Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henrard.
Roger Henrard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Roger Fernand Auguste HenrardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Roger Henrard, né à Paris le et mort à Croissy-sur-Seine le , est un photographe français, spécialisé dans la photographie aérienne.

BiographieModifier

Pilote virtuose et chasseur d’images, Roger Henrard a réussi pendant plus de vingt ans à obtenir les autorisations nécessaires pour survoler la capitale à très basse altitude, et pour réaliser, entre autres, les 1750 photographies aériennes de Paris aujourd’hui conservées au musée Carnavalet. Ses photographies de Paris ont été rééditées par Yann Arthus-Bertrand pour comparaison avec les siennes, en 1996.

En 1939-1940, il réalise au profit des services de renseignements français d'audacieuses missions d'espionnage aérien photographique au-dessus de l'Allemagne en compagnie de Sydney Cotton. Le , il reçoit à son nom un Lockheed 12 immatriculé (F-ARQA) et le 2 juin suivant, un second immatriculé également à son nom (F-ARPP) en provenance de Aeronautical Research ans Sales Corporation, entreprise nouvellement créée à Saint-James Square au cœur de Londres[1]. Dès mai 1939, les deux hommes sillonnent le ciel européen depuis Toussus-le-Noble. L’utilisation la plus spectaculaire du Model 12 fut pourtant le survol d’installations militaires italiennes et allemandes pour le compte des services de renseignement français et britannique par le pilote australien Sidney Cotton en 1939 et Roger Henrard. Un des trois appareils utilisés par Sidney Cotton pour ces missions réalisées en 1939 et 1940 (G-AFTL, c/n 1203) était toujours en état de vol aux États-Unis fin 2010[2].

Roger Henrard fut directeur des Établissements Jules Richard situés à Paris qui fabriquaient des appareils enregistreurs pour la météo et des appareils photographiques stéréoscopiques, dont le Verascope.

Son studio était situé au 25, rue Mélingue à Paris et son avion était basé à Toussus-le-Noble[réf. nécessaire].

PublicationModifier

  • Un enragé du ciel, préface de Jules Roy, Paris, Julliard, collection « Risques et périls », 1953.

ExpositionModifier

  • Exposition « Le Tour de Paris, les promenades aériennes de Roger Henrard » au musée Carnavalet à Paris du 7 novembre 2006 au 7 janvier 2007.

RéférencesModifier

  1. Si le F-ARQA (c/n 1267) utilisé par Sydney Cotton pour le compte des Services spéciaux français disparut en juin 1940, le F-ARPP (c/n 1270) acheté dans le même contexte par l’État français passa en Afrique du Nord et fut utilisé par le Service civil des liaisons aériennes jusqu’au , date à laquelle il fut accidenté entre Dakar et Alger. Les Forces aériennes françaises libres parvinrent a acheter sur le marché civil américain un autre appareil (NC18130, c/n 1226) qui fut livré à Takoradi en novembre 1941. Transféré à Pointe Noire début janvier 1942 et affecté au Groupe aérien de défense côtière et utilisé pour des missions de reconnaissance côtières le long des côtes entre Douala et Pointe Noire. Le GADC deviendra le Groupe Artois le , le Lockheed étant alors affecté à l’escadrille Béthune, stationnée à Douala. Après l’arrivée de bimoteurs Avro Anson en mai, il servit d’avion de liaison aux responsables militaires de la France Libre en Afrique, utilisé en particulier par le général Leclerc. Accidenté à Boufarik le , on le retrouve au GLAM à la Libération, affecté au général Valin. Il fut finalement vendu le et poursuivit une carrière civile au Royaume-Uni. Il volait toujours aux États-Unis fin 2010
  2. (en) « G-AFTL: L-12A Electra Junior », sur www.adastron.com, Adastron.
  • Liste des immatriculations d'avions en France : 6362 F-ARQA Lockheed 12A Junior Electra 126 Roger Henrard /Colombes (base de Toussus-Farman)[pas clair][réf. non conforme]

Liens externesModifier