Ouvrir le menu principal

Rivière Lorette
Illustration
Tracé du cours d'eau et de ses principaux affluents.
Caractéristiques
Longueur 18 km
Bassin 71 km2
Bassin collecteur Estuaire fluviale
du Saint-Laurent
Régime Pluvio-nival
Cours
Confluence Rivière Saint-Charles
· Coordonnées 46° 48′ 32″ N, 71° 19′ 12″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
MRC Agglomération de Québec

La rivière Lorette est une rivière québécoise située dans les villes de Québec et L'Ancienne-Lorette.

DescriptionModifier

Le sous-bassin de la rivière Lorette occupe la portion sud-ouest du bassin versant de la rivière Saint-Charles. Ses principaux affluents sont le ruisseau des Friches (aussi appelé ruisseau Sainte-Geneviève ou ruisseau des Martres), le ruisseau Mont-Châtel prenant source à Val-Bélair et un autre tributaire (sans toponyme, mais localement appelé ruisseau de la Souvenance) qui prend sa source au mont Bélair. Les autres affluents sont surtout des fossés de drainage d’origine agricole. L’affectation des terres les divise essentiellement en trois occupations distinctes : terres en culture, boisés et territoires urbanisés.

La rivière Lorette fait 18 km de longueur et son bassin versant couvre une superficie de 71 km2. L’indice général de qualité de l’eau (de 0 à 100, 100 étant une bonne qualité permettant généralement tous les usages y compris la baignade) dans le bassin versant de la rivière Lorette varie de l’amont (60 à 79, qualité satisfaisante permettant généralement la plupart des usages) vers l’aval (0 à19, très mauvaise qualité, tous les usages risquent d’être compromis). Dans la rivière Lorette, le taux de coliformes fécaux provenant des rejets agricoles et urbains est très élevé.

La rivière Lorette est aussi victime de problèmes d'érosion. Le déboisement massif des rives en zone agricole et l’imperméabilisation des sols dans les zones urbaines accentuent le phénomène d’érosion des berges, surtout lors des fortes pluies. À plusieurs endroits, on peut en effet voir un sol laissé à nu en bordure du cours d’eau et des berges endommagées par l’érosion. Outre la dégradation des rives, l’eau de ruissellement entraîne également la partie la plus fertile du sol constituée de limon, d’argile et de matière organique (en milieu agricole) et la déverse dans la rivière Lorette sans rencontrer la moindre barrière naturelle permettant de limiter l’impact de ce phénomène. Les sédiments transportés vers la rivière, une fois en suspension, augmentent la turbidité des eaux et causent un stress physiologique à la faune aquatique.

Historiquement, la rivière Lorette a toujours connu des périodes de débordement. Toutefois, depuis le début de l’urbanisation du territoire, ce phénomène naturel a été largement accentué. On observe maintenant des variations importantes de débit lors des fortes pluies et les débordements ont des conséquences importantes sur les infrastructures et les constructions à proximité.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier