Ouvrir le menu principal

Revendications territoriales en Antarctique

Carte de l'Antarctique, présentant les revendications territoriales des différentes nations concernées

Au cours du XXe siècle, plusieurs nations ont émis des revendications territoriales sur le continent Antarctique.

Ces revendications ont actuellement peu d'intérêt pratique du fait de la signature du traité sur l'Antarctique en 1961 par les nations en question, mais elles continuent généralement d'être observées par les cartographes.

Sommaire

Revendications actuellesModifier

ContinentModifier

 
En couleur, de gauche à droite et de haut en bas, revendications territoriales du Chili, de l’Argentine, du Royaume-Uni, de l’Australie, de la France, de la Norvège, de la Nouvelle-Zélande, de l’Allemagne (revendication abandonnée) et du Japon.

À l’heure actuelle[Quand ?], sept pays ont revendiqué des parties du continent Antarctique. Depuis la signature du traité sur l’Antarctique en 1961, ces revendications ont été ajournées sur la totalité des terres au sud du parallèle de 60°S[pas clair] et la plupart des pays du globe ne les reconnaissent pas[réf. nécessaire] Aucune autre nation n’a émis de revendication (bien que les États-Unis et la Russie se soient réservé le droit d’en faire).

En l’absence de reconnaissance internationale, ces revendications sont d’une pertinence limitée, sans compter que le continent a été dédié aux missions scientifiques et que toute mission peut s’installer dans n’importe quel endroit, mais elles sont néanmoins signalées comme partie intégrante de leur territoire par les pays concernés. Ainsi, des bases scientifiques ont été installées dans les secteurs revendiqués par d’autres pays, tels la Chine, l’Afrique du Sud, le Japon, les États-Unis (au pôle Sud), ou par des pays revendiquant d’autres secteurs (comme la base franco-italienne Concordia, dans le secteur australien).

À l’exception de l’île Pierre Ier, toutes les revendications ont pris la forme de secteurs s’étendant jusqu’au pôle Sud, délimités par des degrés de longitude. Aucune revendication n’a été formellement établie entre 60° 00′ S, 150° 00′ O et 60° 00′ S, 90° 00′ O.

En outre, le Brésil a déclaré en 1986 le secteur compris entre 53°W et 28°W comme une « zone d’intérêt ».

Secteur Superficie Drapeau Nom Pays Date Administration
De 60° 00′ S, 150° 00′ O à 60° 00′ S, 90° 00′ O 3 426 317 km2 Terre Marie Byrd Territoire non revendiqué
(excepté l’Île Pierre Ier)
68° 50′ S, 90° 35′ O 243 km2   Île Pierre Ier[1]   Norvège 1929  
De 60° 00′ S, 90° 00′ O à 60° 00′ S, 53° 00′ O[2] 1 236 000 km2   Territoire chilien de l’Antarctique   Chili 1940 Région de Magallanes et de l’Antarctique chilien
De 60° 00′ S, 80° 00′ O à 60° 00′ S, 20° 00′ O[3] 1 395 000 km2   Territoire britannique de l’Antarctique   Royaume-Uni 1908 Territoire britannique d’outre-mer
De 60° 00′ S, 74° 00′ O à 60° 00′ S, 25° 00′ O[4] 965 314 km2   Antarctique argentine   Argentine 1943 Province de Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud
De 60° 00′ S, 20° 00′ O à 60° 00′ S, 44° 38′ E 2 500 000 km2   Terre de la Reine-Maud   Norvège 1939  
De 60° 00′ S, 44° 38′ E à 60° 00′ S, 136° 11′ E 6 119 818 km2   Territoire Antarctique australien   Australie 1933 Territoires extérieurs australiens
De 60° 00′ S, 142° 02′ E à 60° 00′ S, 160° 00′ E
De 60° 00′ S, 136° 11′ E à 60° 00′ S, 142° 02′ E 432 000 km2   Terre Adélie   France 1924 Terres australes et antarctiques françaises
De 60° 00′ S, 160° 00′ E à 60° 00′ S, 150° 00′ O 450 000 km2   Dépendance de Ross   Nouvelle-Zélande 1923  

Notes :

  1. La seule revendication qui ne prenne pas la forme d’un secteur.
  2. Chevauche les secteurs argentins et britanniques.
  3. Chevauche les secteurs argentins et chiliens, ainsi que la zone d’intérêt brésilienne.
  4. Chevauche les secteurs britanniques et chiliens, ainsi que la zone d’intérêt brésilienne.

ÎlesModifier

Voir aussi : Liste des îles de l'Antarctique

Les îles situées en dessous du parallèle 60° S sont tout autant concernées par le traité sur l'Antarctique que le continent lui-même. Les îles suivantes (liste non exhaustive), situées dans le prolongement des secteurs (sauf l'île Pierre Ier), sont revendiquées par les pays cités entre parenthèses :

Les îles du Sud des océans Atlantique, Indien et Pacifique situées au Nord du parallèle 60° S, dites sub-antarctiques, ne sont pas concernées par le traité sur l'Antarctique.

Revendications historiquesModifier

Du au , pendant le Troisième Reich, l'Allemagne revendiqua le secteur compris entre 20° E et 10° O (sur le secteur norvégien) sous le nom de Neuschwabenland (Nouvelle-Souabe), une zone d'une superficie de 600 000 km2.

Territoires non revendiquésModifier

  • Terre Marie Byrd (limites non définies exactement, comprises entre 158° W et 103°24' W).

Voir aussiModifier