Ouvrir le menu principal

Ring du centenaire
Image illustrative de l’article Ring du centenaire
Scène de Götterdämmerung (Le Crépuscule des Dieux), quatrième partie de L'Anneau du Nibelung, production pour le centenaire du Ring au Festival de Bayreuth.

Genre Opéra
Lieu Bayreuth, Allemagne
Période 1976-1980
Direction Wolfgang Wagner
Collaborations Pierre Boulez, Patrice Chéreau

Le Ring du centenaire (en allemand : Jahrhundertring) est la production de L'Anneau du Nibelung de Richard Wagner réalisée en 1976 au Festival de Bayreuth par Pierre Boulez et Patrice Chéreau pour célébrer à la fois le centenaire du festival et la première exécution complète du cycle de la Tétralogie.

Cette production des quatre opéras du Ring, dont la première eut lieu en 1976, fut représentée chaque année de 1976 à 1980. Une captation fut réalisée en 1980.

Ce Ring est devenu mythique. Si, à la première, il fut hué pour sa modernité, sa conception établit ensuite une norme et la dernière reçut plus de cent rappels.

Sommaire

Centenaire de l'Anneau du NibelungModifier

En 1974, Wolfgang Wagner, petit fils de Richard Wagner et héritier de la direction du Festival de Bayreuth, devait choisir le directeur musical pour la saison 1976 : celle-ci marquait le centenaire de la première représentation complète de L'Anneau du Nibelung (souvent appelé simplement le Ring - l'Anneau), ensemble de quatre opéras constituant l'œuvre la plus complexe de Richard Wagner. Son choix se porta sur Pierre Boulez.

Ingmar Bergman, Peter Brook et Peter Stein refusèrent successivement la mise en scène. Boulez suggéra alors à Wolfgang Wagner le nom de Patrice Chéreau[1], un jeune homme de trente et un ans qui n'avait alors fait que deux mises en scène d'opéras[2],[3].

Le livret de Wagner se fonde sur l'Edda poétique, élaborée au viie siècle et connue par des manuscrits islandais, la Chanson des Nibelungen, poème germanique écrit aux alentours de 1200 et la Völsung saga, roman en prose du xiiie siècle[4].

La mise en scène de Chéreau situe délibérément l'action au xixe siècle, en pleine révolution industrielle : les dieux sont vêtus en bourgeois capitalistes et les Nibelung en prolétaires, représentation critique du capitalisme et de l'industrialisation[5]. Les filles du Rhin sont des danseuses de Cancan ou des prostituées ; Wotan est en frac ; Siegfried pénètre dans le palais des Giebichungen (humains) avec des vêtements en lambeaux et se confronte à un Gunther en jaquette et un Hagen en costume frippé, marquant la distance entre les deux mondes[6].

Patrice Chéreau propose une interprétation profonde et complexe de l'œuvre de Wagner, le révolutionnaire de 1848 : sur la liberté (Siegfried, créé libre par Wotan, mais inconscient de sa propre liberté), sur la richesse (l'or du Rhin) et le pouvoir (l'Anneau), sur les affrontements de classe (Dieux et Nibelungen) et l'amour (l'abjuration d'Alberich) en pleine Révolution industrielle, avec les mythes germaniques pour allégorie.

Chéreau fait entrer le théâtre à l'opéra : il demande aux chanteurs de jouer les sentiments ; « Ce premier jour [des répétitions], j'ai dû parler aux chanteurs des dangers du pléonasme. Je leur ai dit que la musique de La Walkyrie était souvent descriptive voire imitative […], tous les gestes et toutes les intentions y sont comptabilisés, il n'est pas jusqu'au verrou de la porte qui ne s'y trouve […] »[7]. Il se débarrasse d'un siècle de traditions qui ont perdu leur sens[2]. Les interprètes Gwyneth Jones et Jeannine Altmeyer expriment dans le making-of de la captation de 1980 combien cette mise en scène fut exigeante et combien elle rendait vivants des personnages d'opéra momifiés par la tradition. On a décrit la mise en scène comme un mélange de mélo, de messianisme socialisant à la George Bernard Shaw[8],[9] et de psychodrame à la Strindberg[10].

Accueil public et critiqueModifier

La première de cette nouvelle production du Ring fit un scandale et provoqua presque une émeute, au point que l'écho s'en répercuta jusque dans les médias populaires[11]. De nombreuses interprétations furent données à cette mise en scène ; on y vit même plus tard – de façon assez anachronique – une critique de la surexploitation des ressources terrestres.

Winifred Wagner, la matriarche du clan Wagner, mère de Wolfgang, détestait tous les aspects tant musicaux que scéniques de cette production, mais, disait-elle alors, « ne vaut-il pas mieux être en colère que de s'ennuyer »[12].

Un critique de la BBC, dans une analyse discographique, reprochait à Boulez ses « tempos brutaux », et « son manque omniprésent d'expressivité »[13] tandis que d'autres notaient qu'« avec des textures étonnamment claires, des couleurs lumineuses et des tempos légers, Boulez obtient un son wagnérien inégalé […] La musique de Wagner n'a pas besoin d'être trouble pour être métaphysique ni massive pour être bouleversante. Boulez fait briller et étinceler l'orchestre du Festival de Bayreuth au son trop souvent bouffi. »[14]. Le New York Times écrit : « Les détails de la partition émergent avec une clarté inattendue. À l'ouverture de La Walkyrie, Boulez minimise délibérément la ligne de basse, donnant à l'agitation agressive de la musique un caractère désincarné. Tout au long du Ring, les détails sont clairement articulés, sans trop de insister sur les leitmotivs »[10].

La dernière représentation, en 1980, reçut 107 rappels et 90 minutes d'ovations[15],[16],[17].

Le critique musical du Times de Londres, William Mann, expliquait en 1980[18] :

« Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi la vieille garde a réagi aussi violemment au Ring de Chéreau. Il se moquait d'institutions chéries et, entre autres, de l'institution chérie du saint art allemand qu'est le Festival de Bayreuth et l'œuvre de Richard Wagner. »

D'autant plus que le sacrilège était commis par des Français au cœur même de l'Allemagne.

PostéritéModifier

Le Ring de Boulez et Chéreau demeure aujourd'hui une référence mythique[19],[20],[21],[22],[15].

Quarante ans après, il en reste une captation filmée par le réalisateur britannique Brian Large (en). Celle-ci a techniquement vieilli mais elle préserve ce moment unique de la vie artistique.

Réalisation et distributionModifier

RéalisationModifier

Direction du Festival de Bayreuth : Wolfgang Wagner
Direction musicale : Pierre Boulez
Mise en scène : Patrice Chéreau
Scénographie : Richard Peduzzi
Costumes : Jacques Schmidt
Éclairages : André Diot

DistributionModifier

Liste des artistes distribuée dans le Ring Boulez-Chéreau de 1976 à 1980.

Les opéras où les rôles apparaissent sont notés : R : Das Rheingold - L'or du Rhin ; W : Die Walküre - La Walkyrie ; S : Siegfried - Siegfried ; G : Götterdämmerung - Le crépuscule des dieux .

Rôle Opéra 1976 1977 1978 1979 1980
Wotan R W S Donald McIntyre Donald McIntyre Donald McIntyre Donald McIntyre Donald McIntyre
Donner R Jerker Arvidson Martin Egel (de) Martin Egel (de) Martin Egel (de) Martin Egel (de)
Froh R Heribert Steinbach Siegfried Jerusalem Siegfried Jerusalem Siegfried Jerusalem Siegfried Jerusalem
Loge R Heinz Zednik Heinz Zednik Heinz Zednik Heinz Zednik {Heinz Zednik
Fricka R W Yvonne Minton Eva Randová (en) Hanna Schwarz Hanna Schwarz Hanna Schwarz
Freia R Rachel Yakar Carmen Reppel Carmen Reppel Carmen Reppel Carmen Reppel
Erda R S Ortrun Wenkel Hanna Schwarz Ortrun Wenkel Ortrun Wenkel Ortrun Wenkel
Alberich R S G Zoltán Kelemen Zoltán Kelemen Zoltán Kelemen Hermann Becht Hermann Becht
Mime R Wolf Appel (de) Wolf Appel (de) Helmut Pampuch Helmut Pampuch Helmut Pampuch
Fasolt R Matti Salminen Heikki Toivanen (de) Heikki Toivanen (de) Matti Salminen Matti Salminen
Fafner R S Bengt Rundgren (sv) Matti Salminen Matti Salminen Fritz Hübner Fritz Hübner
Woglinde R G Yoko Kawahara (en) Norma Sharp Norma Sharp Norma Sharp Norma Sharp
Welgunde R G Ilse Gramatzki Ilse Gramatzki Ilse Gramatzki Ilse Gramatzki Ilse Gramatzki
Floßhilde R G Adelheid Krauss Cornelia Wulkopf (de) Marga Schiml Marga Schiml Marga Schiml
Sigmund W Peter Hofmann Robert Schunk (de) Peter Hofmann Peter Hofmann Peter Hofmann
Hunding W Matti Salminen Matti Salminen Matthias Hölle (de) Matti Salminen Matti Salminen
Sieglinde W Hannelore Bode Hannelore Bode Hannelore Bode Jeannine Altmeyer Jeannine Altmeyer
Brǔnnhilde W S G Gwyneth Jones Gwyneth Jones Gwyneth Jones Gwyneth Jones Gwyneth Jones
Gerhilde W Rachel Yakar Carmen Reppel Eva Johansson Carmen Reppel Carmen Reppel
Ortlinde W Irja Auroora Astrid Schirmer (en) Leah Frey-Rabine Karen Middleton Karen Middleton
Waltraute W Doris Soffel Gabriele Schnaut Silvia Herman Gabriele Schnaut Gabriele Schnaut
Schwertleite W Adelheid Krauss Patricia Payne Hitomi Katagiri Gwendolyn Killebrew Gwendolyn Killebrew
Helmwige W Katie Clarke Katie Clarke Eva-Maria Bundschuh (de) Katie Clarke Katie Clarke
Siegrune W Alicia Nafé Cornelia Wulkopf (de) Linda Finnie (en) Marga Schiml Marga Schiml
Grimgerde W Ilse Gramatzki Ilse Gramatzki Uta Priew Ilse Gramatzki Ilse Gramatzki
Rossweisse W Elisabeth Glauser (en) Elisabeth Glauser (en) Hebe Dijkstra Elisabeth Glauser (en) Elisabeth Glauser (en)
Siegfried S René Kollo René Kollo René Kollo Manfred Jung Manfred Jung
Mime S Heinz Zednik Heinz Zednik Heinz Zednik Heinz Zednik Heinz Zednik
Waldvogel (l'oiseau de la forêt) S Yoko Kawahara (en) Norma Sharp Norma Sharp Norma Sharp Norma Sharp
Siegfried G Jess Thomas Manfred Jung Manfred Jung Manfred Jung Manfred Jung
Gunther G Jerker Arvidson Franz Mazura Franz Mazura Franz Mazura Franz Mazura
Hagen G Karl Ridderbusch Karl Ridderbusch Karl Ridderbusch Fritz Hübner Fritz Hübner
Gutrune G Irja Auroora Hannelore Bode Hannelore Bode Jeannine Altmeyer Jeannine Altmeyer
Waltraute G Yvonne Minton Yvonne Minton Yvonne Minton Gwendolyn Killebrew Gwendolyn Killebrew
Première Norne G Ortrun Wenkel Patricia Payne Patricia Payne Ortrun Wenkel Ortrun Wenkel
Seconde Norne G Dagmar Trabert Gabriele Schnaut Gabriele Schnaut Gabriele Schnaut Gabriele Schnaut
Troisième Norne G Hannelore Bode Katie Clarke Katie Clarke Katie Clarke Katie Clarke

Discographie, vidéographieModifier

  • On trouve sur le marché des versions audio en CD d'occasion du Ring Boulez-Chéreau chez l'éditeur Philips à des prix à faire dresser les cheveux sur la tête. Réservé aux collectionneurs ou aux inconditionnels. L'intérêt du Ring du Centenaire résidant autant dans la mise en scène que dans l'interprétation musicale, mieux vaut, pour l'écoute, acquérir une bonne version récente et non "collector" à moindre prix.
  • La captation de 1980 est éditée en DVD vidéo et Blue-Ray chez Unitel-Deutsche Grammophon (8 disques y compris le making-of).

RéférencesModifier

  1. « Le Ring du Centenaire », sur Opéra de Paris (consulté le 18 janvier 2018).
  2. a et b « Comment Chéreau a révolutionné Wagner », sur Slate (consulté le 18 janvier 2018)
  3. Brigitte Salino, « Patrice Chéreau, un théâtre de la vie », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 18 janvier 2018).
  4. Juliette Masselis, « Le mythe dans le cycle wagnérien : Der Ring des Nibelungen », sur France Musique, Radio France, (consulté le 18 janvier 2018).
  5. (de) Eleonore Büning, « Nachruf auf Patrice Chéreau / Erschütterer der Opernwelt », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2018).
  6. (en) Brian Wise, « Patrice Chéreau, Iconoclastic Opera Director, Dies at 68 », WQXR-FM, (consulté le 20 janvier 2018).
  7. Pierre Boulez, Patrice Chéreau, Richard Peduzzi et Jacques Schmidt, Histoire d'un "Ring" : Bayreuth 1976-1980, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », (ISBN 978-2253028536), p. 137.
  8. George Bernard Shaw, Le parfait wagnérien, Paris, Éditions Montaigne, , 185 p.
  9. Chéreau conteste le rapprochement avec G. B. Shaw : « J'en profite pour dire que contrairement à ce qu'on a pu dire ici et là, je ne suis pas particulièrement un adepte des thèses de G. B. Shaw, qui me semblent insuffisantes, un peu « laïques » dans leur raisonnements politiques, et ne me semblent pas porter très loin. Elles ne sont pas en tous cas d'une grande utilité aujourd'hui pour monter le Ring. » – Patrice Chéreau in Pierre Boulez, Patrice Chéreau, Richard Peduzzi et Jacques Schmidt, Histoire d'un "Ring" : Bayreuth 1976-1980, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », (ISBN 978-2253028536), p. 240.
  10. a et b (en) Edward Rothstein, « Worthy Versions Of 'The Ring': A Critical Selection; Pierre Boulez », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2018).
  11. « Journal de TF1 », sur INA (Institut National de l'Audiovisuel), (consulté le 18 janvier 2018).
  12. Cité par Singelinde Wagner dans le making-of de la captation.
  13. (en) Michael Tanner, « Michael Tanner's Guide to audio recordings of Der Ring des Nibelungen », BBC (consulté le 20 janvier 2018).
  14. (en) James Leonard, « Bayreuth Festival Orchestra / Pierre Boulez / Wagner: Der Ring des Nibelungen », Allmusic (consulté le 20 janvier 2018).
  15. a et b Alisonne Sinard, « Pierre Boulez : Patrice Chéreau, un "tailleur de luxe" », sur France Culture, Radio France, (consulté le 19 janvier 2018).
  16. (en) Allan Kozinn, « Patrice Chéreau, Opera, Stage and Film Director, Dies at 68 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 20 janvier 2018).
  17. (en) Barry Millington, « Patrice Chéreau and the bringing of dramatic conviction to the opera house », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 20 janvier 2018).
  18. In : Making-of de la captation de 1980.
  19. « Le “Ring” de Wagner revu par Boulez et Chéreau : une production qui fit scandale et reste mythique », Télérama,‎ (ISSN 0040-2699, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018)
  20. « Regardez le Ring de Wagner de Chéreau sur Culturebox : révolution à l'opéra », sur France Info, Radio France, (consulté le 19 janvier 2018).
  21. Jean-Marc Proust, « Comment Chéreau a révolutionné Wagner », sur Slate, (consulté le 19 janvier 2018).
  22. Renaud Machart, « Musique : le "Ring" selon Boulez et Chéreau », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier