Robert Kaddouch

Robert Kaddouch
Description de cette image, également commentée ci-après
Oxford en 2018.

Naissance (62 ans)
Casablanca (Maroc)
Activité principale Pianiste, Pédagogue
Activités annexes écrivain, chercheur
Distinctions honorifiques Citoyen d'honneur de la ville de Tarbes
Chevalier des Arts et des Lettres
Site internet kaddouch-music.com

Robert Kaddouch est un pianiste[1], pédagogue[2], chercheur[3] et écrivain[4] français.

Il est le concepteur de la « pédagogie Kaddouch ».

Pour l'ensemble de ses activités, il est fait citoyen d'honneur de la ville de Tarbes en 2016, puis, en 2018, promu au rang de chevalier des Arts et des Lettres.

BiographieModifier

Naissance et enfanceModifier

Robert Kaddouch naît le [5], à Casablanca au Maroc[6].

À l'âge de sept ans, il part avec sa famille pour la France, et s'installe à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées. Il intègre alors le Conservatoire où il obtient un premier prix[7] et une médaille d'or en piano[6], puis continue sa formation à Paris avec Pierre Sancan, Bruno Rigutto, Iannis Xenakis ou encore, Martial Solal[7].

Dès seize ans, il commence à enseigner le piano. C'est ainsi qu'il établit les prémices de sa pédagogie dont le concept fondateur est la « Conductibilité », soit la communication par la création[6].

Fondation du CRPMCModifier

Le , le Centre de Recherche en Pédagogie, Musique et Création (CRPMC), fondé par Robert Kaddouch, est inauguré à Paris, en présence de Franck Riester, ministre de la Culture et de Geoffroy Boulard, maire du 17e arrondissement[8].

Simha Arom, ethnomusicologue, Gary Peacock, contrebassiste et Martial Solal, pianiste, font partie de l'organigramme de ce centre de recherche[8].

La pédagogie, ou méthode KaddouchModifier

Cette pédagogie veut donner aux enfants, dès le plus jeune âge, plus de sens à l'apprentissage de la musique et particulièrement à l'étude du piano[9]. Elle place l'enfant au centre du processus d'apprentissage. Le rôle du professeur est d'encourager et de stimuler le potentiel de l'enfant afin qu'il devienne le point d'ancrage de l'apprentissage. Les trois axes principaux de cette pédagogie qui laisse l'enfant libre[6] et acteur de son apprentissage, sont : la prosodie du langage, la synesthésie fonctionnelle et le geste créatif. La « Conductibilité », concept central, définit la création comme mode de communication, et considère la communication comme création[6].

La « Conductibilité »Modifier

La « Conductibilité » est le concept fondateur de la pédagogie de Robert Kaddouch. Selon lui, il ne faut pas « souffrir pour avancer », et il établit une forme d'apprentissage par la création[6].

La synesthésieModifier

La synesthésie, soit l'association des sens, fait aussi partie des outils employés par cette pédagogie. Robert Kaddouch a travaillé avec Élie Cazaussus, champion du monde de pâtisserie et meilleur ouvrier de France, pour initier des associations saveurs-musique[10].

La prosodie du langageModifier

La prosodie du langage fait partie des outils de la pédagogie Kaddouch. Elle permet de mieux maîtriser sa langue maternelle et d'appréhender autrement une langue étrangère[11],[12].

Le geste musical et le geste créatifModifier

Consolidée en 2011, en Suède, avec une danseuse contemporaine suédoise formée à la pédagogie Kaddouch, ce dernier établit une approche « Musique, intelligence & mouvement ». Il considère que « Le mouvement musical va déclencher le geste. (…) C'est l'enfant qui fait le geste. On n'est pas dans l'imitation qui enferme l'enfant, mais tout de suite dans la recherche de la précision. (…) Ce n'est pas imposer une façon de faire, mais permettre à chaque enfant de libérer son potentiel. »[13].

DiffusionModifier

En FranceModifier

Après la création de l'école Kaddouch & Music à Tarbes, où il forme les professeurs du conservatoire Henri Duparc[14],[15] et celle de Pau[16] en 1997, Robert Kaddouch ouvre, en , une école à Castelnau-Magnoac[17] avant de créer son école à Paris[18].

Le , il apparaît dans un épisode de Secrets d'Histoire, présenté par Stéphane Bern et diffusé sur France 2. Le thème étant « Mozart et la précocité », il présente l'intérêt de sa méthode enseignée dans ses écoles et particulièrement son approche de la création auprès des enfants précoces[18].

À l'étrangerModifier

Robert Kaddouch voyage en Suède, Russie, Belgique, Norvège, Autriche, Danemark et Suisse, notamment en tant qu'expert pour le Ministère des Affaires étrangères[19].

À la demande de l'ambassade de France en Suède, il participe à plusieurs conférences en , notamment à Stockholm, la capitale suédoise. Il y expose et explique alors sa pédagogie[20].

Une école de musique a d'ailleurs choisi d'utiliser sa méthode. C'est donc la première école Kaddouch en Suède, bien qu'il ait « seulement un droit de regard sur la pédagogie », et non au sein de l'administration de l'école[20].

Il est aussi conférencier pour le St John's College à Oxford University, où il développe son concept de « Conductibilité »[21],[22].

DistinctionsModifier

 
Gérard Trémège déclare Robert Kaddouch citoyen d'honneur de la ville de Tarbes en .

ŒuvresModifier

PublicationsModifier

Œuvres pédagogiquesModifier

Œuvres théoriquesModifier

  • Robert Kaddouch et Jean-Paul Bernié, Je voudrais improviser, Kaddouch & Music, (notice BnF no FRBNF37069853) ;
  • Robert Kaddouch, Grandir en musique : Pour une pédagogie de la réussite, Kaddouch & Music, , 116 p. ;
  • Robert Kaddouch et en collaboration avec Sébastien Miravète, Des mimes et des murs : Une nouvelle approche de l'enfant par la création, Mont de Marsan, Gruppen, , 78 p. (ISBN 978-2-919103-05-8, notice BnF no FRBNF42793165) ;
  • Robert Kaddouch et Marion Noulhiane, L'enfant, la musique et la mémoire : Apprentissage musical et développement cérébral, Paris, De Boeck, , 96 p. (ISBN 978-2-35327-246-4, notice BnF no FRBNF43726895, lire en ligne) ;
  • Arnaud François (dir.) et Sebastien Miravete (dir.), Le pédagogue et le philosophe : Robert Kaddouch et la conductibilité, Paris, L'harmattan, coll. « Esthétiques », , 114 p. (ISBN 978-2-343-08855-6, notice BnF no FRBNF45003168, lire en ligne), p. Le cas d'Alice, texte de Robert Kaddouch, page 9 à page 46 ;
  • Robert Kaddouch, Enseigner l'interprétation musicale : réflexions et techniques, Villers-Cotterêts, Ressouvenances, , 100 p. (ISBN 978-2-84505-217-8, notice BnF no FRBNF45219562), en collaboration avec Jacqueline Challet-Haas pour le chapitre "Transfert des valeurs" ;
  • (en) Robert Kaddouch, A Pedagogy of Creation : Teaching Students to Communicate Through Music, Lexington Books, Rowman & Littlefield, (ISBN 978-1-4985-9525-4).

DiscographieModifier

 
Robert Kaddouch et Gary Peacock pour l'enregistrement de 53rd Street et High Line.

Œuvres pédagogiquesModifier

Œuvres artistiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Tarbes. Kaddouch à New York », sur ladepeche.fr (consulté le 1er septembre 2020)
  2. « Tarbes. La méthode Kaddouch analysée », sur ladepeche.fr (consulté le 1er septembre 2020)
  3. « Le Tarbais Robert Kaddouch reconnu au plus haut niveau ! – Le Petit Journal », sur www.lepetitjournal.net (consulté le 23 juillet 2020)
  4. « La méthode Kaddouch publiée aux États-Unis », sur nrpyrenees.fr (consulté le 1er septembre 2020)
  5. « Kaddouch, Robert (1958-...) », Bibliothèque nationale de France (consulté le 19 juillet 2020)
  6. a b c d e et f Florence Chédotal, « Kaddouch, la touche plaisir », sur La Montagne, (consulté le 6 juin 2020)
  7. a et b «Ecouter, stimuler encourager», sur ladepeche.fr (consulté le 27 septembre 2020)
  8. a et b « Le Tarbais Robert Kaddouch reconnu au plus haut niveau ! », Le Petit-Journal,‎ (lire en ligne)
  9. « En avant les petits maestros ! », sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le 11 juillet 2020)
  10. « Quand deux artistes mettent le chocolat en musique », sur ladepeche.fr (consulté le 11 juillet 2020)
  11. « Les langues étrangères orchestrées », sur ladepeche.fr (consulté le 11 juillet 2020)
  12. « Apprendre l'anglais par la musique », sur ladepeche.fr (consulté le 11 juillet 2020)
  13. « Tarbes. Robert Kaddouch s'intéresse à la danse avec Béatrice Dutrey », sur ladepeche.fr (consulté le 25 juillet 2020)
  14. « La méthode « Kaddouch » à Tarbes ! », Le Petit-Journal,‎ (lire en ligne)
  15. « Robert Kaddouch ouvre une classe de pédagogie à Tarbes », Le Petit-Journal,‎ (lire en ligne)
  16. Eustelle Liesenborghs, « Ecole Kaddouch : mélomanes dès le berceau », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne)
  17. « Robert Kaddouch prend la clé des champs », sur ladepeche.fr (consulté le 10 juillet 2020)
  18. a et b « Kaddouch, musique et histoire », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  19. Gérald Camier, « «Ecouter, stimuler encourager» », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  20. a et b Josiane Battoue, « Une école Kaddouch à Stockholm », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  21. « Robert Kaddouch « emballe » Oxford ! », Le Petit-Journal,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « “Autism and Perception” by Robert Kaddouch (Ecole Kaddouch & Music Paris) », sur sjc.ox.ac.uk (consulté le 24 janvier 2021).
  23. a et b Josiane Battoue, « Tarbes. Robert Kaddouch, citoyen d'honneur », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  24. « Tarbes. Robert Kaddouch citoyen d'honneur », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  25. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres - hiver 2018 », sur le site web du Ministère de la Culture, (consulté le 3 juin 2020)
  26. « Tarbes. Robert Kaddouch, chevalier des Arts et des Lettres », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  27. « Tarbes. Robert Kaddouch parmi les plus grands », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  28. Laurent Dussutour, « chronique », sur www.citizenjazz.com,
  29. C. V., « Tarbes. Gérard Trémège fait «jazzer» Robert Kaddouch », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier