Ouvrir le menu principal

Louis Delfino

joueur de football français

BiographieModifier

Louis Delfino est né dans la rue Arson à Nice d'un père ébéniste mort pendant la Première Guerre mondiale et d'une mère ouvrière à la manufacture des tabacs. Il grandit dans le quartier populaire de Riquier et rejoint à l'âge de 18 ans l'équipe première de l'Olympique Gymnaste Club Nice ; il est notamment demi-finaliste de la Coupe de France de football 1930-1931[1],[2].

Il intègre Saint-Cyr en 1931 et s'engage dans l'aviation en 1933. Il obtient son brevet de pilote le . D'abord affecté dans l'aviation de reconnaissance, il demande à être intégré dans la chasse en 1938.

La guerre survient alors qu'il est capitaine, adjoint au commandant du Groupe de chasse 1/4 stationné à Reims.

Pendant la bataille de France, il prend le commandement de la 4e escadrille du Groupe de chasse 2/9 et totalise sept victoires aériennes dont certaines partagées avec son équipier Charles Chesnais.

Le , il est nommé commandant de la 4e, escadrille du GC II/9. Après l'armistice, il retrouve son ancien groupe à Dakar. En août 1943, il devient l'adjoint du commandant, mais les missions de patrouille côtière ne satisfont guère son tempérament aventureux, et il postule pour rejoindre l'escadron de chasse Normandie-Niemen qu'il intègre le .

Trois mois plus tard commence la deuxième campagne. Louis Delfino est promu commandant en juin 1944 et remporte un nombre important de victoires aériennes. Le , il prend le commandement de l'unité française lors de la dernière campagne de Prusse-Orientale, entre décembre 1944 et mai 1945. Le , le général de Gaulle lui confère le grade de lieutenant-colonel et, le 20 juin suivant, le colonel Delfino rejoint la terre française en compagnie des pilotes du "Normandie-Niemen", à bord des quarante "Yak 3" du groupe offerts par Staline en témoignage de reconnaissance. Le colonel Delfino termine la guerre avec 20 victoires aériennes dont 16 homologuées.

Louis Delfino poursuit sa carrière au sein de l'armée de l'Air. Il est promu au grade de général de division aérienne en mars 1961 et de général d'armée aérienne (cinq étoiles) en janvier 1964. Il a rempli tous les postes de la Défense aérienne : chef d'État-Major, commandant de Zone, commandant de toute la Défense Aérienne, et l'École de l'air. En 1964, il est nommé Inspecteur Général de l'armée de l'Air.

Le général Delfino meurt des suites d'une rupture d’anévrisme, le à l'âge de 56 ans. Il avait 4 500 heures de vol à son actif. Il repose dans le cimetière de Caucade à Nice.

DécorationsModifier

HommagesModifier

  • À Nice, un boulevard porte le nom de « Boulevard du général Delfino » ainsi que le jardin Normandie-Niemen où est abrité son buste ;
  • à Drachenbronn-Birlenbach, une rue lui rend également hommage.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier