Service militaire en Turquie

Le service militaire en Turquie (en turc : Askerlik hizmeti, le plus souvent abrégé askerlik) constitue la conscription obligatoire des jeunes ressortissants turcs.

Présentation généraleModifier

 
Des soldats turcs dans le cadre de la Force pour le Kosovo en 2010.

Le service militaire en Turquie est obligatoire pour les Turcs âgés au moins de 21 ans[1] et ne concerne que les hommes[2]. La durée du service est de 12 mois en général et de 6 mois pour les diplômés universitaires[3]. Il est possible de demander un sursis motivé pour réaliser son service plus tard. La loi turque prévoit également une taxe de 18 000 livres turques (plus de 5 000 euros) pour les nationaux et de 2000 euros pour les binationaux (2019) qui veulent s'exempter du service militaire[4],[5]. Sont également exemptés du service ceux qui sont inaptes, mentalement ou physiquement, après un examen médical, ceux qui ont un frère mort pendant son service, et ceux qui ont déjà réalisé un service militaire pour un autre pays[6].

Cadre légalModifier

Le service militaire figure dans la Constitution turque de 1982[7].

« Le service patriotique est un droit et un devoir pour chaque Turc. La loi réglemente les modalités suivant lesquelles ce service sera effectué ou considéré comme effectué au sein des Forces armées ou dans le secteur public. »

— Article 72 de la Constitution turque de 1982

C'est la « loi sur le service militaire » (Askerlik Kanunu), no 1111, du qui réglemente ce service en Turquie. Elle a été modifiée plusieurs fois afin notamment de prévoir le cas des binationaux[8].

Aspect sociologiqueModifier

Le service militaire en Turquie est une véritable institution sociale. Outre le fait de servir sa nation, elle est vue comme un moyen de « devenir homme », éventuellement pour accéder ensuite « au mariage et à la vie professionnelle ». Cette institution, très axée sur la masculinité, produit de fait des traumatismes psychologiques chez les LGBT. L'armée prévoit aux homosexuels, qui déclarent leur homosexualité lors d'un examen médical, une exemption au service. Jusqu'en 2015, ils devaient apporter la preuve de leur homosexualité (via une photographie par exemple) mais un certain nombre d'entre eux ne pouvaient ou ne voulaient pas apporter une telle preuve, la simple déclaration soumise à l'approbation d'un médecin suffit dorénavant[9],[10].

RéférencesModifier

  1. (tr) « Askerlik yaşı belli oldu! », sur Cumhuriyet, (consulté le 10 août 2016)
  2. « Le service militaire serait-il obligatoire pour les femmes en Turquie ? », sur Radio-télévision de Turquie, (consulté le 10 août 2016)
  3. (en) « Turkish Armed Forces getting more professional », sur Daily Sabah, (consulté le 10 août 2016)
  4. (en) « Applications for paid exemption from military service open », sur Daily Sabah, (consulté le 10 août 2016)
  5. « Un service militaire à 1000 euros pour les Turcs vivant à l'étranger depuis 3 ans », sur Zaman France, (consulté le 10 août 2016)
  6. (en) « Overview of Compulsory Military Service », sur Ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, (consulté le 10 août 2016)
  7. « Constitution du 7 novembre 1982 », sur Université de Perpignan (consulté le 10 juin 2016)
  8. « Service national en Turquie des binationaux », sur Consulat général de France à Istanbul, (consulté le 10 août 2016)
  9. Pinar Selek, Devenir homme en rampant. Service militaire en Turquie : construction de la classe de sexe dominante, L'Harmattan, , 220 p. (ISBN 978-2-343-02441-7, lire en ligne)
  10. (en) Metin Gurcan, « Gays seeking military exemption in Turkey no longer need to provide visual proof of their homosexuality », sur al-monitor.com, (consulté le 4 novembre 2016)

Articles connexesModifier