Royaume d'Agder

ancien royaume de Norvège

Le Royaume d'Agder est un royaume norvégien du Moyen Âge situé dans les fylker actuels de Vest-Agder et d'Aust-Agder, au Sud du pays.

La signification du nom Agder lui-même n'est pas connue. Il semble clair qu'à l'âge du fer romain, la Norvège était peuplée de personnes ayant la même identité que la Suède, appelées les Suiones par les sources latines. En colonisant la côte à un moment donné de la préhistoire, ils avaient été divisés en civitates par le terrain. Ces États prirent principalement des noms géographiques ou des noms d'individus ou de personnages mythologiques. Agder en faisait partie.

On sait uniquement qu'il vient du vieux norrois Agðir. Les habitants de ce royaume s'appelaient Egðir. Il semblerait que ces Egðir soient les Augandzi mentionné par Jordanes dans sa Getica.

La Norvège de l'époque viking était divisée en petits royaumes dirigés par des chefs qui se disputaient la suprématie terrestre, maritime ou l'ascendant politique et recherchaient des alliances ou le contrôle par le biais de mariages avec d'autres familles royales, volontaires ou forcés. Ces circonstances ont produit les vies généralement turbulentes et héroïques enregistrées dans la Heimskringla.

Par exemple, la saga Ynglinga nous raconte qu'Harald Barbe Rouge, chef d'Agðir, a refusé sa fille Åsa à Gudröd Halvdanson. Gudröd a envahi Agðir, a tué Harald et son fils Gyrd et a pris Åsa, qu'elle le veuille ou non. Elle a eu un fils, Halvdan (le Noir), et a ensuite fait assassiner Gudröd. Au sein des familles royales, ces événements semblent avoir été plutôt ordinaires. Sa parole était la dernière dans la dispute, alors que son petit-fils, Harald à, la belle chevelure, unifiait la Norvège.

Voici quelques noms connus de rois d'Agder:

  • Harald Granraude, 7 ?? – 815, père d'Åsa
  • Åsa, entre 815 et 834-838, mère d'Halfdan le Noir

Après l'unification de la Norvège par Harold Fairhair, par l'armée et ses alliés au Xe siècle, toutes les civitates sont devenues des provinces (fylker) et après leur conversion au christianisme, elles sont devenues des diocèses ou des paroisses. Le développement du vieux norrois dans les dialectes locaux et la dissimilation des coutumes due à l'isolement ont ajouté une saveur ethnique à la région, qui est chérie aujourd'hui.== Références ==