Ouvrir le menu principal

Ruy Guerra

réalisateur et acteur brésilien d'origine mozambicaine
Ruy Guerra
Description de cette image, également commentée ci-après
Ruy Guerra (à gauche) et Mia Couto (à droite) en 2010.
Naissance (87 ans)
Maputo
Drapeau du Mozambique Mozambique
Nationalité Brésilienne
Profession Réalisateur

Ruy Alexandre Guerra Coelho Pereira est un réalisateur et scénariste mozambicain habitant le Brésil à partir de 1958, occasionnellement acteur. Né le à Lourenço Marques, aujourd'hui Maputo (Mozambique). Ruy Guerra est, avec Glauber Rocha, l'un des réalisateurs importants de la nouvelle vague du cinéma brésilien des années 1960, le Cinema novo.

Il a été élève de l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC) à Paris de 1952 à 1954.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de colons portugais, Ruy Guerra a vécu son enfance au Mozambique. Il poursuit ses études au Portugal, puis à l'IDHEC en France. Il sera l'assistant de Georges Rouquier et de Jean Delannoy. Il part alors pour le Brésil et participe à la fondation du Cinema Novo avec deux œuvres surprenantes : La Plage du désir (Os cafasjestes) en 1962, peinture aiguë des jeunes vitelloni de la petite-bourgeoisie carioca et Les Fusils en 1964, film sur la paysannerie extrêmement pauvre du Nordeste. Treize années plus tard, il coréalise avec Nelson Xavier La Chute (A Queda) qui se présente comme une suite aux Fusils et raconte la destinée de ses personnages retournés en ville. Tendres Chasseurs (1969), tourné en France en langue anglaise, est, en revanche, un film étrange sur un ornithologue enfermé dans une île avec sa femme et son fils. L'année suivante, il met en scène un "film-opéra" tropicaliste Les Dieux et les Morts, mêlant magie et mythes sur fond de rivalités entre fazendeiros du Nordeste[1]. Il écrit les paroles de chansons pour de grands chanteurs brésiliens, tels Chico Buarque.

En 1980 il retourne au Mozambique où il tourne le premier long métrage du pays, Mueda, mémoire et massacre (Mueda, Memoria e Massacre), récemment indépendant et participe à la création de l'Institut du Cinéma à Maputo.

Il compose

RéférencesModifier

  1. d'après un article de Michel Ciment, in : Dictionnaire du cinéma sous la direction de Jean-Loup Passek, Éditions Larousse.

FilmographieModifier

RéalisateurModifier

Cinéma
Télévision

ActeurModifier

RécompenseModifier

Liens externesModifier