Sautin

section de Sivry-Rance, Belgique
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Sautin (homonymie).

Sautin
Sautin
Photo prise à Sautin
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Sivry-Rance
Code postal 6470
Zone téléphonique 060
Démographie
Population 453 hab. (01/12/2011)
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 50″ nord, 4° 13′ 34″ est
Localisation
Localisation de Sautin
Localisation de Sautin au sein de Sivry-Rance
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Sautin
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Sautin
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Sautin

Sautin (en wallon Såtin) est une section de la commune belge de Sivry-Rance, située en Région wallonne dans la Province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

GéographieModifier

HistoireModifier

Hameau de Sivry depuis le XVIIe siècle, Sautin n'acquiert son autonomie qu'en 1914. La population locale a toujours vécu de l’agriculture ainsi que de la forêt, jusqu’à la disparition des forges au milieu du XIXe siècle.

Il existe dans le village deux mégalithes exhumés en 1897 mais connus depuis le XVIIe siècle d’abord sous le nom de Pierres au Sart, puis à partir du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui comme la Pierre qui tourne (parfois au pluriel). Ce serait les restes probables d’un menhir. Ils sont lourds de légendes et ont d’ailleurs été mêlés anciennement à un procès de sorcellerie d’une femme qui aurait reconnu s’y être rendue plusieurs fois à une cérémonie de sabbat[1].

Le 16 mai 1940 à midi, Rommel quitte Cerfontaine, où ses supérieurs l’ont retenu une journée; une partie de ses tanks se dirige vers Rance pour atteindre Sivry par la Pierre qui tourne; l’autre groupe y arrive par le chemin des XV pieds et Sautin. Les troupes atteignent le but assigné à 15 h et entrent en territoire français défendu par les blockhaus de la ligne Maginot (prolongée)[2].

Tourisme et festivitésModifier

Depuis 1990, tous les deuxièmes week-end de septembre, le centre culturel de Sivry-Rance organise à Sautin un grand concours de bûcherons.

CuriositésModifier

  • La Pierre-qui-tourne (lieu-dit), un ensemble de deux menhirs (mégalithes).
  • Le Ry de Fromont, lieu de détente dans la forêt domaniale de Sautin en direction de Rance. Il est géré par le DNF (Département Nature et Forêts) de la Région wallonne.
 
lieu-dit La Pierre qui tourne

BibliographieModifier

  • A. Gosseries, Le Besoigné ou Description du village de Sivry rédigé en 1608, Charleroi, 1906.
  • E. Debaille, Les Roches-polissoirs de Sivry (en fait, sur Sautin), DRSRPA Charleroi, no 42, 1937, p. 119-126.
  • André Lépine & Guy Heynen, Mai 1940 - Rommel traverse l’Entre-Sambre-et-Meuse, de Dinant à Landrecies, Cahier du musée de Cerfontaine no 415, 40 pages, 45 photos & croquis, 2009. — Avance fulgurante de la 7e Panzer ou 7e division blindée qui traverse la Meuse à Bouvignes et fonce vers l’ouest, par Onhaye, Philippeville, Cerfontaine, Sivry et Avesnes où se déroule pour la première fois une bataille nocturne de chars.

RéférencesModifier

  1. Voir : Itinéraires des mégalithes en Wallonie, Société royale belge de géographie, 1991, 44 pages, sous la direction de Camille Bellaire
  2. André Lépine & Guy Heynen, Mai 1940 - Rommel traverse l'Entre-Sambre-et-Meuse, de Dinant à Landrecies, Cahier du Musée de Cerfontaine n° 415, , 40 p.