René Boutegourd

général français

Rene Auguste Émile Boutegourd
René Boutegourd
Le général Boutegourd à Tours en juillet 1918.

Naissance
Lambézellec
Décès (à 73 ans)
Brest
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de brigade
Années de service 18761919
Commandement 1er régiment étranger
Conflits Première Guerre mondiale

René Auguste Émile Boutegourd, né le à Lambézellec et mort le à Brest, est un général français, qui a notamment commandé lors de la Première Guerre mondiale.

Biographie modifier

René Boutegourd est né à Lambezellec le , au "petit coat ar gueven".

Lignée paternelle[1] modifier

Son père, Jean-Baptiste Boutegourd natif de Landunvez , fit une brillante carrière dans la Marine Impériale : maître canonnier aux équipages de ligne, médaillé militaire, chevalier de la légion d'honneur.

Il faut remonter au grand-père Boutegourd pour trouver les origines de la famille en Touraine, grand-père qui fut décoré de la médaille de Sainte-Helène.

Lignée maternelle[1] modifier

Sa mère, Françoise Bernicot, native de Lambézellec trouve ses origines sur Landéda et Bourg-Blanc.

Il se retrouve fils unique, ses trois frères et sœurs étant décédés en bas âge.

Choix d'une carrière militaire modifier

Sans doute inspiré par la tradition familiale, René choisit la carrière militaire, mais à la différence de son père ce sera l'armée de terre. Il s'engage à 18 ans, en 1876, à Brest au 2e régiment d'infanterie de marche de marine, qui deviendra en 1901 le 2e régiment d'infanterie colonial.

Promu caporal le , il a de l'ambition et intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr la même année, d'où il sort sous-lieutenant le . Il est promu lieutenant en 1882.

Campagnes de Cochinchine[2] modifier

En ce début de la décennie 1880 la Cochinchine est une possession Française où la population autochtone conserve une certaine autonomie. Durant ces années, la France cherche à consolider ses positions plus profondément vers l'intérieur du pays qui formera la future Indochine. Les forces armées dont les régiments d'infanterie de marine sont mis à contribution pour faciliter la conquête de ces nouveaux territoires. C'est donc avec le 2e RIMa qu'il se distingue en Extrême-Orient entre 1881 et 1886 notamment en menant une colonne au Cambodge. En 1883 il est lieutenant au régiment de tirailleurs annamites.

Promu capitaine le , il est blessé au combat le . Durant les années 1886-1887, il est toujours en Cochinchine avec le 2e RIMa. En 1890 il est muté au Sénégal à l'état-major, rattaché au 3e RIMa. Il est fait chevalier de la légion d'honneur le puis officier de l'Ordre royal du Cambodge le . Cette décoration fut décernée par le roi du Cambodge Norodom Ier. Cet ordre avait pour but de récompenser les services civils et militaires. René Boutegourd reçoit également la médaille du Tonkin durant cette période.

Campagnes du Dahomey[2] modifier

Il sert ensuite au Dahomey (aujourd'hui Bénin) lors des opérations de guerre de l'automne 1890 comme chef d'état major. À la fin du XIXe siècle les grandes puissances européennes se lancent dans une compétition aux colonies en Afrique. Les armées rencontrent la résistance des populations locales, c'est le cas de la France qui engage l'infanterie coloniale. Les années 1890-1891 il sert, après le Dahomey, en Algérie et cette fois au 3e RIMa.

En 1891 à l'état-major des forces du Sénégal[2].

En 1892, promu chef de bataillon[2].

En 1900, promu lieutenant-colonel au 1er régiment de tirailleurs algériens[2].

En 1904, promu colonel au 1er régiment étranger à Casablanca[2].

Le , promu général inspecteur de la 1re région[2].

Le , intègre la 51e division d'infanterie.

Le , sept soldats du 327e sont condamnés pour avoir abandonné leur poste[3], et sur l'ordre du général de brigade René Boutegourd, sans mener d'enquête véritable[4], sont exécutés : Barbieux, Clément (décédé le « de ses blessures »), Caffiaux, Désiré Hubert (réhabilité douze ans plus tard et inscrit au monument aux morts de la commune de Trith-Saint-Léger (Nord)), Delsarte, Dufour et Waterlot. Ce dernier sort indemne de la fusillade et meurt sur le front le . L’affaire dite « des fusillés du 327e » a fait l’objet d’une campagne de réhabilitation très importante de la Ligue des droits de l’Homme mais qui n’a pas abouti[5].

En 1919, il est affecté au sein de la 9e région militaire (Tours). Il meurt le à Brest[2].

Bibliographie modifier

Décorations modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

  1. a et b Centre Généalogique du Finistère.
  2. a b c d e f g et h Archives Nationales, « BOUTEGOURD René Auguste Emile (notice LH//338/54) », sur Base Léonore (consulté le ).
  3. « Les fusillés du 327 », sur pages14-18.mesdiscussions.net (consulté le ).
  4. « 59.desirehubert », sur www.stleger.info (consulté le ).
  5. Nicolas Veysset, Fusillés de la Grande Guerre. Campagne de réhabilitation de la Ligue des droits de l’Homme 1914-1934.