Ouvrir le menu principal

Section des Invalides

section révolutionnaire de Paris

ReprésentantsModifier

Elle était représentée à la Commune de Paris par :

  • P.E. Gillet-Marie (1753-1794), paveur, guillotiné le 12 thermidor an II,
  • Charles Leleu (1750-1794), perruquier, guillotiné le 12 thermidor an II,
  • Tessier.

HistoriqueModifier

La section des Invalides ne changea jamais de nom.

TerritoireModifier

Le 7e arrondissement presque en entier et une partie du 15e.

LimitesModifier

Le bord de la rivière depuis la barrière jusqu’au pont de Louis XVI ; la rue de Bourgogne, à droite, depuis le pont de Louis XVI jusqu’à la rue de Varenne ; le bout de la rue de Varenne, à droite, depuis la rue de Bourgogne jusqu’au boulevard ; le boulevard, à droite, depuis la rue de Varenne jusqu’à la rue de Sèvres ; le côté de la rue de Sèvres, à droite, depuis le boulevard jusqu’à la barrière ; les murs depuis la barrière de Sèvres jusqu’à la rivière[2].

IntérieurModifier

Le Gros Caillou, le Château de Grenelle, l’École-Militaire, les Invalides, l’extrémité des rues de Grenelle, de l’Université et de Saint-Dominique, etc., ainsi que toutes les rues, places, etc. enclavées dans cette limite.

LocalModifier

La section des Invalides se réunissait dans l’église des Invalides.

PopulationModifier

10 400 habitants, dont 770 ouvriers et 1 660 économiquement faibles. La section comprenait 1 100 citoyens actifs.

9 Thermidor an IIModifier

Lors de la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II, la section des Invalides resta fidèle à la Convention nationale, sauf deux de ses représentants, P.E. Gillet-Marie et Charles Leleu qui prêtèrent serment à la Commune de Paris et furent guillotinés le 12 thermidor an II.

ÉvolutionModifier

Après le regroupement par quatre des sections révolutionnaires par la loi du 19 vendémiaire an IV () qui porte création de 12 arrondissements, la présente section est maintenue comme subdivision administrative, puis devient, par arrêté préfectoral du , le quartier des Invalides (10e arrondissement de Paris)[3].

Lien externeModifier

Notes, sources et référencesModifier