Service de police de la Ville de Montréal

police

Service de police
de la ville de Montréal
Blasons
Patch
Écusson
Autre Patch
Blason
Logo de l'agence
Logo
Une équipe engagée Devise : « Une équipe engagée »
Informations
Nom Service de police
de la ville de Montréal
Nom à la création Département de police de Montréal(1865-1972)
Service de police de la Communauté urbaine de Montréal (SPCUM)(1972-2002)
Abréviation SPVM
Création 1865
Type d'agence Police municipale
Affiliation Ville de Montréal
Directeur Sylvain Caron
Budget 691,6 (2014)
Effectifs
  • Policiers: 4586 (2015)
  • Civils: 1503 (2015)
  • 46% sont des femmes pour les policiers.(2015)
Quartier général 1441 rue St-Urbain

Montréal, (Québec) , Canada

Site Internet www.spvm.qc.ca
Juridiction
Juridiction Montréal
Image illustrative de l’article Service de police de la Ville de Montréal
Superficie 49 705 ha = 497,05 km2
Population 1 937 999 hab. (2 014) hab.
Moyens
Véhicules de patrouille
  • 568
Véhicules banalisés
  • Semi-banalisés:12
  • Banalisés:550
Autres véhicules
  • Véhicules pour agents de stationnement:113
  • Bateaux, remorques:45

Le Service de police de la Ville de Montréal (ou SPVM) est le service de police municipale de la ville de Montréal et son agglomération. Il possède des postes majeurs, un quartier général et des postes de quartier pour contrer la criminalité et se rapprocher de la population.

HistoireModifier

Sources coloniales et modernes du SPVMModifier

En consultant l'histoire de la police à Montréal telle que narrée sur le site même du SPVM, on constate que le point de départ communément admis pour les opérations de maintien de l'ordre sur le territoire de la ville de Montréal est le , date à laquelle Paul Chomedey de Maisonneuve met en place, dans le cadre de la colonisation et de l'évangélisation de la Nouvelle-France, une milice de 120 hommes pour protéger la colonie française de Ville-Marie[1].

 
Paul Chomedey de Maisonneuve aurait fondé, le 27 janvier 1663, la première milice européenne pour garantir la sécurité de la colonie de Ville-Marie.

Le site précise la mission plus militaire que policière de cette première milice :

"Davantage occupée à surveiller l’ennemi qui menace les paysans dispersés sur leurs terres à l’extérieur des murs de Ville-Marie, la centaine de volontaires n’a pas pour responsabilité première de réprimer le crime ni de faire respecter les édits royaux."[1]

Outre le fait qu'elles ne permettent pas de se faire une représentation précise du maintien de l'ordre au sein de la colonie de Ville-Marie, ces remarques doivent également servir à rappeler l'origine coloniale aussi bien que moderne (postérieure au XIXe siècle) du concept même de police en territoire montréalais.

En effet, Montréal est dans un premier temps une colonie qui tente d'imposer militairement sa présence sur un territoire précédemment occupé par les populations autochtones, et notamment la nation Mohawk. Il faut donc se souvenir que l'histoire de la police à Montréal, souvent écrite par des Européens ou des descendants d'Européens, cherche ses sources dans les premières heures de la colonie de Ville-Marie. Ni le concept de police, ni même celui d'une justice fondée sur la punition ou la répression violente ne sauraient décrire les systèmes légaux mohawks, historiquement fondés sur la notion de justice réparatrice[2],[3],[4].

D'autre part, au sein même de l'histoire de la culture européenne et occidentale, le concept de police en tant que corps étatique chargé du maintien de l'ordre est une invention moderne qui n'émerge qu'à la fin du XVIIIe siècle en Europe et dans la culture occidentale dans son ensemble[5]. Montréal et l'histoire de sa police s'inscrivent dans cette histoire plus générale.

Le Service du guet (1818-1838)Modifier

En fait, comme le résume Émilie Girard, l'instauration d'une police municipale à proprement parler à Montréal est une importation anglaise qui ne remonte qu'à 1865[6]. "Avant cette date" explique Émilie Girard, "la justice est appliquée par des juges de paix et des connétables, de simples citoyens. Si ceux-ci sont incapables de faire face à la situation, c’est la garnison qui est appelée en renfort."[6]

En outre, le , l'Acte qui pourvoit plus efficacement à la Sûreté des Cités de Québec et de Montréal par l’établissement d’un Guet mène à la mise en place d'un système de maintien de l'ordre nommé le "Service du guet" :

"Il est constitué de 1 chef, de 1 chef adjoint et de 24 hommes de patrouille. Pour être embauché, il faut avoir de bonnes mœurs, être en bonne santé, bilingue et recommandé. Les guetteurs font des rondes de surveillance entre 19 heures et 5 heures du matin avec pour seule arme un bâton de cinq pieds! Ils sont également munis d’une crécelle (finalement remplacée par un sifflet) pour alerter leurs collègues et dissuader les malfaiteurs."[6]

Cette crécelle sert aussi à "marquer le temps", et est à l'origine du surnom de ces guetteurs : "Toutes les demi-heures, les guetteurs la font tourner, puis crient, lorsqu’il n’y a rien à signaler, « All is well! ». C’est ainsi qu’ils gagnent leur surnom de « bazouelles »."[6]

Également chargés d'allumer les lanternes dans les rues[7],[6], ces guetteurs oeuvraient la nuit, tandis que c'étaient des gendarmes (constables, ou connétables) qui étaient censés assurer la sécurité pendant le jour[8].

