Ouvrir le menu principal

Reza Abbassi

peintre et calligraphe persan
(Redirigé depuis Reza Abbasi)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reza, Abbasi (homonymie) et Reza (homonymie).
Reza Abbassi
Mu'in. Portrait of Riza-i-Abbasi. 1673. Princeton University..jpg
Portrait posthume de Reza Abbassi en 1673 (Princeton University), par son élève Mo'in Mossavvir
Naissance
Décès
Activités
Peintre, enlumineur, calligrapheVoir et modifier les données sur Wikidata

Reza Abbassi (en persan : رضا عباسی / Rezâ 'Abbâsi ou رضای عباسی / Rezâ-ye 'Abbâsi), connu aussi sous le nom de Reza, né en 1565 et mort en 1635, est le plus fameux des peintres et calligraphes perses de l'école d'Ispahan, sous le règne des Séfévides et du chah Abbas Ier le Grand.

BiographieModifier

Reza Abbassi suivit son apprentissage dans l’atelier de son père, Ali Asghar et côtoya très jeune la cour du chah Abbas Ier. À l’âge de 38 ans, il fut nommé du titre honorifique d'« Abbasi » par son maître, puis quitta son emploi à la cour du roi, par soif de liberté pour travailler avec des hommes du peuple. En 1610, il retourne à la cour, emploi qu’il conserve jusqu’à sa mort. Son fils, Chafi Abbasi fut également peintre. Il eut pour élève Mo'in Mossavvir.

ArtModifier

Sa spécialité était la miniature persane, avec une préférence pour les sujets naturalistes, souvent des portraits réalisés de manière efféminée et impressionniste, style qui devint très populaire à la cour de la dernière période safavide. [1] Beaucoup de ses œuvres dépeignent de charmants jeunes gens, dans le rôle de '‘saqi’', c'est-à-dire d'échanson, qui sont le centre d’attraction d’un homme plus âgé et selon Louis Crompton, la manifestation d’une tradition persane d’apprécier la beauté des jeunes gens[1]. Aujourd’hui ces œuvres se trouvent principalement à Téhéran dans un musée qui porte son nom, Musée Reza Abbassi. Ses oeuvres sont également exposés dans les principaux musées du monde occidental, tels que le Smithsonian, le Louvre et le Metropolitan Museum of Art.

Notes et référencesModifier

  1. Crompton, op. cité, 2003, p.171

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Louis Crompton. Homosexuality and Civilization. Belknap, Harvard, 2003. (ISBN 0-674-01197-X)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :