Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus

verset de saint Paul dans le Nouveau Testament, repris plus tard par John Smith de Jamestown au début des années 1600 et par Lénine pendant la révolution russe du début des années 1900

« Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus » est un verset de saint Paul dans le Nouveau Testament (deuxième épître aux Thessaloniciens, chapitre 3, verset 10), repris plus tard par John Smith de Jamestown au début des années 1600 et par Lénine pendant la révolution russe du début des années 1900.

Union soviétiqueModifier

Selon Vladimir Lénine, "Celui qui ne travaille pas ne mangera pas" est un principe nécessaire sous le socialisme, phase préliminaire de l'évolution vers la société communiste. Cette phrase apparaît dans son ouvrage de 1917, L'État et la Révolution.

Le principe a été énoncé dans la Constitution soviétique de 1918, ainsi que dans l'article douze de la Constitution soviétique de 1936 et dans le point 2 du Code moral du bâtisseur du communisme, adapté à 1961 par le 22e Congrés du PCUS.

Critiquant Staline, Léon Trotsky a écrit que: "Le vieux principe: celui qui ne travaille pas ne doit pas manger, a été remplacé par un nouveau: celui qui n'obéit pas ne doit pas manger."

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier