Simon Claude Grassin de Glatigny

Simon Claude Grassin de Glatigny
Description de cette image, également commentée ci-après
Simon Claude Grassin de Glatigny en uniforme des Arquebusiers
Nom de naissance Simon Claude Grassin
Naissance
Épineau-les-Voves (Yonne)
Décès (à 74 ans)
Saint-Cyr-la-Rivière (Essonne)
Pays de résidence Royal Standard of the King of France.svg Royaume de France
Conjoint
Cécile Christine Bénédicte de Peytier

Marguerite Geneviève Françoise de Vion de Tessancourt de Maisoncelle

Simon Claude Grassin, seigneur de Glatigny, baptisé le à Épineau-les-Voves (Yonne), décédé le à Saint-Cyr-la-Rivière (Essonne) était un homme de guerre français[1].

BiographieModifier

Fils de Jacques Charles Grassin et de Suzanne Sourdot, Simon Claude Grassin est baptisé le en l'église de la Nativité du Sauveur de Épineau-les-Voves.

Il embrasse le métier des armes en servant dans le régiment de Picardie ou il était capitaine des grenadiers du régiment en 1742, ou pendant l'hiver 1742-1743, il commence à fonder sa réputation comme chef de partisans, en faisant la petite guerre avec beaucoup de succès pour faciliter l'arrivée des vivres en Bavière, durant la guerre de Succession d'Autriche[2].

Devant les succès de cette troupe, il est autorisé par ordonnance royale du [3] de créer et lever un corps de troupe français appelé arquebusiers de Grassin, qui continua à servir très utilement durant toute cette guerre.

Le il est fait brigadier des armées du Roi et maréchal de camp .

Après le traité d'Aix-la-Chapelle, qui met fin à la guerre, son régiment étant licencié à la fin de 1748, il est fait chevalier de l’Ordre de Saint-Louis, Lieutenant pour Sa Majesté et commandant des ville et citadelle de Saint-Tropez.

GénéalogieModifier

Parents

Jacques Charles Grassin[4], baptisé le en l’église Saint-Thibault de Joigny, seigneur de Glatigny, du Bouzay... fut capitaine au régiment de Picardie puis des grenadiers du régiment de Normandie. Il est fait chevalier de l'Ordre de Saint-Louis et commandant du fort François de Berghes-Saint-Winock. Il décède en [5].
Il épouse par contrat en date du Suzanne Sourdot avec laquelle il a[6] :

  • Jacques Charles Grassin (1698-1708), procureur du roi à Joigny [incohérence : comment peut-il avoir été procureur en étant décédé à l'âge de 10 ans ?!]
  • Marie Suzanne Grassin (1699-1702)
  • Simon Claude Grassin dont il est question dans cet article
  • Jacques Alexandre Grassin de Glatigny (1703-?) surnommé « l'abbé Grassin », prêtre du diocèse de Sens, doyen de l'église Collégiale de Courpalay-en Brie, prieur de Châteauneuf, de Marsac et de Frossay.
  • Suzanne Grassin (1705-1713)
  • Marie Suzanne Grassin (1714-?).


Simon Claude Grassin seigneur de Tremont et Glatigny, épousa en premières noces, pendant la guerre à Anvers, Cécile Christine Bénédicte de Peytier (1718- ) avec laquelle il eut une fille unique[5] :

  • Catherine Grassin

Il épousa en seconde noces, le Marguerite Geneviève Françoise de Vion de Tessancourt dame de Maisoncelles et de Thionville, fille de feu René de Vion[7], seigneur de Tessancourt de Maisoncelle et de Marie Marguerite de La Salle avec laquelle il eut[5] :

  • Elisabeth Marie Grassin (1760-1799)
  • Alexandrine Marie Grassin

Articles connexesModifier

Notes, sources et référencesModifier