Sous-financement du Service du guet et création de la police à la suite de la rébellion du Bas-Canada (guerre des Patriotes) (1838-1865)Modifier

Vers 1837-1838, les activités du Service de guet prennent fin pour deux raisons coïncidentes. D'une part, le Service souffre d'un manque de financement ; de l'autre, il se voit remplacer par un corps de police mis en place par Lord Durham. Dans le but de réprimer la rébellion des Patriotes, Durham met en place "un corps de policiers salariés et à plein temps placé sous l'autorité directe d'un surintendant de police à Québec et à Montréal"[9], que les Canadiens appelleront, par dérision, la "police de Durham"[9].

 
Lord Durham crée la police de Montréal dans le but de réprimer la rébellion des Patriotes de 1837.

Émilie Girard résume la nature et les tâches de ce corps de police à ses origines, puis son évolution en organisme proprement montréalais dans le courant des années 1840 :

"Mise en service en 1838, cette police est composée, à Montréal, de 4 officiers, 6 sergents, 6 caporaux, 4 cavaliers et 102 constables sous la direction de Pierre-E. Leclère. Elle a pour but de mater les rassemblements contestataires et d’apaiser les troubles patriotes. Elle surveille autant dans la ville que dans les campagnes avoisinantes. Lors de la seconde incorporation de la Cité au début des années 1840, la police de Durham est cédée à la Ville et le gouverneur nomme un commissaire de police du Bas-Canada à Montréal : Alex Comeau. Ce dernier a 60 hommes sous sa direction : 3 capitaines, 3 lieutenants (qui sont responsables chacun de 1 poste de police), 3 gardiens de prison, 2 policiers à cheval, 3 chargés des « services secrets » (les enquêtes) et 46 constables."[6]

Le , le service de police est baptisé « Département de la police de Montréal »[10].

XXe siècle et XXIe siècleModifier

Vers le début du XXe siècle, le corps de police de Montréal compte 467 constables, inspecteurs et chefs de service. Le corps se subdivise, des escouades de la moralité et des départements locaux sont créés.

Le nombre des effectifs de la police reste à peu près le même depuis le début du siècle jusqu’à 1930, quand on engage du personnel en grand nombre dans le cadre de la crise économique de 1929. En effet, à la suite de la crise, des dizaines de milliers d’ouvriers perdent leur travail et on note une hausse de la criminalité. Vers la fin des années 1930, le service de police compte environ 1 500 personnes.

À la suite des progrès des analyses scientifiques, on crée, en 1957, le Laboratoire mobile. Il évolue et se transforme dans les années 1980 pour devenir la section technique.

Plusieurs policiers de Montréal sont morts dans l’exercice de leur fonction et leur mémoire est conservée par le Musée de la police de Montréal[11].

Actuellement, l’effectif de la police de Montréal est d’environ 4 600 policiers et policières et plus de 1 600 employés civils[12],[13].

En , le SPVM informe les médias qu'il a lancé une enquête en pour découvrir la personne qui « a tenté de vendre une liste d'informateurs à la mafia [montréalaise] »[14],[15],[16]. Quelques jours plus tard, le présumé informateur, un ex-policier du SPVM, s'est suicidé[17].

En , le Service de police de la Ville de Montréal entreprend une grande réforme en matière d'interpellation, prennant ainsi en compte les revendications exprimées lors des manifestations internationales qui ont suivi la mort de George Floyd à Minneapolis.

Critiques et débatsModifier

Débats sur les pratiques d'interpellations et sur la discrimination racialeModifier

Il est soutenu, notamment grâce aux travaux statistiques et historiques de l'auteure et activiste Robyn Maynard, que les forces de police au Canada sont les héritières du système colonialiste européen, fondé entre autres sur le remplacement des populations autochtones du Canada et sur l'esclavagisation des Noirs, selon une idéologie assumée d'inégalité des races[18], les manifestations contemporaines de ce legs historique autour de la question de la discrimination raciale continuent de faire débat, sans produire de consensus jusqu'à présent.

En 2004, la cinéaste Michka Saäl réalise par exemple un documentaire intitulé Zéro tolérance, qui suggère, que des pratiques de discrimination raciale ont cours au SPVM.[19] Cette situation est alors déjà ancienne, puisque, dans le film, l'une des personnes interviewées n'est autre qu'Édouard Anglade, auteur de l'ouvrage Nom de code, Mao: parcours du premier policier haïtien à Montréal, qui témoigne des différents actes de discrimination dont il a été témoin et victime en tant que membre noir du SPVM dans les années 1970[20].

La situation perdure pendant des années : le , dans un article du journal La Presse, le commandant d'origine haïtienne Patrice Vilcéus signale qu'au SPVM, « le racisme et le profilage racial qui existent encore, tant à l’intérieur de ses murs, que lors de certaines intervention »[21]. Un article publié dans le journal Métro le de la même année se fait le porte-voix d'un groupe de policiers noirs membres du SPVM qui se placent en opposition avec l'opinion de la Fraternité des policiers, selon laquelle il n'y aurait pas de problèmes de racisme au SPVM.[22]

En , un rapport remis au SPVM intitulé Les interpellations policières à la lumière des identités racisées des personnes interpellées a établi que des disparités systémiques étaient observables dans la pratique des interpellations au SPVM.[23]

À la p. 34 de ce rapport, les auteurs reconnaissent ne pas pouvoir produire de statistique exacte ni d'opinion parfaitement éclairée sur la question de la discrimination raciale, en raison de l'absence de collecte de statistiques policières précises à ce sujet[24]. Dans un souci d'objectivité, le même rapport dresse d'ailleurs l'historique détaillé des réponses du SPVM aux tentatives d'établir scientifiquement des données précises concernant la discrimination au regard de la difficile représentativité des échantillons employés par les chercheurs pour tenter de cerner avec justesse les phénomènes de racisme.

En revanche, p. 114 et suivantes, le rapport se prononce clairement en faveur du constat selon lequel "les membres des groupes racisés ont tendance à être plus fréquemment l'objet d'interpellations multiples", tandis que "les personnes autochtones font l'objet d'interventions policières à répétition et à une fréquence démesurée"[23],[25],[26].

Le , le site du SPVM présente une nouvelle "politique sur les interpellations policières", reconnaissant ainsi "la problématique sociétale que représente le racisme systémique ainsi que l’existence de disparités dans les interpellations policières causées par des biais systémiques", et visant à établir "qu’une interpellation doit être basée sur des faits observables et sans motifs discriminatoires, c’est-à-dire sans égard à l’identité ethnoculturelle réelle ou perçue, la religion, le genre, l’identité, l’orientation sexuelle ou le statut socioéconomique"[27]. Selon Sylvain Caron, le directeur du SPVM, il s'agirait d'une première au Québec[27].

Affaire CamaraModifier

Malgré ces discours et ces velléités affichées, un fait divers survenu le 28 janvier 2021 vient relancer à grande échelle le débat public sur la discrimination raciale perpétrée par les agents du SPVM. Le 28 janvier, après qu'un agent de la police, Sanjay Vig, s'est fait blesser et retirer son arme par un suspect non identifié, Mamadi III Fara Camara, un homme noir, doctorant et technicien de laboratoire à l'École Polytechnique de Montréal interpelé quelques minutes auparavant pour une infraction prétendue au Code de la sécurité routière, témoigne de l'agression depuis son véhicule et appelle le 911 (le numéro d'urgence de la police). M. Camara est alors arrêté, puis placé en détention préventive au centre de détention Rivière-des-Prairies pendant six jours, et ce alors même qu'un autre témoin, Juan Angel Flores, offrait son témoignage sur un suspect ne correspondant aucunement à l'apparence physique de M. Camara[28],[29],[30]. Dans la lancée de cette interpellation, le SPVM saccage l'appartement de M. Camara et interpelle violemment la famille de l'homme suspecté à tort[31]. Au bout de quelques jours, le SPVM s'aperçoit de son erreur et libère M. Camara, profondément traumatisé par l'affaire[32]. L'opinion publique s'émeut de l'événement et les accusations de profilage racial du SPVM contre un homme noir innocent se multiplient[33],[34],[35],[36], tandis que d'autres observateurs évoquent une "vision en tunnel"[37] de la part d'un SPVM habitué à chercher les suspects au sein des communautés racisées. Récusant toute accusation de racisme, le SPVM présente, après plusieurs jours, ses excuses à M. Camara, qui les accepte[38]. Le dossier n'est pas clos depuis, cependant ; M. Camara étudie encore la possibilité d'une poursuite civile[38], tandis que le débat reste ouvert sur la présence ou non de racisme systémique au Québec et sur la capacité du SPVM à éradiquer le profilage racial auquel plusieurs observateurs associent l'affaire Camara[39].

Affaires internes et soupçons de corruptionModifier

En , deux anciens policiers du SPVM allèguent que le service des affaires internes « [a fabriqué] des éléments de preuve contre eux alors qu'ils s'apprêtaient à dévoiler des cas de corruption au sein de la force policière »[40], alors qu'un troisième « soutient avoir été pris en filature par des enquêteurs du même département alors qu'il s'apprêtait à faire des révélations le concernant[41]. » Le , Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique du Québec, mandate par la suite la Sûreté du Québec pour enquêter sur ces allégations[42]. Le , à la suite d'accusations supplémentaires contre des policiers du SPVM, Martin Coiteux annonce une enquête administrative sur le service de police, il « n'a pas voulu donner d'indications sur le nombre de nouveaux cas soulevés et leur nature. Il a toutefois souligné qu'il fallait prendre note de l'ampleur des mesures déployées pour mesurer le sérieux de la situation. Ainsi, deux démarches parallèles mais complémentaires sont mises en place[43]. »

Dans un article daté du , Radio Canada revient sur les conclusions et les conséquences du rapport du commissaire Michel Bouchard, censé jeter la lumière sur le traitement potentiellement illégal des affaires de corruption et de brutalité policière qui menaçaient le SPVM au début de la même année[44].

Procédant à l'examen de "plus de 1000 dossiers déposés auprès de la Division des enquêtes internes du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) de 2010 à 2017"[44], le rapport en conclut à une situation opaque et pleine d'irrégularités :

« L’examen que nous avons effectué de plusieurs de ces dossiers nous confirme que les irrégularités signalées lors de nos rencontres avec plusieurs personnes ayant œuvré aux affaires internes ont été commises, écrit-il. Les informations incomplètes, ou pire encore, l’absence de véritable information constatées dans ces dossiers nous permettent d’affirmer que les processus d’enquête [...] n’ont pas été respectés et qu’ils varient de bâclés à inexistants. »[44]

Dans la foulée de la publication de ce rapport, le chef du SPVM de l'époque, Philippe Pichet, est démis de ses fonctions.

Plusieurs années après ce scandale, la situation demeure trouble : d'une part, le SPVM affirme avoir réformé son service des affaires internes.[45] Mais l'ancien chef du SPVM, Philippe Piché, est encore en conflit avec le gouvernement du Québec, estimant que ce dernier l'a licencié sans raison valable : "Dans une mise en demeure envoyée le au bureau du procureur général du Québec, Philippe Pichet affirme que lui et sa famille ont subi des dommages moraux depuis trois ans découlant de la gestion de son dossier par le ministère de la Sécurité publique."[46]

Débat sur le financementModifier

En 2020, dans la foulée des manifestations de George Floyd et des mouvements d'abolition de la police aux États-Unis, une coalition rassemblant une cinquantaine d'organisations montréalaises est créée sous le titre de Defundthespvm[47].

Selon Darryl Davies, chercheur à l'Université de Carleton, le mouvement francophone est cependant d'une envergure moindre que ce qui est observé ailleurs au pays. La marginalité du mouvement au Québec s'expliquerait principalent par le fait que des inégalités dénoncées concernent des situations observées aux États-Unis, comme ce fut le cas à la suite du décès de l'Américain George Floyd.

https://www.ledevoir.com/societe/583830/en-finir-avec-la-police consulté le 2021-01-03

MissionModifier

Selon la loi sur la police, la mission du SPVM est la suivante: «Chaque corps de police municipal a compétence, sur le territoire de la municipalité à laquelle il est rattaché ainsi que sur tout autre territoire sur lequel il assure des services policiers, pour prévenir et réprimer les infractions aux règlements municipaux.»[48]

De plus, selon cette même loi le SPVM fournira des services de niveau 5, car la population est de 1 000 000 ou plus[48]. Ces services comprennent les choses suivantes[49] :

GendarmerieModifier

  • Sécurité nautique des plaisanciers circulant sur le fleuve Saint-Laurent

EnquêtesModifier

  • Gestion d'événements terroristes
  • Importation et exportation de drogues, en collaboration avec la Sûreté du Québec
  • Trafic d'armes et d'explosifs
  • Enlèvement dont la victime est emmenée à l'extérieur du Québec
  • Gageure et bookmaking
  • Infraction criminelle commise par un réseau opérant sur une base interrégionale
  • Corruption de fonctionnaires judiciaires ou municipaux
  • Fraude commerciale et immobilière commise par une personne ou une entité visée par la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes et ses règlements d'application

Mesures d'urgenceModifier

  • Intervention héliportée (par la Sûreté du Québec, la police provinciale)
  • Contrôle de foule avec risque élevé d'agitation, de débordement et d'émeute
  • Intervention lors d'une prise d'otage ou impliquant un tireur actif

Services de soutienModifier

  • Plongée sous-marine
  • Désamorçage et manipulation d'explosifs impliquant le recours aux techniciens d'explosifs
  • Infiltration des plus hautes sphères de la hiérarchie criminelle
  • Polygraphie et hypnose
  • Équipe cynophile en matière d'explosifs
  • Renseignement de sécurité opérationnelle
  • Évaluation et protection des collaborateurs de justice
  • Soutien aux interrogatoires vidéo
  • Utilisation d'agent civil d'infiltration

Listes des directeurs du SPVMModifier

 
6. Moses Judah Hays
 
7. Guillaume Lamothe
 
11. David Legault
 
14. Pierre Bélanger
Nom[50] Dates du mandat Intérim(*)
1 Alexandre Comeau 1843 1844
2 Thomas Wiley 1844 1849
3 Hippolyte Jérémie  1849 1850
4 Thomas McGrath  1850 1853
5 Chas. O. Ermatinger  1853 1854
6 Moses Judah Hayes  1854 1861
7 Guillaume Lamothe  1861 1865
8 Fred. A. Penton  1865 1879
9 Hercule Paradis  1879 1888
10 George A. Hughes  1888 1900
11 David Legault 1901 1904
12 Olivier Campeau  1904 1918
13 Joseph Tremblay 1918 *
14 Pierre Bélanger 1919 1928
15 Hulbrit Langevin  1928 1931
16 Fernand Dufresne  1931 1946
17 Charles Barnes  1947 *
18 Albert Langlois  1947 1954
19 T.O. Leggett  1954 1956 *
20 Pacifique Plante  1956 *
21 Albert Langlois 1957 1961
22 Ernest Pleau 1961 *
23 Adrien J. Robert  1961 1965
24 Jean-Paul Gilbert  1965 1970
25 Marcel Saint-Aubin 1970 1971
26 Jean-Jacques Saulnier  1971
27 Maurice Saint-Pierre  1972 *
28 René Daigneault  1972 1977
29 Henri-Paul Vignola  1977 1981
30 André De Luca  1982 1985
31 Roland Bourget 1985 1989
32 Alain Saint-Germain  1989 1994
33 Jacques Duchesneau  1994 1998
34 Claude Rochon 1998 *
35 Michel Sarrazin  1998 2005
36 Yvan Delorme 2005 2010
37 Marc Parent 2010 2015
38 Philippe Pichet 2015 2017
39 Martin Prud'homme 2017 2018 *Provisoirement
40 Sylvain Caron 2018

Martin Prud'Homme a été nommé directeur du SPVM à la suite du renvoi de Philippe Pichet et mandaté pour réformer le SPVM.

Police de quartierModifier

Le SPVM peut compter sur 30 postes de quartier (PDQ) pour offrir les services aux citoyens. Les postes de quartier (PDQ) offrent les services suivants[51]:

  • Services pour tous (réponses aux appels d'urgence, visites conseils, prêt gratuit de burins[Quoi ?], etc.)
  • Services pour la jeunesse (vérification et installation des sièges d'autos, gestion des passages d'écoliers, etc.)
  • Services pour des clientèles spécifiques (conférences sur la sécurité des femmes, suivi auprès des victimes de violences conjugales, etc.)
  • Services spécialisés (travaille de concert avec certaines unités spécialisées: sécurité routière, module antiterrorisme, escouade canine, GTI (Groupe tactique d'intervention, etc.)

GradesModifier

Répartition des policiers selon leur grade[52]
Grade Effectif
Agent 3 373
Agent Sénior 47
Sergent 388
Sergent-détective 585
Lieutenant 30
Lieutenant-détective 64
Commandant 76
Inspecteur 19
Inspecteur-chef 17
Directeur-adjoint 4
Directeur 1

Unités spécialiséesModifier

Le Service de police de la ville de Montréal est le seul service de police au Québec bénéficiant d'unités qui visent à aider les policiers avec les urgences psychosociales et avec les sans-abris. Le SPVM peut aussi compter sur plusieurs autres unités pour aider les policiers[53], dont:

ÉSUP (Équipe de soutien aux urgences psychosociales)Modifier

Équipe mixte de policiers et de travailleurs sociaux provenant du SPVM (Policiers) et du CSSS Jeanne-Mance (Intervenant). Ceux-ci travaillent pour le moment seulement de soir 7 soirs sur 7, 365 jours/année depuis le . Cette équipe peut être répartie par le service 9-1-1 ou appelée en coopération par des policiers sur appel avec une problématique de santé mentale. Selon le site du SPVM, voici le rôle du policier: «Le policier assure la sécurité des lieux et analyse la situation du point de vue de l’intervention policière. Il voit à l’application des règles de sécurité publique, joue un rôle-conseil auprès des autres policiers et procède, si nécessaire, au transport de la personne vers la ressource appropriée.» Et voici le rôle de l'intervenant social du CSSS Jeanne-Mance: «L’intervenant du CSSS Jeanne-Mance estime l’état de santé mentale de la personne et établit avec le policier, la meilleure réponse dans les circonstances. Il fait le lien avec les intervenants des ressources où sera orientée la personne. Il peut aussi, lorsque l’hospitalisation n’est pas nécessaire, offrir sur place des conseils et des références à la personne.»[54]

En 2015, il a été annoncé que le service en collaboration avec le CIUSSS du Centre-sud-de-l'ïle-de-Montréal (anciennement CSSS Jeanne-Mance) allait maintenant être offert de jour et de soir, une bonne nouvelle pour les policiers en intervention nécessitant un support spécialisé[55].

EMRII (Équipe multidisciplinaire en référence et intervention auprès des itinérants)Modifier

L'EMRII est une escouade créée par le SPVM en relation avec le CSSS Jeanne-Mance pour prendre en charge les cas d'itinérants extrêmes où les relations avec les policiers sont compromises ou au point mort. Cette équipe est composé de 6 agents de police, 2 travailleurs sociaux ainsi que d'une infirmière. Cette équipe a aussi le mandat de réduire la surjudiciarisation chez les cas extrêmes[56]. Malgré cela selon une étude l'EMRII ne changerais pas les statistiques du tout au tout mais il faut penser que c'est quand même un pas en avant et que c'est avant un problème de société.

Voici la mission tel qu'exprimé sur le site de la sécurité publique: «Réaliser du travail de proximité pour rejoindre des personnes itinérantes ou à de le devenir, qui sont régulièrement l’objet d’interventions policières, et voir à les référer à des services appropriés en fonction de leurs besoins afin d’améliorer leurs conditions de vie et de favoriser leur réinsertion.»[57]

GTI (Groupe tactique d'intervention)Modifier

Le Groupe tactique d'intervention du service de police de la ville de Montréal[58] a été créé en 1956. Lors de sa création ce groupe avait 3 objectifs soit : les explosifs (bombes), fusillades et la plongée sous-marine. Il portait cependant le nom de Laboratoire mobile lors de sa création. Les objectifs étaient par gradation, ce qui veut dire que pour le Laboratoire mobile les bombes étaient plus importantes que les fusillades ou la plongée sous-marine, car on sait que lors de fusillades on peut prendre le temps de négocier ou que la recherche par plongée sous-marine peut aussi attendre. L'ambiance lors de sa création était aux attentats à la bombe, car lorsqu'il y avait des fusillades il suffisait d'envoyer quelques policiers avec 1 ou 2 mitraillettes.

Composition du GTI présentement[59]:

  • 4 sergents
  • 2 agents d'intervention senior
  • 18 agents d'intervention
  • 1 sergent (Formation et contrôle de la qualité)
  • 2 agents d'intervention senior (Formation et contrôle de la qualité)

Le GTI (Groupe tactique d'intervention) effectue pas moins de 400 interventions par an[59].

Postes de quartierModifier

Arrondissement PDQ Commandant Lieutenant Effectifs
Baie-d'Urfé, Beaconsfield, Kirkland, Sainte-Anne-de-Bellevue, Senneville 1 Dominic Couture Lynne Labelle 49
L'Île-Bizard, Pierrefonds, Sainte-Geneviève, Roxboro 3 Guillaume Théberge François Sauvé 71
Dollard-des-Ormeaux 4 François Morier François Dell'Accio 50
Dorval, L'Île-Dorval, Pointe-Claire 5 Sylvain Malo François Charron 83
Saint-Laurent 7 Jean Robillard Jean-Pierre Théorêt

Louis Pelletier

110
Lachine, Saint-Pierre 8 Luis Oliveira Julie Lavigne 59
Côte-Saint-Luc, Hampstead, Montréal-Ouest, Notre-Dame-de-Grâce 9 Danny Diotte Luc Campeau 114
Bordeaux, Cartierville 10 Martin Montour Martin Campeau 50
Ville-Marie Ouest, Westmount 12 François Labonté Marie-Eve Gonthier 56
LaSalle 13 Joanne Matte Julie Lavoie 78
Saint-Paul, Petite-Bourgogne, Pointe-Saint-Charles, Saint-Henri, Ville-Émard 15 Jean-Marc Schanzenbach Julie Lavigne 109
Île-des-Sœurs, Verdun 16 Sylvain Dubois Caroline Alarie 75
Centre-Ville, Parc du Mont-Royal 20 Jacinthe Boucher Laurent Lisio 107
Centre-Ville, Île Notre-Dame, Île Sainte-Hélène, Vieux-Montréal 21 Martine Dubuc François Lavigne 127
Centre-Sud 22 François Labrecque Raz Mandjee 71
Hochelaga-Maisonneuve 23 Steve Dassylva Salvatore Baiamonte 77
Côte-des-Neiges, Mont-Royal, Outremont 26 Jean-Nicolas Nault Stéphane Rodrigue

Pascal Poirier

206
Ahuntsic 27 Alexandre Lelièvre Carl Dussault 92
Saint-Michel 30 Claude Lizotte Yanick Laneville 68
Villeray 31 Jean-Sébastien Marcotte Louis-Philippe Cloutier 69
Parc-Extension 33 Jean-Sébastien Marcotte Daniel Théoret 47
La Petite-Italie, La Petite-Patrie, Outremont 35 Jonathan Martel Patrice Henry 73
Le Plateau-Mont-Royal 38 Marc Lauzon Éric Jean 145
Montréal-Nord 39 Patrick Lavallée Julie Bessette 105
Saint-Léonard 42 Alain Cardinal Sébastien Urbain 72
Rosemont - La Petite-Patrie 44 Steve Girard Mylène Sanchez 96
Rivière-des-Prairies 45 Éric Breton Dany St-Pierre 53
Anjou 46 Josée Deslongchamps Jean Girard 51
Mercier - Hochelaga-Maisonneuve 48 Claude Paradis Dany St-Pierre 93
Montréal-Est, Pointe-aux-Trembles 49 Serge-Dany Marin Paolo Santini 70
Aéroport International Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal 55 Guy Bianchi 32

AUTRES DIVISIONS-
Commandant/Inspecteur Membres Effectifs
Division des communications

Insp. Sébastien De Montigny

Division des Communications


Cmdte. Hélène Mercier

Division des Communications


Sgt. Emmanuel Anglade

Division des Communications


Cst. Raphaël Bergeron (Relationniste)

Cst. Jean-Pierre Brabant (Relationniste)

Cst. Manuel Couture (Relationniste)

Cst. Caroline Chèvrefils (Relationniste)

Cst. Véronique Comtois (Relationniste)

Cst. Julien Lévesque (Relationniste)

ÉquipementModifier

CeinturonModifier

Les agents du SPVM (Service de police de la ville de Montréal) ont pour la plupart l'équipement décrit ci-dessous:

  • L'arme de service du SPVM était le Walther P99QAmm jusqu'à 2015 ; depuis celle-ci a été remplacé par le Glock 19.
  • L'étui du pistolet peut être porté à la ceinture ou le long de la jambe.
 
Agents du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) à cheval sur le Mont Royal. La cavalerie du SPVM compte 8 chevaux de race cheval canadien, 10 policiers et 3 palefreniers. L'écurie se trouve dans le parc du Mont-Royal.

UniformeModifier

Les policiers du SPVM ont depuis le la chemise de couleur «blue-black» avec un pantalon «blue-black». Selon le Service de police de la ville de Montréal, cette chemise va contribuer à dissimuler le gilet pare-balles (les gilets pare-balles sont portés en surface en Amérique du Nord pour plusieurs services)[60].

 
L'escouade anti-émeute en 2012
 
Uniforme du SPVM

ÉcussonsModifier

Le SPVM a modifié son écusson le remplaçant celui du SPCUM. Il changera de nouveau le pour marquer le 175e anniversaire du SPVM, il portera dorénavant l’inscription « depuis 1843 » qui est l’année de fondation du tout premier service de police de Montréal[61].

Arme à feuModifier

Le , le SPVM procéda à la publication d'un appel d'offres dans le but de remplacer ses 4900 pistolets pour des Glock 19 9mm[62]. Le SPVM conclut un contrat de 3 077 299,81 $ avec Korth Group LTD[63].

VéhiculesModifier

Les véhicules du SPVM sont pour la plupart munis de gyrophares (Code3 Defender, Federal Signal Legend) et de sirènes (Zone Technologies ZTEP-103). De plus, tous les véhicules lettrés du SPVM sont munis d'une imprimante thermique pour les constats d'infractions et d'un terminal (ordinateur portable avec clavier externe comprenant un écran tactile). Dans l'habitacle, un séparateur sépare les policiers des prévenus situés sur la banquette arrière.

Véhicules de patrouille :

Véhicules pour le GI (Groupe d'intervention) :

Véhicule pour le GTI (Groupe tactique d'intervention) :

Véhicules pour l'identification judiciaire :

Véhicules pour le poste de commandement :

Modèle Pays de fabrication Type de véhicule Photo
Véhicule de patrouille / affecté à la circulation
Ford Crown Victoria Police Interceptor   Canada Véhicule de patrouille  
Chevrolet Impala   Canada Véhicule de patrouille
Véhicule affecté à la circulation
 
Dodge Charger   Canada Véhicule de patrouille
Véhicule affecté à la circulation
 
Dodge charger

(2018-...)

  Canada Véhicule de patrouille

Véhicule affecté à la circulation

 
Ford Police Interceptor Utility (2018,2020) Canada Véhicule superviseur  
Ford Police Interceptor Sedan   États-Unis Véhicule de patrouille  
SUV - Groupe d'intervention / pour officiers / véhicule de patrouille (superviseur)
Chevrolet Uplander   États-Unis Véhicule de patrouille (superviseur-sergent)
Véhicule pour officiers

Véhicule pour groupe d'intervention

 
Dodge Grand Caravan   Canada Véhicule de patrouille (superviseur-sergent)

Véhicule pour officiers

Véhicule pour groupe d'intervention

 
Camion / Camionnette
Ford E-450   États-Unis Véhicule pour groupe d'intervention  
Ford E-150   États-Unis Véhicule pour groupe d'intervention

Camion flûte

Ford F-450   États-Unis Véhicule pour cavalerie  
GTI (Groupe tactique d'intervention)
Thunder-1   Canada Véhicule pour groupe tactique d'intervention

Culture populaireModifier

La police montréalaise est celle la plus représentée à la télévision québécoise[64],[65].

Parmi les séries télévisées dont elle fait fictivement l'objet :

  • District 31 (depuis 2016), où elle est désignée Service de police du Grand Montréal (SPGM). L'accent y est mis sur les activités du poste de quartier 31 ;
  • 19-2 (2011-2015), où elle est désignée Service de police métropolitain (SPM). L'accent y est mis sur les activités du poste de quartier 19.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Histoire de la police à Montréal - Service de Police de la Ville de Montréal - SPVM », sur spvm.qc.ca (consulté le )
  2. (en) « Mohawk Band Makes History With Its Own Legal System », sur HuffPost Canada, (consulté le )
  3. (en-CA) « Mohawk band creates first indigenous legal system outside Canadian federal framework », sur nationalpost (consulté le )
  4. (en) Terri Lee Kelly, « A critical review of issues in applying restorative justice principles and practices to cases of hate crime », sur https://pdxscholar.library.pdx.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=4622&context=open_access_etds, (consulté en )
  5. Laurent Henninger, « Le maintien de l’ordre en France depuis le XVIIIe siècle », Revue Défense Nationale,‎ (lire en ligne)
  6. a b c d e et f « Le métier de policier à Montréal avant 1865 », sur Mémoires des Montréalais, (consulté le )
  7. Instantanés, « Les patrouilles de nuit à Québec », sur Instantanés, (consulté le )
  8. Fernand Lefebvre, « L’histoire du guet à Montréal », Revue d'histoire de l'Amérique française,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « Un nouvel ordre des choses : La pauvreté, le crime, l’État du Québec, de la fin du XVIIIe à 1840 », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le )
  10. « Histoire de la police à Montréal - Service de Police de la Ville de Montréal - SPVM », sur spvm.qc.ca (consulté le )
  11. « Musée de la police », sur Service de Police de la Ville de Montréal (consulté le )
  12. « L'organisation », sur Service de Police de la Ville de Montréal, (consulté le )
  13. (fr + en) « Les ressources policières au Canada », sur Statistique Canada, (consulté le )
  14. Vincent Larouche, Fabrice De Pierrebourg et Patrick Lagacé, « Vaste enquête sur une « taupe » : Un policier à la retraite a tenté de vendre une liste d'informateurs à la mafia », La Tribune,‎
  15. Radio-Canada, « Un ex-policier de Montréal aurait essayé de vendre de l'information sensible à la mafia », Radio-Canada,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Le Journal de Montréal, « À vendre: une liste de 2000 informateurs », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Radio-Canada, « Affaire Ian Davidson : l'autopsie préliminaire confirme la thèse du suicide », Radio-Canada,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. Robyn Maynard, NoirEs sous surveillance: esclavage, répression et violence d'État au Canada, Mémoire d'encrier, (ISBN 978-2-89712-577-6, lire en ligne)
  19. Office national du film du Canada, « Zéro tolérance » (consulté le )
  20. Édouard Anglade, Nom de code, Mao: parcours du premier policier haïtien à Montréal, Montréal, CIDIHCA, (ISBN 9782920862982)
  21. « Un commandant dénonce le «racisme et le profilage racial» au sein du SPVM », sur La Presse, (consulté le )
  22. Benoit Valois-Nadeau, « Racisme systémique au SPVM: la Fraternité des policiers refuse d'agir, déplorent des policiers noirs », sur Journal Métro, (consulté le )
  23. a et b « Rapport Armony-Hassaoui-Mulone AOÛT », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le )
  24. « Rapport Armony-Hassaoui-Mulone AOÛT », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le )
  25. « Interpellations policières: un rapport troublant | UQAM », sur Actualités UQAM (consulté le )
  26. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Les femmes autochtones sont 11 fois plus à risque d'être interpellées par le SPVM », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  27. a et b « Le SPVM publie sa politique sur les interpellations policières, une première au Québec - Communiqués - Service de Police de la Ville de Montréal - SPVM », sur spvm.qc.ca (consulté le )
  28. « Les moments clés de l’arrestation de Mamadi Camara », sur Le Devoir (consulté le )
  29. Zone Justice et faits divers- ICI.Radio-Canada.ca, « Affaire Camara : un témoin a dit aux policiers avoir vu un autre homme », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  30. « Erreur sur la personne: l’affaire Camara en cinq dates | JDM », sur webcache.googleusercontent.com (consulté le )
  31. Roxane Trudel, « Affaire Camara: appartement saccagé et blessure au visage », sur Le Journal de Montréal (consulté le )
  32. (en) « 'A very traumatizing episode': Camara provides first-hand account of wrongful arrest », sur Montreal, (consulté le )
  33. « Affaire Camara | Comme une « odeur » de profilage racial », sur La Presse, (consulté le )
  34. (en) Alain Babineau, « Opinion: The smell of racial profiling is in Montreal's air », sur Montreal, (consulté le )
  35. Anne-Sophie Poiré, « Affaire Fara Camara: manifestation du quartier contre le profilage racial », sur Le Journal de Montréal (consulté le )
  36. Olivier Faucher, « «Il faut se poser la question» du profilage racial, selon l'avocat de M. Camara », sur Journal Métro, (consulté le )
  37. « Le SPVM aveuglé par une vision en tunnel », sur Le Devoir (consulté le )
  38. a et b « Mamadi Camara accepte les excuses du SPVM », sur Le Devoir (consulté le )
  39. « Enquête sur l’affaire Camara | Pour arriver au bon diagnostic », sur La Presse, (consulté le )
  40. Martin Croteau, « Allégations au SPVM: «S'il faut faire le ménage, qu'on le fasse», dit Coderre », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. « La SQ constitue une équipe spéciale d'enquête sur les allégations d'ex-hauts gradés du SPVM », Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. Martin Croteau, « Enquête sur le SPVM: des mesures «extraordinaires» pour la SQ, dit Coiteux », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. Kathleen Lévesque, Daniel Renaud et Denis Lessard, « Enquête sur le SPVM: Martin Coiteux sort l'artillerie lourde », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. a b et c Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Soupçons de corruption, brutalité, menaces : les enquêtes internes « bâclées » qui ont coulé Pichet », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  45. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Scandale de 2017 : le SPVM dit avoir réformé son service des affaires internes », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  46. Zone Justice et faits divers- ICI.Radio-Canada.ca, « Philippe Pichet réclame 3 millions au gouvernement du Québec », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  47. (en-US) « Defund The SPVM », sur #DefundTheSPVM (consulté le )
  48. a et b « Loi sur la police », sur Publications du Québec, (consulté le )
  49. « Six niveaux de service des corps de police au Québec », sur Ministère de la Sécurité publique, (consulté le )
  50. « Chefs et directeurs de police de Montréal », sur Service de police de la Ville de Montréal (consulté le )
  51. « Les services offerts », sur Service de police de la Ville de Montréal (consulté le )
  52. Service de Police la Ville de Montréal, Bilan annuel 2014, Montréal, (lire en ligne)
  53. « Dawson - Partie 4/4 », sur Youtube, (consulté le )
  54. « Urgence psychosociale - ÉSUP », sur Service de police de la ville de Montréal, (consulté le )
  55. « Rapport annuel 2015 du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) : Vers la police du futur », sur SPVM (consulté le )
  56. Hugo Meunier, « "L'EMRII ne change rien" », La Presse,‎ (lire en ligne)
  57. Ministère de la sécurité publique, « Comprendre pour mieux agir », Bulletin intersection, no 32,‎ (lire en ligne)
  58. « GTI (Groupe tactique d'intervention) - Partie 1/3 », sur You tube, (consulté en )
  59. a et b « Groupe tactique d'intervention - GTI - Service de Police de la Ville de Montréal - SPVM », sur www.spvm.qc.ca (consulté le )
  60. « La SPVM change de chemise », sur Métro, (consulté le )
  61. « 175e anniversaire du SPVM - Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) », sur spvm.qc.ca (consulté le )
  62. Pierre-André Normandin, « De nouveaux pistolets pour le SPVM », La Presse,‎ (lire en ligne)
  63. « SEAO : Consulter un avis », sur www.seao.ca (consulté le )
  64. District 31 : quand la fiction rejoint la réalité
  65. SPGM et SPVM, même combat!

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier