Ouvrir le menu principal

Robert Vizet

personnalité politique française

Robert Vizet
Fonctions
Sénateur de l’Essonne

(9 ans et 3 jours)
Député de la 4e circonscription de l’Essonne

(8 ans, 3 mois et 9 jours)
Prédécesseur Maurice Fraudeau (UDR)
Successeur Yves Tavernier (PS)

(1 an, 2 mois et 18 jours)
Prédécesseur nouvelle circonscription
Successeur Léo Hamon (UDR)
Conseiller général de l'Essonne
élu dans le canton de Palaiseau

(32 ans, 9 mois et 16 jours)
Prédécesseur Christian Barré (RGR)
Successeur Jacques Allain (RPR)
Maire de Palaiseau

(7 ans, 11 mois et 17 jours)
Prédécesseur André Hardy (RI)
Successeur Jean Pacilly (PCF)

(6 ans et 6 jours)
Prédécesseur Eugène Deloges (apparenté PCF)
Successeur André Hardy (RI)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Igny
Date de décès (à 94 ans)
Lieu de décès Massy
Nationalité Drapeau : France Française
Parti politique PCF
Profession Imprimeur
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur

Robert Vizet, né le à Igny et mort le [1], est un homme politique français.

Membre du Parti communiste français, il a été maire de Palaiseau, conseiller général du canton de Palaiseau, député de la quatrième circonscription de l’Essonne et sénateur de l’Essonne.

BiographieModifier

Origines et vie familialeModifier

Robert Vizet est né à Igny le . Son père était couvreur-fumiste, sa mère travaillait comme serveuse dans un café-restaurant d’Igny. En 1930, ses parents s’installèrent à Palaiseau[2] pour tenir un café, non loin de la gare de Massy - Palaiseau.

Études et formationModifier

Robert Vizet obtint le certificat d’études en 1936. Il continua sa scolarité vers le certificat d’études complémentaires, mais échoua dans son obtention en 1939. Au début de l’année 1940 il entra en apprentissage dans une imprimerie de Paris, apprentissage interrompu en juin 1940.

De fait à partir de 1936, c'est par les discussions entendues au café familial, qu’il prit intérêt pour la politique. Il partagea cela avec sa passion du football, pratiqué dans un club de la fédération sportive et gymnique du travail (FSGT). Durant les premières années de l’Occupation, à ses activités d’apprenti imprimeur, il ajouta l’aide à son père pour la culture du jardin familial. Réquisitionné pour le service du travail obligatoire en Allemagne, en janvier 1943, il refusa et entra dans la clandestinité.

RésistanceModifier

Ouvrier imprimeur, il participa à la Résistance dès l'âge de seize ans en 1940. Il était responsable des Forces unies de la jeunesse patriotique (FUJP) pour le secteur dont il était originaire : Palaiseau, Igny et Verrières-le-Buisson et participait à des opérations de sabotage et convoyait des armes[3]. À ce titre il participa le à l’organisation par le Parti communiste français et le Front national d’une manifestation patriotique publique à Verrières-le-Buisson[4],[5], pour rendre hommage au résistant gaulliste Honoré d'Estienne d'Orves, fusillé par les Allemands en 1941.

Engagé dans les Forces françaises de l'intérieur (FFI) lors des combats pour la Libération de Paris, il est membre du « groupe Léon Frot » et reprend à l'occupant le syndicat du bois, quartier Saint-Antoine. Lorsque Paris et la région parisienne sont libérées, il part pour le « front de l’Atlantique », où les Allemands s’étaient retranchés, et participe à la libération de La Rochelle[6].

Carrière politiqueModifier

En 1946, revenu à Palaiseau, il travaille dans une imprimerie. Membre de l’Union de la jeunesse républicaine de France, il adhère également au Syndicat du livre CGT[6].

Candidat dès 1947 aux élections municipales à Palaiseau, il entra au conseil municipal de cette ville de Seine-et-Oise en 1953. Il y siégea quarante-huit années, jusqu’en 2001. Maire-adjoint en 1953, il fut maire de Palaiseau de 1959 à 1965, puis de 1971 à 1979. En 1961, il fut élu conseiller général du canton de Palaiseau, mandat qu'il détint trente-trois ans jusqu’en 1994. De 1979 à 1982, il fut vice-président du conseil général de l'Essonne, alors présidé par le communiste Robert Lakota.

Candidat communiste aux élections législatives en Seine-et-Oise à partir de 1956, Robert Vizet fut élu député de la nouvelle quatrième circonscription de l’Essonne[7] en 1967. Battu en 1968 par le gaulliste Léo Hamon, il était élu dans la même circonscription en 1973[8] et réélu en 1978[9]. Il cèdait[10] son mandat de député lors des élections législatives de 1981 au socialiste Yves Tavernier, maire de Dourdan.

Il siégea ensuite sur les bancs du groupe communiste en tant que sénateur de l'Essonne de 1986 à 1995.

Synthèse des fonctions politiquesModifier

Mandats nationauxModifier

Sénateur de l’EssonneModifier

Robert Vizet fut sénateur de l’Essonne du au . Au Sénat, il était membre de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation, dont il fut secrétaire. Il exerça aussi la fonction de secrétaire du Sénat[11].

Député de la 4e circonscription de l’EssonneModifier

Robert Vizet fut élu député de la quatrième circonscription du au [12], il retrouva ce poste du au [13].

Fonctions partisanesModifier

Il militait activement à l’Union de la jeunesse républicaine de France en Seine-et-Oise. Il fut ensuite un des dirigeants nationaux d’une organisation de jeunesse, proche du PCF, les Vaillants et vaillantes. Au début des années 1950, il prenait des responsabilités au sein de la fédération de Seine-et-Oise du Parti communiste français, activités qu’il menait toujours durant toute la période de ses mandats électifs en Essonne. Membre de son conseil d'administration depuis 1996[14], il était de 2001[15] à 2012 trésorier[16] de l’association nationale Les Amis du journal l'Humanité, dont la présidente était Edmonde Charles-Roux.

Mandats locauxModifier

Conseiller général du canton de PalaiseauModifier

Robert Vizet fut conseiller général du canton de Palaiseau du , alors qu’il était encore une structure du département de Seine-et-Oise, au . À ce titre, il fut vice-président du Conseil général de l'Essonne de 1979 à 1982.

Maire de PalaiseauModifier

Robert Vizet fut maire de Palaiseau du au puis à nouveau du à [17].

Autres mandatsModifier

En parallèle de ses fonctions électives, Robert Vizet fut longtemps président du syndicat d’aménagement hydraulique de la vallée de l’Yvette (SIAHVY).

DécorationModifier

HommageModifier

En septembre 2018, la ville de Palaiseau inaugure un « Espace Robert-Vizet »[20]

Notes et référencesModifier

  1. Sébastien Morelli, avec Nicolas Sivan, « Essonne : avec Robert Vizet, un demi-siècle de politique locale disparaît : Celui qui fut maire de Palaiseau, conseiller général, député et sénateur est mort lundi à l’âge de 94 ans. Il a connu la vie politique essonnienne de la sortie de l’Occupation à l’orée du XXIe siècle », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2018) « Il fut une figure de la résistance et de la politique locale pendant près d’un demi-siècle. Robert Vizet s’est éteint ce lundi à l’âge de 94 ans. Né à Igny, l’élu fut l’une de grandes figures communistes du département de la fin de l’Occupation à l’orée des années 2000 ».
  2. Olivier Mayer, op. cit. en bibliographie p. 9.
  3. Notice de Robert Vizet sur le site du lycée Fustel de Coulanges de Massy. Consulté le 7 octobre 2009.
  4. O. Mayer, Robert Vizet, un parcours citoyen, p. 19 : « Cérémonie sur la tombe d'Estienne d'Orves, suivie d'un défilé dans les rues de la ville, où près de cent jeunes chantant La Marseillaise sont applaudis par la population ».
  5. Témoignage oral de Robert Vizet, alors âgé de 90 ans, pour « Paroles de résistants »
  6. a et b Pierre Chaillan, « Robert Vizet, ancien élu de Palaiseau et figure communiste de l’Essonne », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  7. Le Monde, archives, 13 février 1967, « Dans l'Essonne, le conseiller général de Palaiseau (communiste), le maire de Dourdan (centriste) et M. Léo Hamon (Ve Rép) se disputent une nouvelle circonscription.(...) M. Robert Vizet, enfant du pays, conseiller général du canton qui représente 70 % de la circonscription, était déjà candidat en 1958 et 1962 (dans la 6e circonscription de Seine-et-Oise) contre M. Robert Wagner ».
  8. Le Monde, archives, 26 mars 1973, « M. Vizet a remporté la « belle » de la lutte électorale qui l'oppose depuis 1967 à M. Léo Hamon ».
  9. Le Monde, archives, 18 mars 1978, « Essonne : politique d'abord : au second tour MM. Roger Combrisson, Pierre Juquin et Robert Vizet, députés communistes sortants des 1re, 3e et 4e circonscriptions ne sont pas menacés (...) »
  10. Le Monde, archives, 16 juin 1981 : L'évolution du rapport des forces entre PS et PCF : « 46 des 86 députés communistes sortants sont devancés ». Parmi eux Robert Vizet.
  11. Fiche personnelle sur le site officiel du Sénat. Consulté le 7 octobre 2009.
  12. Fiche personnelle durant la 3e législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 7 octobre 2009.
  13. Fiche personnelle durant la 5e législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 7 octobre 2009.
  14. L'Humanité, 10 juin 1996.
  15. L'Humanité, 29 janvier 2002.
  16. L'Humanité, 13 février 2012.
  17. Liste des maires de Palaiseau sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 7 octobre 2009.
  18. Texte du décret du 14 juillet 1996 portant promotion dans l'ordre de la Légion d'honneur. Consulté le 7 octobre 2009.
  19. L'Humanité, 15 juillet 1996
  20. Hommage de la ville de Palaiseau

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier