Ouvrir le menu principal

Rue Ferdinand-Duval

rue de Paris, France

4e arrt
Rue Ferdinand-Duval
Image illustrative de l’article Rue Ferdinand-Duval
Vue de la rue depuis la rue des Rosiers.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Gervais
Début 18, rue de Rivoli
Fin 7, rue des Rosiers
Morphologie
Longueur 135 m
Largeur Entre les rues de Rivoli
et du Roi-de-Sicile : 12 m
Ailleurs : 10 m
Historique
Dénomination Arrêté du
Ancien nom Rue des Rosiers
rue des Juifs
Géocodification
Ville de Paris 3597
DGI 3583

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Ferdinand-Duval
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Ferdinand-Duval est une rue, ancienne, du 4e arrondissement de Paris, dans le quartier du Marais.

Sommaire

Situation et accèsModifier

La rue Ferdinand-Duval, d'une longueur de 135 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartier Saint-Gervais et fait partie du Pletzl, et commence au 18, rue de Rivoli et finit au 7, rue des Rosiers.

La rue Ferdinand-Duval est desservie par la ligne    par la station Saint-Paul.

Origine du nomModifier

Elle doit son nom actuel (arrêté du ) à Ferdinand Duval (1827-1896), préfet de la Seine et conseiller municipal[1].

HistoriqueModifier

Jusqu'au XVe siècle, sous le règne de Louis XII, ayant absorbé le « passage du Petit-Saint-Antoine », elle s'appelait « rue des Rosiers » dont elle était partie prenante (celle-ci faisait un angle droit avant de continuer dans la partie occidentale de la rue, vers la rue Vieille-du-Temple)[2].

Jusqu'au XVIIIe siècle, la rue Ferdinand-Duval offre un lieu de culte chrétien. Une statue de la Vierge est érigée en effet à l'angle actuel de la rue des Rosiers et de la rue Ferdinand-Duval. Mutilée le 3 juin 1528, au moment des persécutions contre les protestants, elle est remplacée par François Ier lui-même, qui pose une effigie en argent, volée en 1545. Remplacée à nouveau par une statue de pierre, qui existe encore en 1789, la figure de la Vierge a finalement disparu, probablement au cours de la période révolutionnaire.

Du XVe siècle au XXe siècle, la rue s'est ensuite appelée « rue des Juifs », en raison de la présence de la communauté juive dans le quartier. On trouve également l'appellation « rue des Païens » dans le plan de Truschet et Hoyau de 1550.

En 1900, la rue change de nom une dernière fois et prend celui d'un préfet et conseiller municipal, Ferdinand Duval. En 1898, à la suite de l'affaire Dreyfus, une pétition pour la débaptiser est adressée en effet au conseil municipal de Paris par des commerçants installés dans la rue[3],[4].

 
Ferdinand Duval.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 11 : emplacement des bureaux de l'OSE, l'Œuvre de secours aux enfants, et en particulier son Centre médico-psycho-pédagogique. Elle occupe[Quoi ?] là où se trouvait au XVIIe siècle l'hôtel Acarie. En 1604, les Carmélites réformées de Sainte-Thérèse-d’Avila s'y étaient installées grâce à l’action d’une amie du roi Henri IV, Barbe Jeanne Avrillot que le roi soutenait en lui envoyant l’argent qu’il gagnait au jeu ! (Elle introduisit les carmélites venues d’Espagne. Elle fut béatifiée en 1791.)
  • No 13 : emplacement d'un petit puits comblé dans le coin de la première cour.
  • No 15 : emplacement d'un grand puits ovale dans la cour. Dans cet immeuble se tient le siège d'un trimestriel, La Flèche, édité par l'association Robin des Bois, traitant des dossiers chauds dans de nombreux domaines de l’environnement.
 
No 19 : panneau Histoire de Paris.


RéférencesModifier

  1. Nomenclature des voies publiques et privées de Paris, mairie de Paris, 9e édition, mars 1997, 670 p. (ISBN 2-9511599-0-0).
  2. Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris sur Google Livres, p. 684.
  3. Archives israélites, publiées par le Bureau des archives israélites, 1898, p. 247.
  4. Procès-verbaux, par Commission du Vieux Paris, Commission du vieux Paris, publiés par l'Imprimerie municipale, 1902, p. 152.
  5. Danielle Chadych, Le Marais, Parigramme, coll. «  Promenades d'architecture et d'histoire », 2005, 637 p. (ISBN 978-2840961888).
  6. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Éditions de Minuit, .

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :