Ouvrir le menu principal

Raymond Vautherin

linguiste italien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vautherin.
Raymond Vautherin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
AosteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaine
Site web

Raymond Vautherin, né le à La Thuile et mort le à Aoste[1]) est un linguiste italien en valdôtain.

BiographieModifier

À la suite de la mort de son père, Raymond Vautherin quitte La Thuile en 1941 pour aménager au hameau du Pont d'Aël (Aymavilles), pays natal de sa mère. Son premier recueil de poèmes en patois francoprovençal valdôtain, Adjeu poésia paraît en 1957, suivi par Lo Cardeleun en 1959.

Il est membre du Comité des traditions valdôtaines et cofondateur du Charaban, la compagnie de théâtre populaire en patois valdôtain d'Aoste.

ŒuvresModifier

Outre aux deux recueils de poèmes (Adjéu poésia et Lo Cardeleun), Vautherin publie plusieurs pièces de théâtre, notamment pour le Charaban. Il publie également des recueils de récits, de contes et deux romans. Son ouvrage le plus important reste pourtant le Nouveau dictionnaire de patois valdôtain, rédigé avec Aimé Chenal.

En 1975, il est nommé directeur de la revue du Comité des traditions valdôtaines Le flambeau. Il collabore régulièrement au Messager valdôtain. Son activité de traducteur l'amène à travailler sur des ouvrages littéraires, tels que Lo Petsou Prince et sur quelques-uns des livres de la Bible, parus sous le titre de L'Échentà. En 2007, il publie le Dichonéro di petsou patoésan, ouvrage de référence pour l'apprentissage du patois valdôtain dans les écoles maternelles et élémentaires. En 2009, il collabore à la rédaction de Le français en Vallée d'Aoste : les raisons d'une présence séculaire à l'occasion du 100e anniversaire de la fondation de la Ligue valdôtaine. En 2010, il publie Lo retor de Dzan fin et Dzan fou.

RéférencesModifier

AnnexesModifier