Riquier (Nice)

Quartier situé au sud-est de Nice
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riquier.

Riquier
Riquier (Nice)
Vue de la rue Beaumont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Nice
Canton Nice-3
Démographie
Population 12 437 hab. (1999)
Fonctions urbaines résidentielle
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 07″ nord, 7° 17′ 09″ est
Cours d’eau Paillon
Transport
Gare Nice-Riquier
Tramway arrêts Acropolis et palais des expositions
Bus   3    7   20  27  30  80 
Localisation
Localisation de Riquier
Situation schématique du quartier de Riquier dans la ville de Nice.
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Riquier

Le quartier de Riquier est un quartier de Nice situé dans la partie sud-est de la ville, au nord du quartier du port, en amont du Paillon, le torrent fluvial qui passe dans la ville. Il est bordé par la rue Barla au sud, le mont Alban à l'est, le Paillon (recouvert) à l'ouest, et la ligne de chemin de fer Marseille - Vintimille au nord.

HistoireModifier

L'origine étymologique ne semble pas établie. On peut évoquer un lien avec les Riquier, l'une des plus riches et puissantes familles de Nice au Moyen Âge[1] ou bien songer tout simplement à l'ancien cours d'eau du secteur nommé Richier sur une gravure de 1662 ou cité sous la forme Aqua Riqueriorum sur un plan présentant Nice au XIVe siècle[2].

Toujours est-il que l'on trouve ce vocable à la fin du Moyen Âge où se trouvent des potagers et des moulins qui exploitent le(s) dernier(s) ru(s) du lit antérieur du Paillon. D'autres artisans comme des forgerons, des tonneliers, et bien d'autres s'y établirent à proximité des remparts de la ville et plus loin (le site du Lazaret pour la quarantaine imposée aux marins et leur cargaison).

À la suite du rasement de l'enceinte de la ville et surtout de la citadelle imposée par Louis XIV, le quartier explosa de vigueur en habitations et petits commerces. Le projet de creusement du port actuel ordonné par le pouvoir savoyard (vers mi-XVIIIe siècle) vit apparaître des entrepôts plus grands liés au projet d'urbanisation très strict (pour l'époque). De nouveaux axes se traçaient hors de l'ancienne ville qui étouffait jadis dans ses remparts.

Situation actuelleModifier

C'est un quartier central désormais résidentiel où se jouxtent les immeubles ouvriers des années 1920 et ceux plus récents. De rares portions antérieures subsistent parfois encore, du XIXe siècle et du début du XXe siècle, mais vouées à disparition.

  Visite du quartier

IconographieModifier

Lien iconographique chez Wiki.commons

Voies du quartier et constructions intéressantesModifier

AModifier

  • Armée du Rhin (place de l') : anciennement place Risso - 06300,
    n°3 : Palais de L'Esplanade. Autres entrées 1 et 3 rue Thaon de Revel ; autre entrée encore au 3 boulevard Pierre-Sola. Le nom du palais fait allusion à la couverture du Paillon. Dû à Honoré Aubert : 1929-1930. Aussi appelé, semble-t-il, « Palais Risso ».
 
La place Arson : haut-lieu des boulistes niçois. Vue vers le Sud. La rue Barla se situe 50 mètres après les arcades. Ces bâtiments remplacent l'ancienne manufacture des tabacs de Nice.
  • Arson (rue) : 06300.
    Axe nord-sud, du quartier Saint-Roch au port.
     
    Arrivée méridionale sur le port.
  • Auguste Gal (rue) : 06300. La rue part du port, longe la place Arson, traverse tout le quartier en direction NE.
 
Rue Auguste-Gal au départ de la rue Barla, vers le NE.
  • n°48 : Palais Berthe

B - CModifier

 
Boulevard Virgile-Barel, en direction du Nord.

  • Barla (rue) : 06300. Dans ce découpage, la partie Sud de la rue se trouve dans le quartier du port.
 
Rue Barla, vue du Sud vers le Nord.
  • n°39 : Palais Saluzzo A : entrée principale au [1] place Max-Barel. Images : Vue générale.
  • Beaumont (rue) : 06300
    n°7 bis : Palais Beaumont : lettres L et C en fer sur la porte
    n°17 : Palais St Joseph : face à l'église Saint-Joseph. Images : Vue générale.

D - E - FModifier

  • De Orestis (rue) : c'est le nom d’une famille niçoise noble
    n°9 : Palais De Orestis
    n°19 : Palais du Jardin : fait effectivement face à un square
  • Deux Emmanuel (quai)
    n°1 : Immeuble notable de 1909 - Photos

G - H - I - J - KModifier

  • Général Louis Delfino (boulevard) : boulevard Sainte-Agathe jusqu'en 1969 : quartier Riquier
    n°5 : Palais Sainte Agathe (annuaire du téléphone 2004). Ancien nom de la rue.
  • Georges Ville (rue) : 06300, Quartier de Riquier :
    n°? Palais Saint-Joseph (l'église St Joseph est en face !) recherche du n° en cours...Voir : Photo.
    n°15 (angle rue Scaliero) : Palais Mireille. Voir : Photo.

L - M - N - OModifier

  • Leotardi (rue) : 06300
    n°15 : Maison Torini
  • n°17 : Palais Antoine, 1933, René Arziari architecte
  • Louis-Delfino : voir à Général-Louis-Delfino
  • Max-Barel (place) - quartier Riquier : anciennement place Saluzzo. Fils de Virgile Barel, Max fut un martyr de la Résistance et habita le Palais Saluzzo.
     
    Place Max Barel. Prise de vue en arrivant de la Moyenne Corniche. Direction NW.
    Au fond, le Palais Saluzzo.
    n°[1] : Palais Saluzzo B : Honoré Aubert architecte : autres entrées au 39 rue Barla et au 1 boulevard Riquier. Daté de 1930.

P - Q - R - SModifier

  • Paul Reboux (rue)
    n°10 : Palais Gilletta
  • République (avenue de la) : antérieurement République (rue de la)
    n°7 : Palais Victor : la rue de la République a porté du vivant du monarque le nom de rue Victor en l'honneur du roi (1773) de Sardaigne Victor-Amédée III qui fit aménager ce qui était alors une porte de Nice
  • Ribotti (rue) :
  • n°36 : Palais Athena. Image : Façade.
  • Riquier (boulevard) :
    n° 1 : Palais Saluzzo C : entrée principale au [1] place Max-Barel. Image : Vue générale.
    n°3 : Palais Martha
  • Risso (place) : aujourd'hui place de l'Armée du Rhin ; Antoine Risso
  • Risso (boulevard) : Antoine Risso
    n°52 : Palais « Bella Nizza »

T - ZModifier

  • Thaon de Revel (rue) : quartier de Riquier
    n°1 et 3 : Palais de l'Esplanade ; autre entrée au 3 boulevard Pierre-Sola ; entrée principale au 3 place de l'Armée du Rhin.

NotesModifier

  1. Charles-Alexandre Fighiera, « La demeure des Riquier à Èze », dans Nice Historique, no 2, 1941, p. 90.
  2. Alain Venturini, « L'évolution urbaine de Nice du XIe à la fin du XIVe siècle », dans Nice Historique, no 1, 1984, p. 15.

Article connexeModifier