Séisme de 2020 en mer Égée

séisme du 30 octobre 2020

Séisme de 2020 en mer Égée
Image illustrative de l’article Séisme de 2020 en mer Égée
Carte d'intensité du tremblement de terre de l'USGS.

Date à 11 h 51 min 27 s (UTC)
Magnitude 7
Intensité maximale VIII
Épicentre 37° 55′ 05″ nord, 26° 47′ 24″ est
Profondeur 21 km
Régions affectées Samos, région Égéenne
Victimes Drapeau de la Grèce Grèce : 2 morts, 9 blessés
Drapeau de la Turquie Turquie : 117 morts, 1 032 blessés
Géolocalisation sur la carte : Grèce
(Voir situation sur carte : Grèce)
Séisme de 2020 en mer Égée
Géolocalisation sur la carte : Turquie
(Voir situation sur carte : Turquie)
Séisme de 2020 en mer Égée

Le séisme de 2020 en mer Égée est un séisme de magnitude 7 qui a frappé le , à environ 14 km au nord-est de l'île de Samos, en Grèce.

Il a été ressenti jusqu’à Istanbul et Athènes. Les villes d’Izmir et de Vathý à Samos, où la secousse a produit un mini-tsunami, ont été particulièrement touchées[1],[2]. D'après les autorités turques, qui évoque plutôt une magnitude 6,6, un total de 4 468 répliques ont été enregistrées, dont 48 d'une magnitude supérieure à 4[3],[4].

Avec une centaine de morts et un millier de blessés, il s'agit du deuxième tremblement de terre le plus meurtrier qu'ait connu la Turquie depuis le séisme de Van en 2011 qui avait fait plus de 500 morts[5]. Le séisme d'Elâzığ plus tôt en janvier avait tué 41 personnes[6].

OrigineModifier

Selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS), ce séisme est « le résultat d'une faille normale à faible profondeur de la croûte terrestre dans la plaque tectonique de l'Eurasie, dans l'est de la mer Égée »[7].

Pour le magazine National Geographic, « l'épicentre se trouve à l'extrémité ouest de la plaque anatolienne, où les roches à la surface sont étirées comme du mastic. Cet étirement produit une série de fractures profondes dans le sol, et le mouvement le long d'une de ces fissures a déclenché le récent tremblement de terre »[8].

Mini-tsunamiModifier

Le séisme a provoqué un mini-tsunami qui a balayé les côtes de Samos et inondé les rues de la ville de Seferihisar, située près de l'épicentre, où une personne est morte par noyade[9].

BilanModifier

 
Un bâtiment effondré à Izmir, en Turquie.

Selon le bilan définitif, 12 personnes sont mortes dont une par noyade et 419 autres ont été blessées en Turquie, tandis qu'en Grèce, 2 personnes sont mortes et 9 autres ont été blessées[10],[9],[4].

Selon le maire d'Izmir Tunç Soyer, une vingtaine d'immeubles se sont effondrés dans sa ville[11]. Selon les garde-côtes turcs, 19 bateaux ont coulé et 43 bateaux se sont échoués après le séisme[12]. Le séisme a fait plus de 5 000 sans-abris, logés provisoirement dans des tentes[13]. Côté grec, le vice-maire de Samos Giorgos Dionysiou a déclaré que « certains bâtiments ont été abîmés, une église notamment », située à Karlóvasi[14].

Opérations de sauvetage et d'assistanceModifier

En Turquie, peu après le séisme, le ministre de la Santé, Fahrettin Koca, a déclaré qu'environ 40 ambulances, 35 équipes de secours d'urgence et deux hélicoptères ambulanciers étaient arrivés sur les lieux[15], tandis que le ministère de la Défense a assuré qu'un de leurs avions avait décollé de la base aérienne d'Etimesgut pour transporter des équipes de l'Agence gouvernementale des situations de catastrophe (AFAD) et de la gendarmerie dans la région[16]. Le Croissant-Rouge turc a immédiatement déployé des équipes pour fournir de la nourriture aux personnes touchées par le tremblement de terre[17]. Dans la nuit du , les opérations de recherche et de sauvetage se sont poursuivies dans 17 bâtiments effondrés ou endommagés à Izmir, selon l'AFAD. Les autorités ont installé des tentes d'une capacité totale de 2 000 personnes près des zones les plus endommagées, selon le ministre de l'Environnement et de l'Urbanisme, Murat Kurum[10].

Au total, 6 478 personnes, 21 chiens renifleurs et 1 046 véhicules ont été déployés sur place. Ils proviennent de l'AFAD, de la gendarmerie turque, des associations d'aide humanitaire, et plus particulièrement du Croissant-Rouge turc, et de la municipalité d'Izmir. 3 545 tentes ont été envoyés dans la région. En mer, ce sont les garde-côtes turcs qui mènent les recherches et les sauvetages. Toutes ces opérations sont sous le contrôle du ministère de l'Intérieur turc à travers l'AFAD[12].

Après Elif, trois ans, sauvée après 65 heures, le , après 91 heures passées sous les décombres, Ayda, une fillette de trois (ou quatre selon les sources) ans, a été sauvée mais sa mère a été retrouvée morte quelques minutes après[18],[13],[19].

Les opérations de recherche et de sauvetage cessent le , c'est-à-dire 5 jours après le séisme, pour laisser place aux opérations de déblayage[4].

SuitesModifier

Selon le quotidien britannique The Times, des rapports remis au ministère de l'Environnement et de l'Urbanisme turc concernant des bâtiments dangereux à Izmir en 2010, 2012 et 2018 n'ont pas été suivis d'effet. Certains de ces bâtiments se sont effondrés lors du tremblement de terre. Un plan élaboré par le ministère pour inspecter tous les bâtiments du pays d'ici 2017 — au lendemain du tremblement de terre de 2011 qui a frappé la ville de Van, dans l'est du pays, tuant 604 personnes — n'a jamais été mis en œuvre. En 2018, environ 10 millions de bâtiments construits ou rénovés illégalement ont reçu un permis de construire rétroactif dans le cadre d'une amnistie gouvernementale, dont beaucoup ne répondaient pas aux critères de sécurité[20],[21].

Le , répondant à des accusations de détournement de fonds nationaux destinés à renforcer les constructions du pays face aux tremblements de terre, le président turc Recep Tayyip Erdoğan accuse l'opposition du Parti républicain du peuple (CHP) en charge d'Izmir d'être responsable des bâtiments effondrés lors du séisme. Selon lui, elle délivrerait des permis de construction à des bâtiments résidentiels ne disposant pas de certificats antisismiques appropriés[22].

Réactions internationalesModifier

L'Azerbaïdjan, la France, Israël, l'Union européenne et l'OTAN ainsi que l'Arabie Saoudite proposent leur aide[23],[24],[25],[26],[27]. Malgré des tensions diplomatiques, la Grèce et la Turquie proposent aussi de s'entraider. Certains experts parlent ainsi d'une « diplomatie de séisme », l'aide proposée par la Grèce à la Turquie lors du séisme de 1999 à Izmit ayant rapproché les deux pays en crise[9].

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Séisme en Turquie et en Grèce: au moins 6 morts et 120 blessés », sur lacote.ch, (consulté le )
  2. https://actu.orange.fr/monde/un-puissant-seisme-fait-au-moins-26-morts-en-turquie-et-grece-CNT000001ux3AZ/photos/des-secouristes-devant-un-batiment-effondre-a-izmir-le-31-octobre-2020-8d92a47d3cade3f80313bb58cc3c4292.html
  3. (en) Isil Sariyuce, Mostafa Salem, Angela Dewan, « Powerful earthquake jolts Turkey and Greece, killing at least 27 », sur edition.cnn.com, (consulté le )
  4. a b et c (tr) « İzmir Seferihisar Depremi-Duyuru 81 (26.11.2020 - 21.00) », sur afad.gov.tr, (consulté le )
  5. (en) Reuters, « Girl, 3, rescued from rubble nearly three days after Turkey earthquake », sur theguardian.com, (consulté le )
  6. (en) AFP, « Earthquake Death Count Rises To 51 In Turkey », sur ndtv.com, (consulté le )
  7. (en) « M 7.0 - 15 km NNE of Néon Karlovásion, Greece », sur earthquake.usgs.gov, (consulté le )
  8. (en) Maya Wei-Haas, « Greece and Turkey earthquake driven by wild tectonics of the Aegean Sea », sur nationalgeographic.com, (consulté le )
  9. a b et c AFP, « Séisme en Turquie et en Grèce : le bilan s'alourdit à 27 morts », sur lalsace.fr, (consulté le )
  10. a et b (en) Mehmet Emin Caliskan, Murad Sezer, « Strong earthquake kills 19 people in Turkey and Greek islands », sur reuters.com, (consulté le )
  11. « Au moins 14 morts et des centaines de blessés en Turquie et en Grèce après le séisme en mer Egée », sur nouvelobs.com, (consulté le )
  12. a et b (tr) « İzmir Seferihisar Depremi-Duyuru 40 (01.11.2020 - 17.20) », sur afad.gov.tr, (consulté le ).
  13. a et b 20 Minutes avec AFP, « Turquie : Le bilan du séisme atteint 100 morts, une fillette retrouvée vivante dans les décombres », sur 20minutes.fr, (consulté le )
  14. « Mer Égée : un puissant séisme fait au moins 14 morts en Grèce et en Turquie », sur lepoint.fr, (consulté le )
  15. (en) Aziz Akyavas, Saphora Smith, Matthew Mulligan, « Strong quake hits coastal Turkey and Greece, killing at least 14 and injuring over 400 », sur news.yahoo.com, (consulté le )
  16. (tr) « TSK'ye ait uçak AFAD ve jandarma ekiplerini bölgeye ulaştırmak için hareket etti », sur cnnturk.com, (consulté le )
  17. (en) Zamira Rahim, « Turkish Red Crescent mobilizes food assistance teams », sur edition.cnn.com, (consulté le )
  18. « Après Elif, Ayda l’autre miracle d’Izmir », sur parismatch.com, (consulté le )
  19. AFP, « Turquie. Ayda, 3 ans, retrouvée vivante dans les décombres du séisme », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  20. (en) « Turkish ministry ignored earthquake safety warnings in Izmir », sur arabnews.com, (consulté le )
  21. (en) Hannah Lucinda Smith, « Izmir, the Turkish city devastated by earthquake, had warned of unsafe buildings », sur thetimes.co.uk, (consulté le )
  22. (en) « President Erdoğan blames CHP for collapsed buildings in İzmir earthquake », sur hurriyetdailynews.com, (consulté le )
  23. « Séisme: Tsahal offre son aide à la Turquie (B. Gantz) », sur i24news.tv, (consulté le )
  24. Le Figaro avec AFP, « Séisme en Turquie : plusieurs morts, la France propose son aide », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  25. (en) Ruslan Rehimov, Seda Sevencan, « Azerbaijan offers assistance to Turkey following quake », sur aa.com.tr, (consulté le )
  26. « Séisme en Egée: l’UE et l’Otan offrent leur aide et attendent les demandes d’Ankara », sur atlasinfo.fr, (consulté le )
  27. (en) « King Salman directs urgent aid to victims of Turkey's deadly quake », sur saudigazette.com.sa, (consulté le )