Richard Worsley (7e baronnet)

politicien britannique

Sir Richard Worsley, 7e baronnet, ( - ) était un homme politique britannique qui siégeait à la Chambre des communes entre 1774 et 1801. Il était un collectionneur d'antiquités réputé.

Richard Worsley
Image dans Infobox.
Fonctions
Membre du 1er Parlement du Royaume-Uni (d)
Membre du 18e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 15e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 14e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 17e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Appuldurcombe House (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
Appuldurcombe House (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Sir Thomas Worsley, 6th Bt. (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Lady Elizabeth Boyle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Seymour Dorothy Worsley (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Unknown daughter Worsley (d)
Robert Edwin Worsley (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction
Titre honorifique
Sir

JeunesseModifier

 
Appuldurcombe House

Worsley est né à Appuldurcombe House, près de Wroxall, sur l'île de Wight, fils de Sir Thomas Worsley, 6e baronnet (1726-1768) et d'Elizabeth Boyle (1731-1800), fille de John Boyle, 5e comte de Cork et Henrietta, sa première femme. Il a succédé comme baronnet de son père le [1].

 
Lady Worsley en tenue adaptée de l'uniforme du régiment de son mari

Diplômé du Winchester College, Worsley passa environ deux ans à Naples avec ses parents de 1765 à 1767, avant d’être inscrit au Corpus Christi College d’Oxford le . Au lieu de passer un diplôme, il décida de terminer ses études par un Grand Tour continental de 1769 à 1770, sous la direction de Georges Deyverdun, un contact de Edward Gibbon, un ami de la famille[1].

Carrière politiqueModifier

Après son retour en Grande-Bretagne, Worsley occupa le poste de haut shérif de Hampshire de 1773 à 1774, puis entra à la Chambre des communes en 1774 pour la circonscription de Newport. Partisan du gouvernement de Lord North, il est nommé greffier du conseil du drap vert en 1777, contrôleur de la maison du roi (1779-1782), conseiller privé (à partir de 1780) et gouverneur de l'île de Wight (1780-1782). En 1775, il s'est marié[1].

Il ne parvint pas à se faire élire à l'élection partielle dans le Hampshire en et perdit tous ses postes lorsque l'administration du North s'effondra en 1782. Les scandales impliquant sa femme ont encore plus endommagé sa carrière politique. Worsley partit pour l'Espagne, le Portugal et la France (1783-1784, quittant son siège parlementaire après son départ) et passa l'hiver à Rome. Après d'autres voyages, il revint en Angleterre en 1788.

Il est revenu au Parlement en tant que député de Newtown, dans l’île de Wight, de 1790 à 1793. Il est devenu ambassadeur de Grande-Bretagne auprès de la république de Venise de 1794 à l'annexion de Venise par la France en 1797. Dans ce dernier poste, il continua à collecter des antiquités (les guerres de la Révolution française gardant les prix bas à l'époque) et s'efforça d'empêcher l'ambassadeur de France de profiter de la neutralité de Venise. Il a réussi à s'échapper de Venise quand les Français l'ont envahi, laissant ses collections d'art de Venise dans le convoi avec des instructions pour rester à Fiume pour attendre une situation plus paisible avant de revenir en Angleterre. Il débarqua en Angleterre à la mi- et reçut de la couronne une rente de 600 £.

Réélu par contumace pour Newtown en 1796, Worsley occupa ce siège jusqu'à la démission de William Pitt le Jeune en , mettant ainsi fin à sa participation à la vie publique.

Antiquaire et collectionneurModifier

En 1778, Worsley fut élu membre de la Society of Antiquaries of London et de la Royal Society[2].

En , il quitte Rome pour le Levant avec Willey Reveley. Il a visité Athènes (à partir de 1785), l'intérieur de la Grèce, Rhodes, le Caire, Constantinople, Sigeion (1786), Troie (1786) et la Crimée. Au cours de ses voyages, il a constitué une collection de pierres précieuses, de peintures, de sculptures et de bas-reliefs. Il a perdu les peintures lors de l'internement de la collection au Portugal lors de son retour de l'Est en Grande-Bretagne via Rome en 1797. À Rome, il acheta d'autres antiquités à Thomas Jenkins et Giovanni Battista Piranesi et devint un ami de l'ambassadeur d'Espagne, José Nicolás de Azara, et de l'antiquaire Ennius Quirinus Visconti (qui écrira plus tard le texte de la publication de ses collections par Worsley (1794 - 1805)).

À son retour, il organisa la collection chez lui, à Appuldurcombe, où il fit aménager le terrain par Capability Brown. Il constituait la plus vaste collection de sculptures grecques de Grande-Bretagne avant l’arrivée des Marbres Elgin.

Il vécut alors dans l'isolement, principalement à Sea Cottage (plus tard connu sous le nom de Marine Villa), qu'il construisit au début des années 1790 près de St Lawrence, dans le Undercliff de l'île de Wight, ajoutant de petits temples classiques sur son terrain et tentant sans succès de planter une vigne. En 1801, un agent du gouvernement britannique lui annonça qu'un corsaire français avait amené le navire transportant ses trésors d'art à Malaga et que les peintures à bord avaient été achetées à bas prix par Lucien Bonaparte. Il ne reste que les antiquités, qu'il rachète en leur payant la prime française.

Dernières annéesModifier

 
Mémorial à Sir Richard Worsley, 7ème Baronet, église de tous les saints, Godshill, île de Wight

Une mauvaise santé a empêché Worsley de prendre part à la défense de l'île de Wight contre la menace d'invasion napoléonienne, mais il a continué à collectionner jusqu'à sa mort. Il est mort d'apoplexie le à Appuldurcombe House et est enterré à la paroisse de Godshill. La plupart des collections de Worsley sont allées au parc Brocklesby.

TravauxModifier

  • Achèvement d'une histoire de l'île de Wight par son père et son grand-père, 1781
  • Museum Worsleianum (2 vols., 1794) [Ce catalogue de sa collection porte la date de 1794 sur les deux pages de titre, mais a été publié en série dans six fascicules] - la première partie a été publiée en 1798 (au prix de 2887 €), la première a été publiée en 1802. Ce travail a été écrit conjointement avec Ennio Quirino Visconti[3].
  • Catalogue raisonné des principaux tableaux d'Appuldurcombe (1804, imprimé privé)

FamilleModifier

Le , Worsley épousa Seymour Fleming (en), fille cadette de Sir John Fleming, 1er baronnet de Brompton Park, dans le Middlesex, et de son épouse, Lady Jane Fleming (décédée en 1811). Ils eurent un fils légitime, Robert Edwin (1776-1795) et il revendiqua la paternité de la fille de Seymour, Jane Seymour Worsley, même s'il la savait être la fille de l'amant de Seymour, George Bisset. Cela a été fait pour éviter le scandale, permettant à l'affaire de rester secrète. Seymour Fleming apporta 52 000 £ au mariage, qui devint bientôt malheureux.

Sa femme a été connue pour avoir 27 amants, et en 1782 Worsley a lancé une poursuite criminelle, demandant 20 000 £ de dommages et intérêts contre un d'entre eux, George M Bissett, un officier de milice du Hampshire qui a vécu près d'eux. Le jury a considéré que Worsley a été connivent dans l'adultère et ne lui avait accordé qu'un shilling en dommages-intérêts. En 1788, lui et son ex-épouse se séparent et elle est revenue à son nom de naissance, Fleming. Worsley a commencé une liaison avec une Mme Sarah Smith, qui a duré jusqu'à sa mort.

Le titre de baronnet est passé à Henry Worsley-Holmes, le cousin de Worsley. La dot de 70 000 £ de Fleming lui revint et un peu plus d’un mois plus tard, le , elle épouse John Lewis Cuchet à Farnham.

Worsley a laissé une succession avec de lourdes dettes. Appuldurcombe est passé à sa nièce, Henrietta Anna Maria Charlotte (fille de John Bridgeman Simpson), qui a épousé l'hon. Charles Anderson-Pelham, plus tard premier comte de Yarborough, en 1806.

RéférencesModifier

  1. a b et c « WORSLEY, Sir Richard, 7th Bt. (1751-1805), of Appuldercombe, I.o.W. », History of Parliament (consulté le 24 juin 2017)
  2. « Fellow details », Royal Society (consulté le 24 mai 2016)
  3. (en) Hallie Rubenhold, Lady Worsley's Whim : An Eighteenth-Century Tale of Sex, Scandal and Divorce, Random House, , 320 p. (ISBN 978-1-4464-4969-1, lire en ligne), p. 235
  • I. Bignamini, C. Hornsby, Digging and Dealing in Rome au dix-huitième siècle (2010), p.   343-346
  • Hallie Rubenhold, Whim de Lady Worsley (2008) [titre américain, La Dame en rouge ]

(de) « Publications de et sur Richard Worsley (7e baronnet) », dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale allemande (DNB). " Worsley, Richard ". Dans Lee, Sidney (ed. ). Dictionnaire de la Biographie Nationale . 63 . Londres: Smith, Elder & Co.