Sebastián de Eslava

Sebastián de Eslava
Illustration.
Sebastián de Eslava, vice-roi de Nouvelle-Grenade
Fonctions
Vice-roi de Nouvelle-Grenade

(9 ans, 6 mois et 13 jours)
Monarque Philippe V puis Ferdinand VI
Prédécesseur Aucun
(Jorge de Villalonga en 1728)
Successeur José Alfonso Pizarro
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Enériz, Navarre, Espagne
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Madrid, Espagne
Nationalité Espagnole
Profession militaire

Sebastián de Eslava
Vice-roi de Nouvelle-Grenade

Sebastián de Eslava y Lazaga, né le en Enériz (Navarre) et mort le à Madrid, est un général espagnol et un administrateur colonial. Du au , il fut vice-roi de la nouvellement rétablie Nouvelle-Grenade. Il gouvernait la colonie au moment de la défaite de l'amiral britannique Edward Vernon à Carthagène des Indes. Après sa mort, il fut nommé marqués de la Real Defensa de Cartagena de Indias.

BiographieModifier

Le rétablissement de la vice-royauté de Nouvelle-GrenadeModifier

En 1740, la vice-royauté de Nuevo Reino de Grenada (Nouvelle-Grenade) fut rétablie. Cette partie de l'Amérique du Sud, qui incluait les pays actuels de Colombie, Venezuela, Panama et Équateur, était à l'origine une province de la vice-royauté du Pérou. Cela fut enlevé du Pérou et établie comme vice-royauté séparée en 1718. Toutefois, le premier gouvernement en vice-royaume ne dura que de 1718 à 1724. En 1724, cela retourna sous la juridiction du Pérou. Cependant, il y avait des difficultés à gouverner ce large territoire depuis Lima. En 1740, la Nouvelle-Grenade fut rétablie comme vice-royauté pour les mêmes raisons qui officièrent à sa création : longues distances, population en augmentation, collecte des taxes, défense et contrôle administratif. En août 1739 Sebastián de Eslava fut nommé le premier vice-roi de la seconde mouture de vice-royauté, avec les instructions expresses de défendre celle-ci contre les attaques britanniques.

Début de son mandat de vice-roiModifier

Eslava étudia à l'Académie royale militaire de Barcelone. Il était un lieutenant général dans l'armée royale espagnole et commandant de l'ordre de Calatrava. En , il arriva à Carthagène des Indes. Il resta là durant toute son mandat de vice-roi, ne voyageant pas dans le pays.

Il répara le château de Bocachica et de nombreux forts protégeant le port. Dans le château de San Lázaro, il débuta une fabrique de matériel pour les armes. Il commença à fournir des armes, des munitions et de l'entraînement militaire aux forces espagnoles. Ailleurs dans la colonie, il fit construire les ouvrages défensifs de Santa Marta, Puerto Cabello et Gaira. Il renforça le fort à Ayara et le château de San Antonio dans la province de Cumaná. Il approuva la construction du fort sur l'îlot de Caño de Limones et équipa le presidio de Guayana.

La guerre de l'oreille de JenkinsModifier

Cette étape était nécessaire à cause de l'Angleterre, combattant pour le contrôle commercial de l'Amérique et qui avait déclaré la guerre à l'Espagne en 1739 (la Guerre de l'oreille de Jenkins). La défense des côtes était essentielle.

Après le siège de CarthagèneModifier

Durant son mandat, le vice-roi Eslava fonda des hôpitaux et des villes, construisit des routes, promut la pacification des indiens Motilones, et apporta des armes, de l'argent et des provisions pour défendre quelques villes (comme Pamplona et San Faustino), et maintint la navigation sur le río Zulia. Il fit construire vingt églises, répara et agrandit d'autres, protègea les missions établies et organisa celles de la province de Darién, au Panama. Il améliora les finances de la colonie et l'administration de la justice.

Il quitta la Nouvelle-Grenade pour l'Espagne le . Après son retour en Espagne, le roi Ferdinand VI le nomma capitaine général d'Andalousie et plus tard, le , ministre de la Guerre. En 1760, il fut nommé de manière posthume marqués de la Real Defensa de Cartagena de Indias.

Notes et référencesModifier

  1. Robert Beatson, Naval and Military Memoirs of Great Britain, from 1727 to 1783, London, 1804, Appendix pp.25-26. List of ships of the line under Vernon is 8 of 80 guns, 5 of 70 guns, 14 of 60 guns, 2 of 50 guns and 22 frigates. Hart, as well, in Admirals of the Caribbean gives 22 frigates. p.l40.
  2. Robert Beatson, Naval and Military Memoirs of Great Britain, from 1727 to 1783, London, 1804, Appendix pp.25-26. List of ships of the line under Vernon is 8 of 80 guns, 5 of 70 guns, 14 of 60 guns, 2 of 50 guns and 22 frigates and other warships. Additionally, the list gives a detail breakdown of the 12,000 troops: the 15th and 24th regiments of foot, 2,000; 6,000 marines; 2,500 American and some others. Ship of the Line crews total 11,000+, no numbers are given for the frigate and transport crews on that page. On the following page a list of frigates and their crews is given for the Cartagena expedition that corresponds to that of Vernon's fleet list with a few minor variations. The total for Royal Navy sailors then (at least as paper strength, full complements) is: 15,398. This total does not include the 12,000 soldiers, nor any civilian seamen, nor the crews for the over 120 transports.
  3. Francis Russel Hart, Admirals of the Caribbean, Boston, 1922, p.151. "So great were the losses to the troops through disease and battle that not over one third of the land troops appear to have returned with the fleet to Jamaica." This would indicate considerably more than 8,000 casualties for the entire force as there were some 12,000 land troops and over 20,000 sailors and seamen.
  4. Fortescue, J. W. A History of the British Army, MacMillan, London, 1899, Vol. II, pp. 72-79, gives a detailed account of the rapid and devastating withering away of the land forces to disease. By 7 May, only 1700 men were fit for service and no more than 1000 in condition to land against the enemy and within a month of leaving Cartagena 1100 died. British strength was reduced to 1400 and American to 1300.

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sebastián de Eslava » (voir la liste des auteurs).
  • (es) Colmenares, Germán (Ed.) Relaciones e informes de Los gobernantes de la Nueva Granada. Bogotá: Banco Popular, 1989.
  • (es) Restrepo Sáenz, José María. Biografías de los mandatarios y ministros de la Real Audiencia (1671 a 1819). Bogotá: Academia Colombiana de Historia, 1952.
  • (es) Rodríguez Maldonado, Carlos. "Don Sebastián de Eslava y don Blas de Lezo". Boletín de historia y antigüedades (Bogota). Vol. 39, n° 447-448 (Jan./Feb. 1952), pp. 76–84.
  • (en)Beatson, Robert. Naval and Military Memoirs of Great Britain, from 1727 to 1783, Londres, 1804.
  • (en)Hart, Francis Russle. Admirals of the Caribbean, Boston, 1922.
  • (en)Fortescue, J. W. A History of the British Army, MacMillan, Londres, 1899, Vol. II.
  • (en) Lance R. Grahn, « Eslava Y Lazaga, Sebastián De », dans Encyclopedia of Latin American History and Culture (en), vol. 3, , 2e éd. (lire en ligne), p. 135-136

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :