretagne
Genre musical musique bretonne
Années actives Depuis 1984
Labels Keltia Musique
Site officiel www.skolvan.com
Composition du groupe
Membres Gilles Le Bigot
Youenn Le Bihan
Bernard Le Dreau
Régis Huiban
Anciens membres Yann-Fañch Perroches
Patrice Querre
Fañch Landreau
Loig Troël
Dominique Molard
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Skolvan.

Skolvan (du nom d’une gwerz bretonne) est un groupe de musique bretonne créé par Youenn Le Bihan en 1984. Ils permettent de perpétuer la musique traditionnelle en Bretagne (thèmes traditionnels, compositions) agrémentée d'arrangements riches associés à une rythmique très présente. Ils animent des festoù-noz et se produisent en concert en Bretagne et en Europe.

Sommaire

HistoriqueModifier

Musique à danserModifier

 
Gilles Le Bigot, membre fondateur

Le groupe est créé en 1984 à l'initiative de Youenn Le Bihan qui fait appel à deux musiciens professeurs du conservatoire de musique traditionnelle de Ploemeur où il enseigne la bombarde (Patrice Querré au violon et Yann-Fañch Perroches à l'accordéon) et au guitariste Gilles Le Bigot. Skolvan anime son premier fest-noz le 14 avril 1984 et enchaîne des prestations jusqu'à l'été. Le style d'accompagnement en open tuning, développé par Gilles Le Bigot avec le groupe Galorn notamment, s'avère tout à fait adapté au répertoire du quatuor[1].

Youenn Le Bihan invente en même temps une nouvelle bombarde, le « piston », inspiré du hautbois baroque, qui rend le son du groupe harmonieux et original. Cette innovation s'inscrit dans la volonté du couple mélodique violon-bombarde d'interpréter leur répertoire, principalement issus des sonneurs, avec clarté, en respectant le phrasé, pour valoriser l'originalité du style de chaque danse[1]. Après l'été, le groupe est invité à aller jouer en Espagne mais n'ayant pas encore un nom, il doit en rechercher un rapidement. Youenn Le Bihan suggère alors l'idée de "Skolvan", d'après le nom de la gwerz Iannik Skolvann, qui se rattache au Livre noir de Carmarthen, manuscrit gallois du XIIe siècle et en lien avec les traditions celtiques médiévales concernant "l'homme sauvage"[1].

Swing & TearsModifier

 
Dominique Molard aux percussions

En 1987, Patrice Querré, qui joue également avec Alan Stivell, préfère passer l'archet à Fañch Landreau. Cette nouvelle formation va marquer son empreinte musicale pendant une dizaine d'années en Bretagne, en France et ailleurs, sur scène et sur disque avec les enregistrements publiés par leur label Keltia Musique depuis 1991[2].

En 1994, après trois albums, Skolvan sort Swing & Tears qui sera désigné « album de l'année » en France (Trad Magazine), au Royaume-Uni (Folk Roots) et au Portugal (Diarode Noticias)[3]. Parmi les invités figure Dominique Molard aux percussions qui se joint au groupe en 1996, développant ainsi la palette sonore et les couleurs rythmiques à travers les tablas, le cajon, la derbouka, le bodhran associés à la batterie.

Yann-Fañch Kemener y interprète la gwerz qui a donné son nom au groupe[4].

Fañch Landreau quitte le groupe la même année[2].

Chenchet'n eus an amzerModifier

 
Le saxophoniste Bernard Le Dreau à droite (avec Jean-Michel Veillon)

En 1996, Skolvan propose une création, Gouel ha daeroù, réunissant chanteurs traditionnels et musiciens de jazz, très bien accueillie par le public et la critique[5]. En 2000, Chenchet'n eus an amzer (« Les temps changent ») traduit l'évolution musicale du groupe depuis l'arrivée en 1997 de Bernard Le Dreau (saxophones) et de Loig Troël (accordéon diatonique) en 1999[6]. On retrouve sur l'album les textes et la voix de Yann-Fañch Kemener, Didier Squiban et Gildas Boclé, en lien avec la création Gouel ha daerou en 1996. Il reçoit le Grand prix du disque Produit en Bretagne[7] et un « Bravo! » de la revue Trad Magazine.

Skolvan sous la forme « Big Band » est composé de 10 musiciens dont une section cuivres, qui vient en renfort pour accentuer le swing des airs de danses et amener la musique bretonne dans une orchestration encore plus jazz[2]. En 2002 se confirme la rencontre entre la musique traditionnelle bretonne et le jazz par un travail d'écriture musicale. C'est ainsi qu'en novembre, le groupe se produira au Piccolo Teatro (Teatro Strehler) à Milan (Italie) pour la manifestation Orchestra Senza Confini avec le Civica Jazz Band[8]. L'album Live in Italia a été enregistré lors d'un concert le 26 juin 2003 à Ostiano (Cremona) au Teatro della Rocca Viscontea. En mars 2006, il fête la Saint-Patrick à Paris-Bercy[9].

C'Hoari PevarModifier

Début 2009, Skolvan redevient quatuor avec les départs de Dominique Molard et Loig Troël et l'arrivée de l'accordéoniste chromatique Régis Huiban. En mai 2010 sort C’hoari pevar (jeu à quatre, quartet), enregistré sans musicien additionnel mais comportant des couleurs musicales multiples[10]. Il est présenté au Chapeau Rouge à Quimper et lors du cyber fest-noz à Rennes. Les mélodies sont des compositions sur mesure, toujours dans le respect de la danse (kost er c'hoed, kas a-barh, ronds de Loudéac et de Saint-Vincent, ridées, marche, etc.)[11]. Il reçoit un « Bravo ! » de Trad Magazine[12] . Le groupe tourne dans les festoù-noz et dans les festivals bretons (Interceltique, Cornouaille, Filets bleus)[13] ainsi qu'au festival Paris Breizh, jusqu’en Belgique et en Suisse. Le 20 avril 2014, le groupe fête ses 30 ans au Printemps de Châteauneuf et réalise une création en sextet pour le FIL 2015.

Membres actuelsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Anciens membresModifier

 
Loig Troël à l'accordéon

DiscographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Bertrand 2010, p. 21
  2. a b et c Bertrand 2010, p. 22
  3. Ancien site du festival des Filets Bleus
  4. « Biographie générale de Yann-Fañch Kemener par Jérémie Pierre Jouan », sur www.kemener.com (consulté le 8 septembre 2015)
  5. Le Guichaoua 2000, p. 6
  6. Le Guichaoua 2000, p. 5
  7. Marc Blachère, « Annie Ebrel. Une grande voix de la Bretagne vivante », l'Humanité,‎
  8. Armel Morgant, La musique bretonne : Les groupes à danser, L'anthologie vol. 1, 2005, Coop Breizh, p. 70
  9. « Une Nuit remplie de celtitude », Libération,‎
  10. Gérard Classe, Skolvan. Enfin le nouvel album !, Le Télégramme, 16 avril 2010
  11. Bertrand 2010, p. 23
  12. « C'hoari Pevar », Trad Magazine, no 132,‎ , p. 87
  13. « Folk-rock. A l'Interceltique, vieux loups de mer et banane irlandaise », Le Monde,‎ , p. 12

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Daniel Morvan (photogr. Bernard Galéron), Bretagne, Terre de musiques, e-Novation, , 144 p. (ISBN 978-2-9516936-0-9), « Danser (dañsal) : Réactions en chaîne dans le village du soir. Skolvan, la « swing machine » », p. 47
  • Dominique Le Guichaoua, « Skolvan : Nouveau breuvage à base de racines... », Trad Magazine, no 73,‎ , p. 4-6
  • Yann Bertrand, « Skolvan : Plus d'un quart de siècle sur scène », Musique bretonne, no 221,‎ , p. 21-23

Articles connexesModifier

Liens externesModifier