S/2003 J 2

S/2003 J 2
Type Satellite de Jupiter
Caractéristiques orbitales
(Époque 10/06/2003, JJ 2452801.5[1])
Demi-grand axe 28 493 817 km[1]
Périapside 17 674 128 km[2]
Apoapside 39 313 506 km[2]
Excentricité 0,379 720 6[1]
Période de révolution 983,0 d[1]
(2,7 a)
Inclinaison 151,827 29°[1] (par rapport à l'écliptique)
Caractéristiques physiques
Dimensions 2 km[1],[3]
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Aucune
Découverte
Découvreur S. Sheppard et al.[4]
Imagerie 05/02/2003[4]
Publication 04/03/2003[4]
Désignation(s)
Désignation Pas encore de désignation définitive
Désignation(s) provisoire(s) S/2003 J 2

S/2003 J 2 est un satellite naturel de Jupiter.

Caractéristiques physiquesModifier

Peu de choses sont connues sur S/2003 J 2, mais il s'agit de l'un des plus petits satellites de Jupiter. Avec une magnitude de 16,6[4], il possèderait un diamètre moyen d'environ 2 km[1].

OrbiteModifier

 
Diagramme illustrant l'orbite des satellites irréguliers de Jupiter.

S/2003 J 2 orbite autour de Jupiter à la distance moyenne de 28 500 000 km en 983 jours, avec une inclinaison de 152° sur l'écliptique et une excentricité de 0,38. Comme tous les satellites externes de Jupiter, il est rétrograde. Il ne semble faire partie d'aucun groupement.

S/2003 J 2 est le satellite de Jupiter le plus externe, atteignant 39 300 000 km à son apoapside, soit 0,26 ua ; après lui, Mégaclité s'éloigne au maximum de 35 800 000 km, Autonoé de 35 600 000 km. Du fait de son excentricité, son périapside est plus proche de Jupiter que celui de 12 autres satellites de la géante gazeuse ; son demi-grand axe est en revanche le plus grand du système jovien : celui de Coré, le deuxième satellite le plus externe, n'atteint que 25 000 000 km.

La zone d'influence gravitationnelle prépondérante de Jupiter est définie par le rayon de sa sphère de Hill, qui atteint environ 52 000 000 km, soit 0,35 ua. On estime que les satellites rétrogrades dont le demi-grand axe est inférieur à 67 % de ce rayon (soit 34 700 000 km) sont stables[réf. nécessaire] ; il est donc possible que des satellites encore plus éloignés de Jupiter que S/2003 J 2 puissent exister.

S/2003 J 2 n'est pas le satellite le plus externe du système solaire : Néso et Psamathée, deux lunes de Neptune, sont largement plus lointaines.

HistoriqueModifier

S/2003 J 2 fut découvert par l'équipe de Scott Sheppard sur des images datant du . La découverte fut annoncée le , en même temps que 6 autres satellites de Jupiter, et le satellite reçut alors sa désignation provisoire, S/2003 J 2, laquelle indique qu'il fut le 2e satellite découvert autour de Jupiter en 2003[4]. Ce satellite était alors suspecté d'être le satellite le plus éloigné de Jupiter.

Sa réobservation, sur des images étalées entre 2001 et 2010, est annoncée en [5]. Ces nouvelles observations semblent indiquer qu'il s'agirait en réalité d'une membre typique du groupe d'Ananké et non pas du satellite le plus éloigné de Jupiter.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g « Guide for the satellites of Jupiter », Natural Satellites Data Center (consulté le )
  2. a et b Donnée calculée sur la base d'autres paramètres
  3. « Jupiter's Known Satellites » (consulté le )
  4. a b c d et e (en) Sheppard, S. S.; Jewitt, D. C.; Kleyna, J.; Fernandez, Y. R.; Hsieh, H. H.; Marsden, B. G., « Satellites of Jupiter », Circulaire de l’UAI, no 8087,‎ (résumé, lire en ligne)
  5. https://twitter.com/nrco0e/status/1337234190861922308?s=20