Rajinikanth

acteur indien
Rajinikanth
Description de cette image, également commentée ci-après
Rajinikanth en 2010
Nom de naissance Shivaji Rao Gaekwad
Surnom Superstar
Naissance (69 ans)
Bangalore, Karnataka (Inde)
Nationalité Drapeau de l'Inde indienne
Profession Acteur
Réalisateur
Producteur
Chanteur de Playback
Site internet http://www.rajinifans.com/

Shivaji Rao Gaekwad, dit Rajinikanth (Kannada: ರಜನೀಕಾಂತ್) (né le à Bangalore), est un acteur, réalisateur, producteur et chanteur de playback du cinéma indien et plus particulièrement du cinéma tamoul[1].

Il a commencé à jouer dans des pièces de théâtre alors qu'il travaillait au Bangalore Transport Service en tant que conducteur de bus. En 1973, il rejoint le Madras Film Institute pour obtenir un diplôme d'acteur. Après ses débuts dans le drame tamoul de 1975 de K. Balachander, Apoorva Raagangal, sa carrière d'acteur a commencé par une brève phase de représentation de personnages antagonistes dans les films tamouls[2].

Appelé, « Superstar », comme le surnomment ses fans, est l’un des acteurs les mieux payés du cinéma asiatique juste après Jackie Chan. Rajinikanth est considéré par beaucoup comme l’un des géants de l’industrie cinématographique tamoul, Kollywood.

Il est depuis longtemps synonyme de style. De la façon dont il retourne sa cigarette à sa promenade signature, l'homme est connu pour son style inimitable et sans précédent dans ses films[3].

Il fait partie des acteurs les plus populaires de la planète bien qu'il ne joue que dans des films indiens et est considéré comme une matinée idol[4].

Après avoir obtenu ₹ 26 crore (équivalent à ₹ 43 crore ou 6,4 millions de US $ en 2016 ) pour son rôle dans Sivaji (2007) , il était l'acteur le mieux payé en Asie après- Jackie Chan à l'époque[5].

Indépendamment de sa carrière cinématographique, il est également connu pour ses activités philanthropiques à travers le Tamil Nadu. Fervent défenseur des plus démunis, Rajinikanth a souvent dénoncé dans ses films les injustices résultant des dissensions sociales propres à la société tamoul[6].

En 2013, Rajinikanth fait partie des 25 Indiens qui ont reçu le prix NDTV de la légende vivante[7].

Au 45e Festival international du film d'Inde (2014), il a reçu le "Prix du centenaire de la personnalité du cinéma indien de l'année"[8].

En 2019, lors de la 50è édition, il recevra le prix Icône du jubilé d'or[9]

BiographieModifier

Rajinikanth, né Shivaji Rao Gaekwad, est issu d’une famille marathe de Bangalore, Inde. Il est le quatrième enfant de Rambhai, agent de police, et Ramoji Rao Gaekwad qui meurt alors qu'il n'a que cinq ans.

Rajinikanth étudie à l’école primaire Acharya Paathshala à Basavanagudi (Bangalore) puis au Sangh Balak Vivekananda, une unité de la mission Ramakrishna. Sa langue maternelle est le marâthî même s’il n’a jamais tourné de film dans cette langue.

Rajinikanth a beaucoup souffert pendant son jeune âge en raison de la pauvreté de sa famille. Par la suite, il exerce toutes sortes de petits "boulots" pour vivre. Il travaille notamment comme cascadeur au temple de Rama Hanuman près de chez lui.

Avant de rentrer dans l’industrie du cinéma, il est conducteur de bus pour le service des transports de Bangalore. En remarquant son charisme et son style, les passagers lui suggèrent de se tourner vers le cinéma. Dès lors, il a une gestuelle et une attitude qui feront de lui le roi du cinéma indien par la suite. Durant cette période, il nourrit sa passion pour le théâtre en participant à de nombreuses pièces[10].

Vie personnelle et familiale

Rajinikanth épouse Latha Rangachari, le , à l'âge de 31 ans à Tirupati, Andhra Pradesh. Sa femme dirige actuellement une école nommée l'Ashram[11].

Sa fille aînée Aishwarya Rajinikanth, chanteuse de play-back et réalisatrice, s’est mariée avec l’acteur Dhanush le et ils ont deux fils, Yathra et Linga[12]. Sa fille cadette, Soundarya Rajinikanth, travaille dans l'industrie du film en tant que réalisatrice, productrice et graphiste[13].

Carrière d’acteurModifier

Rajinikanth rejoint le Madras Film Institute en 1973. Il a joué dans plus de 160 films, en tamoul, télougou, kannada, malayalam, hindi, anglais et bengali[14].

1975-1979: Débuts en tant que petit rôlesModifier

Rajinikanth fait ses débuts en 1975 avec un film tamil, Apoorva Raagangal, dans le rôle d’un patient atteint de cancer. Le film est réalisé par Kailasam Balachander, constamment cité par Rajinikanth comme son «gourou» ou mentor[15].L'année suivante, Rajinikanth joue son premier film en kannada, Katha Sangama, réalisé par Puttanna Kanagal[16].

Dans Moondru Mudichu (1976); le premier film tamoul à le mettre en vedette dans un rôle de premier plan. Son style de retourner la cigarette dans le film l'a rendu populaire auprès du public.

Bien que Rajinikanth se réfère à Balachander comme son mentor, c’est S.P. Muthuraman qui met en valeur l’image de Rajinikanth. Il lui offre son premier rôle de héros dans Bhuvana Oru Kelvikkuri (1977)[17]. Rajinikanth joue un voyou du village désireux d'une écolière dans le film 16 Vayathinile (1977) réalisé par P. Bharathiraja. Kamal Haasan et Sridevi ont joué les rôles principaux[18].

Dans Aadu Puli Attam (1977). Rajinikanth joue le principal méchant contre Kamal Haasan dans le film policier en noir et blanc réalisé par S.P Muthuraman. Il est censé avoir donné naissance à son dialogue immortel, "This is the Rajini style."[19]

Rajinikanth, qui a crédité la star du cinéma hindi Amitabh Bachchan comme son inspiration, a commencé à jouer ces rôles dans les remakes tamouls de ses films.

Bairavi (1978), réalisé par M.Bhaskar, a été le premier film tamoul à présenter Rajinikanth en héros solo. Ilamai Oonjal Aadukirathu (1978), une histoire d'amour quadrangulaire écrite et dirigée par C. V. Sridhar, l'a vu jouer le rôle d'un homme qui sacrifie son amour pour son ami, joué par Kamal Haasan. Le succès du film a incité Sridhar à refaire le film en télougou, Vayasu Pilichindi, qui a conservé la distribution originale du film tamoul. Le film Mullum Malarum (1978), réalisé par J. Mahendran, consacre Rajinikanth comme un héros de film dans le paysage du cinéma kollywoodien[20]. Il a remporté le prix Filmfare de cette année pour le meilleur film tamoul et un prix spécial (meilleur acteur) pour Rajinikanth aux Tamil Nadu State Film Awards.

il a fait une incursion dans le cinéma malayalam avec le film fantastique d'Allauddinum Albhutha Vilakkum (Aladdin et la merveilleuse lampe) de I. V. Sasi, qui était basé sur une histoire des nuits arabes.

Pour son 50è film, il apparaît dans le film d'action Télougou, Tiger (1979) partageant la vedette avec l'acteur légendaire N. T. Rama Rao. Suivant le dramatique Aarilirunthu Arubathu Varai (1979) où Rajinikanth sacrifie pour ses frères et sœurs. Il a été aussi l'un des points tournants de sa carrière.

Au cours de ces films, il impose ses mimiques stylisées qui lui permettent de passer d’un statut d’acteur commun à celui de « star ».

1980-1989: Une star reconnuModifier

Au cours de cette phase de sa carrière, Rajinikanth choisit brusquement de quitter la scène mais il est rapidement rattrapé par son succès. Sa prestation dans Billa (1980), le remake du blockbuster bollywoodien Don, transforme Rajinikanth en un acteur accompli. Il est désormais capable de tenir la tête d’affiche et de remplir les salles de cinéma[21].

Durant cette période, il enchaîne les films commerciaux notamment Johnny (1980), Polladhavan (1980), Murattu Kalai (1980), Thee (1981) et Thillu Mullu (1981).

Dans le film Netrikkan, il joue un coureur de jupons d'âge moyen et un violeur dans le film réalisé par S.P. Muthuraman. Il l'a présenté dans un double rôle, jouant également le fils qui exige la vengeance de son père menaçant[22]. Netrikkann (1981) de K. Balachander se révèle être un autre point marquant de sa carrière.

Dans Moondru Mugam (1982), Rajinikanth a joué trois rôles pour la première fois.

Dans Anbulla Rajinikanth (1984), il joue aux côtés de Meena Durairaj, alors enfant, actrice connu par la suite sous le nom de scène Meena [23].

Rajinikanth a fait une incursion dans le cinéma Bollywood avec Andha Kanoon (1983), aux côtés d'Amitabh Bachchan et Hema Malini. Le film est devenu l'un des films les plus rentables de l'époque [24].

Pour le rôle du film, Nallavanuku Nallavan (1984), il reçoit le prix Filmfare Award du meilleur acteur tamoul[25].

Pour son 100ème film, Sri Raghavendra (1985), il l'a l'occasion d' interpréter Raghavendra Swami[26].

D’autres succès les années par la suite tels que Geraftaar (1985), Padikkadavan (1985), Mr. Bharath (1986), Velaikaran (1987), Manithan (1987), Guru Sishyan (1988) et Dharmathin Thalaivan (1988).

Il a également tenté une percée dans le cinéma américain avec Bloodstone (1988) réalisé par Dwight H. Little, dans lequel il a joué un chauffeur de taxi indien anglophone[27], mais a été une déception.

En 1989, Rajinikanth a terminé la décennie avec des films comprenant Rajadhi Raja, Siva, Raja Chinna Roja, Mappillai tout en jouant dans quelques productions de Bollywood tels que Gair Kanooni, Bhrashtachar et ChaalBaaz. Raja Chinna Roja a été le premier film indien à présenter de l'action et de l'animation en direct.

1990-2002: Succès commerciauxModifier

Dans les années 1990, Rajinikanth s'est imposé comme artiste commercial. Presque tous les films sortis au cours de cette période ont connu un grand succès au box-office.

Il a commencé la décennie avec Panakkaran (1990), suivie de la comédie fantastique Athisaya Piravi (1990) et du drame familial Dharma Durai (1991).

Son passage en Bollywood s'est poursuivi dans l'année 1991 comme Hum, Farishtay, Khoon Ka Karz et Phool Bane Angaray.

Après le film décevant Nattukku Oru Nallavan (1991), il a travaillé avec Mani Ratnam dans Thalapathi (1991).

Mannan (1992), réalisé par P. Vasu, un remake du blockbuster Anuraga Aralithu de l'acteur Kannada Rajkumar en 1986, est également sorti et est devenu un succès au box-office. Rajinikanth a écrit son premier scénario pour le film Valli (1993), dans lequel il a également fait une apparition spéciale. Il a également joué dans le film Yejaman (1993), dans lequel il a joué le rôle de chef de village. Sa comédie romantique Veera (1994) a été controversée pour son point culminant, mais est devenu l'un des films les plus rentables en 1994.

Il s'est joint à Suresh Krishna pour le film de gangsters Baashha (1995), qui a émergé comme un record de l'industrie, et est régulièrement présenté par les fans et les critiques comme un grand succès, car le film l'a élevé d'être juste un autre acteur très populaire pour presque le statut de demi-dieu parmi les masses. Il a fait une apparition dans Peddarayudu (1995) pour son ami également acteur Mohan Babu. La même année, il a joué dans un autre film de gangsters, Aatank Hi Aatank (1995) avec Aamir Khan, qui était également son dernier film hindi dans un rôle majeur.

Son film Muthu (1995), réalisé par K. S. Ravikumar et produit par K. Balachander, et est devenu le premier film tamoul à être doublé en japonais, sous le nom de Mutu: Odoru Maharaja. Le film a rapporté au Japon et Rajinikanth devient la création d'une grande base de fans japonais. Il est également apparu dans le cinéma bengali via Bhagya Debata, sorti fin 1995.

Ses films Arunachalam (1997) et Padayappa (1999) ont remportés aux Tamil Nadu State Film Awards des meilleures films de l'année. Dans Padayappa , il a joué au coté de Sivaji Ganeshan pour la dernière fois après avoir collaboré cinq fois ensemble à l'écran.

Rajinikanth fait une apparition dans le film de Bollywood, Bulandi (2000) dans lequel il a interprété le même rôle en Télougou Peddarayudu. Peu après, Rajinikanth se retire du cinéma durant deux années.

En 2002, l’acteur revient avec Baba qui est produit, écrit par lui-même, une autoproduction et auto-réalisation. L'histoire du film parle d'un athée, Baba, qui est la réincarnation d'un maître spirituel de l'Himalaya Mahavatar Babaji. Mais le film est loin du succès commercial escompté et Rajinikanth doit donc rembourser les distributeurs[28].

2005-2010: Retour et consécrationsModifier

En 2005, Rajinikanth apparait dans le nouveau film de P. Vasu, une comédie d'horreur Chandramukhi un remake d’un film malayalam Manichitrathazhu. Ce film constitue l’une de ses grandes réussites commerciales et celui resté le plus de temps à l’affiche avec plus de 800 jours[29]. Rajinikanth remporte le Tamil Nadu State Film Award du meilleur acteur tandis que Chandramukhi empoche le meilleur film.

En 2007, Rajinikanth est en tête d’affiche du nouveau film de S. Shankar, Sivaji : The Boss. Ce nouveau film pulvérise de nombreux records, devient l’un des films majeurs du cinéma indien et entre dans le top 10 des box offices du Royaume-Uni et de l’Afrique du Sud[30]. Pour la seconde année consécutive, Rajinikanth remporte le meilleur acteur et Sivaji reçoit le meilleur film.

En 2008, l’acteur joue de nouveau dans un film de P. Vasu, Kuselan, un remake du film malayalam Kadha Parayumbol. Il y interprète le rôle d’une vedette de cinéma et ami du personnage principal[31].

La popularité de Rajinikanth dépasse désormais les frontières de l'Inde, et c'est ainsi que l'on retrouve des fans clubs partout en Asie (Chine, Japon et Malaisie notamment), et les sorties de films sont plus que jamais vécues comme des fêtes nationales pour ses fans[32].

En sort Enthiran dans lequel il joue aux côtés d'Aishwarya Rai. Film indien futuriste réalisé par Shankar, et distribué par Sun Pictures, ce film est sans conteste le film le plus attendu de l'histoire du cinéma indien. Jamais un film asiatique n'a connu un tel engouement médiatique. Au moment de sa sortie, c'est le plus gros succès au box office d'un film indien, le plus gros budget pour un film indien, un des plus prestigieux castings et la musique composée par le double vainqueur aux Oscars, A.R. Rahman, rend ce film encore plus remarquable[33].

2011-présentModifier

Des problèmes de santé survenus lors du tournage de Rana, réalisé par sa fille Soundarya Rajinikanth, ont tenu Rajinikanth éloigné des plateaux pendant l'année 2011. Il apparaît cependant pour un cameo dans Ra.One aux côtés de Shah Rukh Khan et Kareena Kapoor.[34],[35]

En , il a été décidé que Rana serait abandonnée au profit d'un nouveau projet intitulé Kochadaiiyaan. Le film de capture de mouvement, qui est le premier du genre en Inde. Kochadaiiyaan, et la sortie 3D de Sivaji en 2012, ont fait de Rajinikanth le premier acteur indien à être apparu dans quatre formes différentes de cinéma mondial: noir et blanc, couleur, 3D et capture de mouvement[36].

Le prochain film, Lingaa aux côtés d'Anushka Shetty et Sonakshi Sinha. Il est sorti le , coïncidant avec son anniversaire, et a reçu des critiques mitigées de la part des critiques[37].

Le suivant, 2.0 reprenant les rôles de Dr. Vaseegaran et Chitti, aux côtés d'Akshay Kumar et d'Amy Jackson, repris du film Enthiran en 2010.

Le drame de gangster Kabali (2016) de Pa Ranjith, a présenté Rajinikanth comme un don formidable mais de bon cœur basé en Malaisie qui a passé des années en prison pour de fausses accusations[38].

il a été annoncé que Rajinikanth et Ranjith travailleraient à nouveau ensemble pour un film avec Dhanush en tant que producteur, intitulé Kaala, dans lequel Rajinikanth incarne un gangster habitant Dharavi qui lutte contre la prise de contrôle du bidonville par les entreprises. Le film est officiellement sorti le [39].

Rajinikanth a joué dans Petta de Karthik Subbaraj, dans lequel sa performance a reçu des éloges pour son retour à son style de jeu stéréotypé vintage[40].

Le réalisateur A. R. Murugadoss a réalisé le film Darbar, sorti en [41].

FilmographieModifier

Distinctions et récompensesModifier

Rajinikanth a été désigné comme l’un des hommes le plus influents de l’Asie du Sud par Asiaweek.

Il a également été récompensé à de nombreuses reprises pour le meilleur acteur pour sa prestation dans les films.

Prix d'honneurModifier

  • 1984: Gouvernement Kalaimamani du Tamil Nadu
  • 1989: Prix honorifique du film d'État du Tamil Nadu - Prix MGR Gouvernement du Tamil Nadu
  • 2000: Padma Bhushan du gouvernement de l'Inde
  • 2007: Prix Raj Kapoor du gouvernement de Maharashtra
  • 2011: Prix MGR-Sivaji Gouvernement du Tamil Nadu
  • 2014: Prix du centenaire de la personnalité du film indien de l'année pour le Festival international du film d'Inde
  • 2016: Padma Vibhushan du gouvernement de l'Inde
  • 2016: Prix national NTR
  • 2019: Icône du jubilé d'or du festival international du film IFFI de l'Inde

Prix NDTVModifier

  • 2007: Artiste indien de l'année
  • 2011: Artiste de la décennie
  • 2011: Acteur le plus élégant
  • 2013: 25 plus grandes légendes vivantes mondiales

Prix Cinema ExpressModifier

  • 1984: Meilleur acteur pour Nallavanuku Nallavan
  • 1985: Meilleur acteur pour Sri Raghavendra
  • 1988: Meilleur gagneur pour Bloodstone
  • 1991: Meilleur acteur pour Thalapathy
  • 1992: Meilleur acteur pour Annamalai
  • 1993: Meilleur scénariste pour Valli
  • 1995: Meilleur acteur pour Baashha et Muthu

Prix de l'Association des fans de filmsModifier

  • 1979: Meilleur acteur pour Aarilirunthu Arubathu Varai
  • 1982: Meilleur acteur pour Enkeyo Ketta Kural
  • 1984: Meilleur acteur pour Nallavanuku Nallavan
  • 1985: Meilleur acteur pour Sri Raghavendra
  • 1991: Meilleur acteur pour Thalapathy
  • 1992: Meilleur acteur pour Annamalai
  • 1993: Meilleur scénariste pour Valli
  • 1995: Meilleur acteur pour Baashha et Muthu

Filmfare Awards SouthModifier

  • 1984: Meilleur acteur pour Nallavanukku Nallavan
  • 2007: Nomination du meilleur acteur dans Sivaji
  • 2010: Nomination du meilleur acteur dans Enthiran
  • 2016: Nomination du meilleur acteur dans Kabali

Prix South ScreenModifier

  • 1995: Meilleur acteur pour Peddarayudu

Tamil Nadu State Film AwardsModifier

  • 1978: Prix spécial du meilleur acteur pour Mullum Malarum
  • 1982: Prix spécial du meilleur acteur pour Moondru Mugam
  • 1995: Meilleur acteur pour Muthu
  • 1999: Meilleur acteur pour Padayappa
  • 2005: Meilleur acteur pour Chandramukhi
  • 2007: Meilleur acteur pour Sivaji

Prix Vijay AwardsModifier

  • 2007: Héros préféré pour Sivaji
  • 2010: Lifetime Achievement Prix Chevalier Sivaji Ganesan pour l'excellence dans le cinéma indien
  • 2010: Meilleur méchant et Héros préféré pour Enthiran
  • 2014: Héros préféré pour Lingaa

Notes et référencesModifier

  1. « Rajinikanth »
  2. « Why You Need To Watch K Balachander’s Apoorva Raagangal », sur https://www.filmcompanion.in/
  3. « Rajinikanth's style statements », sur https://www.sify.com/
  4. « Rajinikanth superstar! », sur http://www.slate.fr/
  5. « Sivaji: the boss (2007) », sur https://www.senscritique.com/
  6. « Want my friend Rajinikanth, now a Tamilian, to help Tamil Nadu : Kamal Haasan », sur https://www.indiatoday.in/
  7. « Rajinikanth Among India's 25 Greatest Global Living Legends », sur https://www.ibtimes.co.in/
  8. « Superstar Rajinikanth to be honoured with Padma Vibhushan », sur https://www.indiatoday.in/
  9. « Rajinikanth to get Icon of Golden Jubilee Award at IFFI 2019, Thanks Government for the Honour », sur https://www.news18.com/,
  10. « LES INDIENS N’ONT DIEU QUE POUR RAJINIKANTH », sur https://next.liberation.fr/
  11. « Rajinikanth and Wife Latha Celebrate 39th Wedding Anniversary, Daughter Soundarya Shares Throwback Pic », sur https://www.news18.com/
  12. « Aishwarya to marry Dhanush! », sur https://www.rediff.com/
  13. « Soundarya Rajinikanth celebrates birthday in style, thanks hubby Vishagan. See pics », sur https://www.indiatoday.in/
  14. « A Complete Rajinikanth Movies List in All Languages », sur http://movienasha.com
  15. « APOORVA RAAGANGAL », sur http://www.fridaymoviez.com/
  16. « Katha Sangama », sur https://kannadamoviesinfo.wordpress.com/
  17. « Bhuvana Oru Kelvikuri: An analysis », sur https://www.boloji.com/
  18. « 16 Vayathinile (1977) », sur https://timesofindia.indiatimes.com/
  19. « Aadu Puli Attam, Even Lessor Tamil Films of the 70s Were Brilliant », sur https://dontcallitbollywood.com/
  20. « Mullum Malarum — 50 Tamil Movies to watch before you Die -19 », sur https://medium.com/
  21. « Billa 1980 Directed by R Krishnamurthy », sur https://letterboxd.com/
  22. « Netrikan », sur http://rajinifans.com/
  23. « Anbulla Rajinikanth (1984) », sur https://www.cinestaan.com/
  24. « Andhaa Kaanoon (1983) », sur https://www.imdb.com/
  25. « Nallavanuku Nallavan (1984) »
  26. « Sri Raghavendra », sur https://www.imdb.com/
  27. « LA LÉGENDE DE LA PIERRE DE FEU », sur http://www.allocine.fr/
  28. « And you wonder why Rajni is a star? », sur http://m.rediff.com/
  29. « Chandramukhi, l'esprit frappeur (2005) », sur https://www.senscritique.com/
  30. « Sivaji (2007) », sur https://www.imdb.com/
  31. « Kuselan », sur https://www.cineserie.com/
  32. « Photos: Fans celebrate release of superstar Rajinikanth's 'Darbar' », sur https://gulfnews.com/
  33. « Enthiran (2010) », sur https://www.yeclo.com/
  34. « Breaking News: Rajini's next is 'Rana' », sur https://www.indiaglitz.com/
  35. « RA.One includes a tribute to Rajinikanth », sur https://www.hindustantimes.com
  36. « KOCHADAIYAAN : LA LÉGENDE CONTINUE », sur https://www.5plus.mu/
  37. « Lingaa (2014) », sur https://www.senscritique.com/
  38. « KABALI », sur https://welovecinema.bnpparibas/mon-cinematcher/kabali
  39. « Inde. “Kaala”, dernier outil de propagande politique au cinéma », sur https://www.courrierinternational.com
  40. « Karthik Subbaraj reveals how he finalised Petta as the title of his film with Rajinikanth », sur https://www.indiatoday.in
  41. « DARBAR », sur http://www.allocine.fr/

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :