Renaud Barbaras

philosophe français
Renaud Barbaras
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(67 ans)
Paris
Époque
Philosophie contemporaine
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Mouvement
Dir. de thèse
Influencé par
Distinctions
Grand prix de philosophie ()
Prix Mercier (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Renaud Barbaras , né le à Paris[1], est un philosophe français.

BiographieModifier

Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud (1976), et agrégé de philosophie (1979), il enseigne pendant une dizaine d'années dans l'enseignement secondaire, avant de soutenir une thèse de philosophie sur Merleau-Ponty en 1990[2]. Nommé maître de conférences à l'université Paris-IV en 1991, il est élu professeur des universités en 1999 à l'université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, avant de devenir en 2002 professeur de philosophie contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne[1].

De 2012 à 2014, il a été président du jury de l'agrégation de philosophie.

En 2019, il a été titulaire de la Chaire Cardinal Mercier de l'Université catholique de Louvain pour un enseignement sur « L'appartenance. Vers une théorie de la chair ».

Il s'est d'abord intéressé à la phénoménologie en tant qu'historien de la philosophie, s'intéressant à la pensée de Husserl, de Merleau-Ponty, ainsi que de Patočka, avant de développer sa propre œuvre personnelle. Celle-ci vise à sauver la conscience de toute réification, en rendant compte de la corrélation sujet-objet sans la faire reposer sur un quelconque de subjectivisme. Il s'inscrit donc dans la continuité de la phénoménologie des Recherches logiques, tout en tentant de la dépasser de l'intérieur pour en arriver à une « cosmologie phénoménologique », faisant du monde l'a priori de la corrélation.

Récompenses et distinctionsModifier

En 2014, Renaud Barbaras a reçu le Grand Prix de philosophie de l'Académie française, pour l’ensemble de son œuvre[3].

En 2017, il a reçu le prix Mercier pour son ouvrage « Métaphysique du sentiment »[4].

Engagement politiqueModifier

En 2017, il cosigne une tribune dans Médiapart intitulée « Faire gagner la gauche passe par le vote Mélenchon »[5].

OuvragesModifier

  • Autrui, Paris, Quintette, 1989.
  • De l'être du phénomène : sur l'ontologie de Merleau-Ponty, Grenoble, J. Millon, coll. « Krisis », 1991.
  • La perception : essai sur le sensible, Paris, Hatier, coll. « Optiques, Philosophie », 1994. Rééd. Paris, Vrin, 2009.
  • Merleau-Ponty, Paris, Ellipses, coll. « Philo-Philosophes », 1997.
  • Le tournant de l'expérience : recherches sur la philosophie de Merleau-Ponty, Paris, Vrin, coll. « Histoire de la philosophie », 1998.
  • Le désir et la distance : introduction à une phénoménologie de la perception, Paris, Vrin, coll. « Problèmes et controverses », 1999.
  • Vie et intentionnalité : recherches phénoménologiques, Paris, Vrin, 2003.
  • Introduction à la philosophie de Husserl, Éditions de la Transparence, 2004.
  • Le mouvement de l'existence : études sur la phénoménologie de Jan Patočka, Éditions de la Transparence, 2007.
  • Introduction à une phénoménologie de la vie, Paris, Vrin, 2008.
  • L'ouverture du monde : lecture de Jan Patočka, Éditions de la Transparence, 2011.
  • La vie lacunaire, Paris, Vrin, 2011.
  • Investigações fenomenológicas Em direção a uma fenomenologia da vida, Curitiba, Editora UFPR, 2011.
  • Dynamique de la manifestation, Paris, Vrin, 2013.
  • Métaphysique du sentiment, Éditions du Cerf, 2016.
  • Le désir et le monde, Hermann, 2016.
  • Lectures phénoménologiques et Recherches phénoménologiques, éditions Beauchesne, Paris, 2019.
  • L'appartenance. Vers une cosmologie phénoménologique, Peeters, Leuven, 2019.

Notes et référencesModifier

  1. a et b CV
  2. Renaud Barbaras, « L'ontologie de Merleau-Ponty », Atelier national de reproduction des thèses, Lyon 3,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Renaud BARBARAS | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le )
  4. « Lauréats du prix Cardinal Mercier »
  5. «Faire gagner la gauche passe par le vote Mélenchon», tribune, mediapart.fr, 21 avril 2017

Liens externesModifier