Ouvrir le menu principal
Sarments recouverts de givre en hiver.

Le sarment est le rameau vert que la vigne pousse chaque année[1].

Le Lexique de la vigne et du vin, édité par l'organisation internationale de la vigne et du vin, donne comme définition « rameau d'un an bien développé ».

Ses homonymes en langues étrangères sont : tralcio en italien, sarmiento en espagnol, Trieb ou Rute en allemand, sarmento en portugais, cane en anglais et лоза en russe[2].

Sommaire

CompositionModifier

   
De l'extérieur vers l'intérieur : écorce, phloème, xylème (vert) et moelle (marron, d'aspect spongieux).

Les sarments sont les vecteurs de la sève destinés aux organes de la vigne. On y retrouver le xylème et le phloème, la moelle et l'écorce.

Stades phénologiquesModifier

PrintempsModifier

Les jeunes pousses sont appelées rameaux, avant leur aoûtement en été.

 
Jeune rameau poussant sur un sarment aoûté de l'année précédente.

ÉtéModifier

L'aoûtement des rameaux de l'année donne les sarments. La taille en vert est réalisée durant l'été pour favoriser la maturation des baies ou d'améliorer les conditions sanitaires.

AutomneModifier

A l'automne, les sarments sont lignifiés et perdent leurs feuilles.

HiverModifier

 
Tas de sarments après dépouillage de la vigne
 
Taille de la vigne.
Article détaillé : Taille de la vigne.

Lors de la taille sèche - faite entre novembre et mars - le viticulteur détermine la formation des sarments de l'année précédente sur le cep et sa productivité. Une taille longue, quatre à dix yeux par sarment, donnera un rendement quantitatif, une taille courte, deux à trois yeux par sarment, un rendement qualitatif.

Les sarments taillés sont tirés du palissage ou dépouillés des échalas, et rassemblés, soit pour être broyés au sol, soit pour être brûlés au fur et à mesure, soit sortis de la parcelle pour être broyés ou brûlés.

SymboliqueModifier

Athéna avait le sarment comme symbole.

Dans la bible (livre de Jean chapite 15), le sarment représente celui qui crois et demeure attaché à Jésus-Christ. "Jésus étant le cep et les sarments sont les branches qui pousse après le cep. (Vigne, abre à raisin)

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Frank Schoonmaker, op. cit., p. 258.
  2. Lexique op. cit., p. 58.

BibliographieModifier

  • OIV, Lexique de la vigne et du vin, Édition en sept langues, Paris, 1963.
  • Frank Schoonmaker, Le livre d'or du vin, Éd. André Gérard. Marabout, 1972, Verviers.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier