Robert Wallace

homme d'Église et économiste écossais

Robert Wallace (1696/7-1771) est un pasteur de l'Église d'Écosse et un écrivain. Il a avancé une théorie sur le peuplement de la Terre largement inspirée des écrits bibliques.

Robert Wallace
Fonction
Modérateur de l'Assemblée générale de l'Église d'Écosse
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kincardine (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Activités
Enfant
George Wallace (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dissertation on the numbers of mankind in antient and modern times, 1753.

BiographieModifier

Robert Wallace naît le ou 1697 à Kincardine dans le comté de Perthshire en Écosse[1]. Après des études à la grammar school de Stirling en Écosse, il est accepté à l'université d'Édimbourg en 1711. En 1720, il est adjoint de James Gregory, le professeur de mathématiques[1].

À l'instar du pasteur Richard Price, Wallace croit que, après une rapide croissance de la population humaine dans les temps bibliques, une mesure divine favorise la monogamie, ce qui ne peut que mener à une décroissance de la population[2]. Le Français Montesquieu adopte cette théorie de la décroissance[3].

En , il est nommé chapelain royal d'Écosse et doyen de la chapelle royale. Il reçoit le degré honorifique de Doctor of Divinity de l'université d'Édimbourg le [1].

Robert Wallace meurt le [1].

ŒuvresModifier

Wallace publie en 1753 son traité Dissertation on the Numbers of Mankind in Ancient and Modern Times[4]. Il comprend une critique du chapitre « Populousness of Ancient Nations » de l'ouvrage Political Discourses rédigé par David Hume[1]. Son ouvrage a été traduit en français sous la supervision de Montesquieu[5]. En 1758, Wallace publie Characteristics of the Present State of Great Britain qui expose à nouveau sa théorie sur la population. En 1761, il récidive avec Various Prospects of Mankind, Nature, and Providence. Cette théorie aurait influencé Robert Thomas Malthus[1].

FamilleModifier

Wallace a épousé Helen, fille de George Turnbull, ministre de Tyninghame dans le Haddingtonshire. Elle mourut le , laissant deux fils, Matthew et George (en), et une fille, Elizabeth, qui sont tous morts célibataires. Matthew est devenu vicaire de Tenterden dans le Kent, et George (1727-1805) était connu comme un avocat et un écrivain.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f (en) Thomas Wilson Bayne, « Wallace, Robert (1697-1771) », dans Sidney Lee, Dictionary of National Biography, vol. 59, Londres, Smith, Elder & Co., 1885-1900 (lire en ligne)
  2. Georges Minois, Le Poids du nombre : l’obsession du surpeuplement dans l’histoire, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », , p. 247-254
  3. (en) David Carrithers, Charles-Louis de Secondat, Baron de Montesquieu, Routledge, (lire en ligne), p. 515
  4. (en) Robert Wallace, Dissertation on the numbers of mankind in antient and modern times, Édinbourg, Gavin Hamilton et John Balfour, (lire en ligne)
  5. (en) « Robert Wallace on Population and Utopian Government », Population and Development Review, vol. 27, no 1,‎ , p. 173–178 (ISSN 0098-7921, DOI 10.1111/j.1728-4457.2001.00173.x).

Liens externesModifier