Sœurs de la charité dominicaines de la Présentation

Sœurs de la charité dominicaines de la Présentation
Image illustrative de l’article Sœurs de la charité dominicaines de la Présentation
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine
par Charles-François des Montiers de Mérinville
Approbation pontificale
par Léon XIII
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité dominicaine
Règle Tiers-Ordre dominicain
But soins des malades, jeunes enfants
Structure et histoire
Fondation 1696
Sainville (Eure-et-Loir)
Fondateur Marie Poussepin
Abréviation O.P.
Rattaché à Ordre des Prêcheurs
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les Sœurs[a] de la charité dominicaines de la Présentation (en latin Institutum Sorores Dominicanae Caritatis a Praesentatione Beatae Mariae Virginis) est une congrégation religieuse féminine hospitalière et enseignante de droit pontifical.

HistoriqueModifier

Face à la misère des campagnes, Marie Poussepin, tertiaire dominicaine, fonde en 1696 à Sainville une communauté sous la règle du Tiers-Ordre dominicain, c'est une innovation à l'époque car les religieuses qui prononcent des vœux vivent dans la clôture religieuse comme les dominicaines cloitrées.

Cette forme nouvelle de vie religieuse étonne, et c'est pour couper court aux difficultés qu'elle donne le titre de Présentation de Marie à sa communauté du nom d'une chapelle dédiée à ce titre à Sainville[1].

Elle crée une école et organise la visite des malades pauvres à domicile.

Charles-François des Montiers de Mérinville, évêque de Chartres, reconnaît la congrégation le mais refuse l'affiliation avec l'Ordre dominicain.

L'institut reçoit le décret de louange du pape Léon XIII le , l'approbation définitive est donné par Léon XIII le et leurs constitutions sont approuvées par le pape Pie XI le  ; la congrégation est agrégée à l'Ordre dominicain le .

FusionModifier

 
Le carré des sœurs au cimetière de Sainville (Eure-et-Loir).
  • Année indéterminée : Hospitalières de saint Augustin fondées à Chinon en 1638 par Mère Marie de la Croix venant des Hospitalières fondées à Loches en 1620 par l'abbé Pasquier Bouray.
  • 1943 : Filles de sainte Anne, congrégation fondée à Feugarolles le 1er avril 1829 par Marguerite-Adélaïde d'Imbert pour l'instruction de la jeunesse et le soin des malades[2].
  • 1954 : Sœurs de Notre-Dame de la Présentation fondée à Manosque en 1818 par l'abbé Jean Joseph Proal[3].
  • 1966 : Sœurs de Notre Dame des Anges fondée en 1854 à Paris par l'abbé Charles Bayle (1829-1862), sulpicien[4].
  • 2004 : Dominicaines du Rosaire fondées à Rettel en 1875 par Agnès Mathis des cinq plaies[5].

Activités et diffusionModifier

Les sœurs de la charité dominicaines se consacrent surtout aux soins des malades et aux jeunes enfants dans les hôpitaux, cliniques, centre contre la lèpre, orphelinats, écoles maternelles. Elles sont actives principalement dans les pays en développement.

Elles sont présentes en :

En 2017, la congrégation comptait 2 106 religieuses dans 288 maisons[6].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Sœurs » prend une majuscule initiale pour désigner l’ensemble de l'ordre dans la locution « les Sœurs de la charité… » ; pour désigner une sœur individuellement ou un groupe restreint de sœurs, on écrit « une sœur », « une fille de la charité », « des sœurs de la charité », etc. Source : Conventions typographiques.

RéférencesModifier

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Suore di carità domenicane della Presentazione della Santa Vergine » (voir la liste des auteurs).