Ouvrir le menu principal

51e division d'infanterie (France)

Chefs de corpsModifier

  • Mobilisation 1914 : général Boutegourd
  • -  : général Rouvier
  •  : général Boulange
  •  : général Ecochard
  • 1939 - 1940 : général Gillard
  • 1940 : général Boell

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

  • Infanterie :
208e régiment d'infanterie d' à (transféré à la 2e D.I.)
233e régiment d'infanterie d' à (transféré à la 1re D.I.)
243e régiment d'infanterie d' à (dissolution)
273e régiment d'infanterie d' à (dissolution)
310e régiment d'infanterie d' à (dissolution)
327e régiment d'infanterie d' à (transféré à la 162e D.I.)
33e régiment d'infanterie à (en provenance de la 2e D.I.)
73e régiment d'infanterie à (en provenance de la 2e D.I.)
 
Citation à l'ordre de la division Maurice Debaene 73 RI 51
3e régiment de tirailleurs de marche de juillet à
  • Cavalerie :
2 escadrons du 4e régiment de cuirassiers d' à
2 escadrons du 11e régiment de hussards de à
1 escadron du 6e régiment de chasseurs à cheval de à
  • Artillerie :
1 groupe de 75 du 15e régiment d'artillerie de campagne d' à
1 groupe de 75 du 27e régiment d'artillerie de campagne d' à
1 groupe de 75 du 41e régiment d'artillerie de campagne d' à
3 groupes de 75 du 215e régiment d'artillerie de campagne de à
107e batterie de 58 du 15e régiment d'artillerie de campagne de à
101e batterie de 58 du |215e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
5e groupe de 155c du 101e régiment d'artillerie lourde de juillet à
  • Génie :
compagnies 1/13 et 1/24 du 1er régiment du génie
1 bataillon du 25e régiment d'infanterie territoriale d'août à

HistoriqueModifier

Mobilisée dans la 1re Région

1914Modifier

 : combats d'Onhaye.
6 -  : Bataille des Deux Morins : combats au nord d'Esternay.
9 -  : Bataille des Marais de Saint-Gond : combats vers Soizy-aux-Bois. À partir du 10, poursuite, par Épernay, jusque dans la région de Saint-Léonard.
  • 13 -  : engagée dans la 1re Bataille de l'Aisne : combats vers Saint-Léonard.
  • -  : retrait du front, mouvement vers Vrigny ; organisation défensive de la position Vrigny, Ville-Dommange ; puis combats vers Courcy et la Neuvillette.
  • -  : retrait du front ; mouvement vers le sud-est de Reims et occupation d'un secteur vers le fort de la Pompelle et l'est de Reims.
 : mouvement de rocade et occupation d’un nouveau secteur vers le fort de la Pompelle et la ferme des Marquises.

1915Modifier

  • -  : retrait du front ; transport par voie ferrée dans la région de Doullens ; stationnement dans celle de Bus-lès-Artois et préparatifs d'offensive.
  • 10 -  : combats vers la ferme Toutvent et attaque sur Serre. (Bataille d'Hébuterne)
  • -  : retrait du front et repos au sud-est, puis au nord-est de Doullens. À partir du , travaux offensifs vers Beaurains et Blairville.
  • -  : transport par camions au nord-ouest de Rosières-en-Santerre, puis, à partir du , occupation d'un secteur vers Maucourt et Herleville.
  • -  : retrait du front et transport par voie ferrée, de la région sud de Moreuil, dans celle de Saint-Étienne-au-Temple.
  • 2 -  : mouvement vers le front, et occupation d'un secteur à l'est de la ferme Navarin. À partir du 6, engagée dans la 2e bataille de Champagne : attaques à l'est de la route de Souain à Sommepy.
  • -  : retrait du front, et transport par voie ferrée dans la région de Verdun ; repos, travaux et instruction.
  • -  : mouvement vers le front, puis, à partir du , occupation d'un secteur entre la route de Verdun à Étain et Les Éparges.

1916Modifier

  • -  : retrait du front ; repos et travaux dans la région de Verdun.
  • 14 - : occupation d’un secteur vers Beaumont et Bezonvaux. À partir du , engagée dans la Bataille de Verdun : perte du bois de Ville, le  ; des bois de la Wavrille et de l’Herbebois, le 23 ; des bois de Foise et d’Ornes, le 24 ; de Louvemont, le 25.
  • -  : retrait du front ; repos vers Belrain. À partir du , transport par camions au nord de Neufchâteau ; repos. À partir du , transport par voie ferrée dans la région de Champagney ; repos. À partir du , mouvement vers l’est de Belfort ; travaux. À partir du , transport par voie ferrée au camp d’Arches ; instruction. À partir du , transport par voie ferrée dans la région de Belfort, et le , dans celle de Montdidier ; puis mouvement vers le front.
  • -  : occupation d'un secteur entre Foucaucourt et la voie ferrée d'Amiens à Chaulnes (éléments dès le 14), réduit à droite, , jusque vers Lihons. À partir du , engagée dans la Bataille de la Somme : prise du bois Étoilé ; organisation des positions conquises vers Soyécourt et le bois Etoilé.
  • 19 -  : retrait du front et repos vers Coullemelle.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur entre la ferme Lihu et Lihons. À partir du , engagée dans la Bataille de la Somme :
4, 5 et  : attaques françaises.
10 -  : attaques françaises sur le bois de Chaulnes.
, contre-attaque allemande.
  • -  : retrait du front et transport par voie ferrée au nord-ouest de Vitry-le-François ; repos.
  • -  : mouvement par étapes vers le nord, et, à partir du , occupation d'un secteur vers La Courtine et Maisons de Champagne.

1917Modifier

18 -  : éléments retirés du front et mis en 2e ligne. À partir du , engagée dans la 2e bataille des Flandres : prise de Bikschote et de Poesele ; puis organisation des positions conquises.
  • 6 -  : retrait du front, repos vers Bergues.
  • -  : occupation d'un secteur vers Bixschoote et Drie Grachten.
  • -  : retrait du front ; repos vers Vieille-Église.
  • 2 -  : transport vers le front et occupation d'un secteur vers Drie Grachten et la route de Dixmude à Bixschoote, réduit à droite, le , jusque vers Merckerm.
  • -  : retrait du front ; repos et instruction dans la région de Calais.
  • -  : mouvement par étapes vers Lillers, puis, par Breteuil, vers Crécy-en-Brie. À partir du , repos et instruction.

1918Modifier

  • -  : mouvement vers Chéry-Chartreuve, et, à partir du , travaux de 2e position vers Concevreux et Maizy.
  • -  : mouvement vers le front, et, à partir du , occupation d'un secteur dans la région la ferme Vauclerc, le Ployon, étendu à droite, le , jusqu’au bois des Buttes.
  • 12 -  : retrait du front, mouvement vers Braine et transport par voie ferrée dans la région de Beauvais ; repos et instruction.
 : transport par camions vers La Croix-Saint-Ouen.
12 -  : combats vers Laversine.
  • 15 -  : retrait du front ; repos vers Chelles, puis vers Nanteuil-le-Haudouin.
  • -  : mouvement vers le front ; occupation d'un secteur vers Troissy et Courthiézy : à partir du , subit le choc de l'offensive allemande ; résistance dans la région d'Igny-le-Jard (4e bataille de Champagne).
  • -  : retrait du front, transport par voie ferrée dans la région de Montbéliard ; repos vers Belfort.
  • -  : occupation d’un secteur entre la frontière suisse et Fulleren.
  • -  : retrait du front ; transport par voie ferrée, de Montbéliard, dans la région de Chevrières. À partir du , mouvement par étapes vers Saint-Quentin.
 : engagée, vers Nouvion-sur-Meuse (en liaison avec des éléments britanniques), dans la bataille de Thiérache (poussée vers la Meuse). Se trouve vers Liessies lors de l'armistice.

RattachementsModifier

  • Affectation organique :
mobilisation : 4e groupe de réserve
 : Isolée
 : 1er corps d’armée
3 -
-
-
-
-
-
-
16 -
-
-
-
-
12 -
1er -
-
-
12 -
-
-
8 -
19 -
-
-
9 -
17 -
-
-
21 -
11 -
2 -
3 -
9 -
  • Intérieur
2 -
-

L'Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

Article connexe : Seconde Guerre mondiale.

Drôle de guerreModifier

En cas d'intervention au Luxembourg, le groupe de reconnaissance de division d'infanterie de la 51e DI, le 70e GRDI, doit y participer en assurant la liaison entre la cavalerie de la 3e armée à droite et la 2e division légère de cavalerie à gauche (de la 2e armée), vers la frontière belgo-luxembourgeoise[1].

CompositionModifier

Le la 51e DI, sous les ordres du général Boell, est rattachée au XXIVe corps d'armée qui est intégré à la 3e armée.

À cette date la 51e division d'infanterie se compose de :

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Yves Mary, La bataille des trois frontières : mai-juin 1940, Bayeux, Heimdal, , 471 p. (ISBN 978-2-84048-331-1), p. 144

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier