SMS Kaiser (1911)

navire de guerre

SMS Kaiser
Image illustrative de l’article SMS Kaiser (1911)
Photographie du SMS Kaiser, en 1913.
Type Cuirassé
Classe Kaiser
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany (1903–1919).svg Kaiserliche Marine
Chantier naval Arsenal impérial de Kiel
Quille posée Décembre 1909
Lancement
Commission
Statut Sabordé le
Équipage
Équipage 41 officiers et 1 043 hommes d'équipage
Caractéristiques techniques
Longueur 172,4 m
Maître-bau 29,0 m
Tirant d'eau 9,1 m
Déplacement 24 724 t (lège)
27 000 tmaximum
Port en lourd 31 000 t
Propulsion 16 chaudières au charbon/mazout
3 turbines à vapeur Parson
Puissance 31 000 ch
Vitesse 23,4 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture : 350 mm
Pont : 60 à 100 mm
Château : 400 mm
Tourelles : 300 mm
Casemates : 170 mm
Armement 10 canons de 30,5 cm
14 canons de 15 cm
12 canons de 8,8 cm
5 tubes lance-torpille de 50 cm
Rayon d'action 7 900 milles à 12 nœuds
Carrière
Pavillon Empire allemand
Port d'attache Wilhelmshaven

Le SMS Kaiser est le navire principal de la classe de cuirassés du même nom, construit pour la Kaiserliche Marine quelques années avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Il est coulé lors du sabordage de la flotte allemande à Scapa Flow le .

HistoireModifier

 
Le SMS Kaiser à une parade navale en présence de Guillaume II.

Ce grand navire de ligne a été construit par l'arsenal impérial de Kiel et mis à l'eau le . Sa mise en service a lieu le .

Il est navire-amiral à partir du , lorsqu'il reçoit l'ordre de se rendre en Amérique du Sud à la tête de la « division détachée » sous le commandement du konteradmiral von Rebeur-Paschwitz, ancien directeur de l'académie de marine de Kiel. Il prend la direction des Canaries avec le SMS König Albert et le croiseur léger SMS Straßburg, passe par le Sierra Leone, et arrive à Lomé, le , alors port de la colonie allemande du Togoland. La division est à Douala, le , puis visite les ports du Sud-Ouest africain allemand, rejointe par les canonnières SMS Panther (la fameuse canonnière du coup d'Agadir) et SMS Eber. La division repart le pour Swakopmund, le , et pour Lüderitz, le lendemain. Le elle met le cap sur Sainte-Hélène, où elle arrive le , puis se dirige vers Rio de Janeiro, où elle demeure du 15 au et reçoit la visite du président Fonseca.

La division s'arrête ensuite à Mar del Plata, où les navires de ligne jettent l'ancre et le Straßburg se rend à Buenos Aires le , avec le chef de l'escadre à son bord. Il tombe malade et le commandant de bord du Kaiser, le capitaine von Trotha, le remplace, pour se rendre à Montevideo en visite auprès du président José Batlle y Ordóñez. Le Straßburg rejoint la division le 12 avec le Konteradmiral von Rebeur-Paschwitz qui reprend son commandement le 15 et mène les navires à Valparaíso par le cap Horn. La division y jette l'ancre du 2 au . Elle reprend ensuite le chemin de retour par Bahía Blanca (du 25 au ) et Santos (du 7 au ). Le Straßburg quitte alors le reste de la division pour renforcer la présence de la flotte dans la zone est-américaine, à Saint-Domingue. Les autres unités de la division partent, quant à elles, pour Rio, le Cap-Vert, Funchal, Madère, Vigo et enfin l'Allemagne, où elles arrivent le , et intègrent la IIIe escadre.

Première Guerre mondialeModifier

 
Le Kaiser pendant la guerre

Le SMS Kaiser participe à la bataille du Jutland le et le , qui oppose la Royal Navy à la Hochseeflotte. Il est navire-amiral de la IVe escadre à partir de . Il combat ensuite en mer Baltique dans le cadre de l'opération Albion du au . Le Kaiser affronte le destroyer russe Grom.

Survient ensuite la seconde bataille d'Héligoland (17-) à laquelle le Kaiser prend part conjointement avec son sister-ship, le SMS Kaiserin. Les navires doivent assurer la sécurité du IIe groupe de reconnaissance, sous les ordres du konteradmiral von Reuter (à bord du croiseur léger SMS Königsberg (II) qui est attaqué par le croiseur Calypso.

Les navires du groupe partent ensuite le au secours du croiseur SMS Stralsund, sérieusement endommagé par une mine. Le Kaiser traverse encore des combats entre le 23 et le .

La finModifier

Le Kaiser est de retour en Allemagne à Wilhelmshaven, le , en tant que navire prisonnier. Il fait partie des navires allemands internés ensuite à Scapa Flow et se saborde, pour ne pas tomber aux mains des Britanniques.

Il est renfloué par les Anglais en 1929 et détruit en 1930.

CommandantsModifier

 
Carte postale du Kaiser.
  • Août-: Kapitän zur See Georg von Ammon (1869-1937)
  • -: Kapitän zur See Friedrich von Bülow (1870-1929)
  • Janvier-: Kapitän zur See Ernst von Mann (1864-1934)
  • -: Kapitän zur See Adolf von Trotha (1868-1940)
  • -: Kapitän zur See Walter von Keyserlingk (1869-1946)
  • -: Kapitän zur See Max Loesch (1873-1957)
  • -: Kapitän zur See Hermann Bauer (1875-1958)
  • En remplacement septembre-: Kapitän zur See Ernst Vanselow (1876-1926)
  • -: lieutenant-capitaine Curd Wippern (1884-1965)

NotesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Erich Groener, Dietrich Jung, Marin Maass, Die deutschen Kriegschiffe 1815-1945, Bernard & Graefe, Munich, 1982

SourceModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :