Rue Ganneron

rue de Paris, France

18e arrt
Rue Ganneron
Voir la photo.
La rue en août 2021.
Voir la plaque.
Situation
Arrondissement 18e
Quartier Grandes-Carrières
Début 38, avenue de Clichy
Fin 1 bis, rue Étex
Morphologie
Longueur 600 m
Largeur 10 m
Historique
Création XVIIIe siècle
Dénomination
Ancien nom Rue des Carrières
Géocodification
Ville de Paris 3947
DGI 3944
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Ganneron
Géolocalisation sur la carte : 18e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 18e arrondissement de Paris)
Rue Ganneron
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Ganneron est une voie située dans le quartier des Grandes-Carrières du 18e arrondissement de Paris en France.

Situation et accèsModifier

La rue Ganneron débute à l’angle nord du cimetière de Montmartre dans le prolongement de la rue Carpeaux. Elle longe le mur du cimetière jusqu’au milieu du côté sud puis bifurque vers l’avenue de Clichy. Toute la longueur de la rue étroite est à sens unique.

Elle est desservie par la ligne    à la station La Fourche et par la ligne de bus RATP 81 à l’arrêt La Fourche.

Origine du nomModifier

 
Plaque de la rue.

Elle porte le nom du banquier et député Auguste Hippolyte Ganneron (1792-1847).

HistoriqueModifier

Cette rue faisait partie des anciennes communes des Batignolles et de Montmartre et est tracée sur le plan cadastral de 1825 sous le nom de « chemin de la Hutte-aux-Gardes ».

Devenue « rue des Carrières », elle est classée dans la voirie parisienne par un décret du puis prend le nom de « rue Ganneron » par un décret du .

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • La rue longe le cimetière de Montmartre et finit à l'hôpital Bretonneau.
  • Dans sa petite enfance, l'écrivain Louis-Ferdinand Céline a vécu avec ses parents dans cette rue, de à [1], avant de déménager pour le passage Choiseul.
  • Au no 24 est implanté le lycée technologique d'Arts appliqués Auguste-Renoir depuis 1993. En 1880 y avait été créée une École professionnelle et ménagère de jeunes filles, puis en 1959 un collège technique de jeunes filles[2].
  • Le no 47 a été le siège de la Mission de Paris, créée en 1943, sur le modèle de la Mission de France, par le cardinal Emmanuel Suhard et destinée spécifiquement à former des prêtres pour la classe ouvrière parisienne. Après la guerre a commencé en ce lieu le mouvement français des prêtres ouvriers[3].

RéférencesModifier

  1. Chronologie du volume I, Romans, Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (ISBN 978-2-07-011000-1), p. LVI.
  2. www.ecole-lycee-renoir-paris.fr : le mot de la Proviseure
  3. Nathalie Viet-Depaule, La Mission de Paris. Cinq prêtres-ouvriers insoumis témoignent, Éditions Karthala, , 358 p. (lire en ligne).