Racing Athletic Club

Club de football marocain
RAC
Logo du RAC
Généralités
Nom complet Racing Athletic Club
Noms précédents Racing club du Maroc
(1917-1941)
Racing Avant-Garde Casablanca
(1941-1956)
Association des Douanes Marocains
Al Nahda de Casablanca
Fondation 1917
Couleurs Blanc, bleu et vert
Stade Stade Père Jégo
(10 000 places)
Siège Bd Omar Al Khayam
Oasis, Casablanca
Championnat actuel Championnat du Maroc D2
Président Drapeau : Maroc Abdelhak Rizkallah
Entraîneur Drapeau : Maroc Mohammed Chahid

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Le Racing Athletic Club (en arabe : نادي الرسينغ الرياضي), plus couramment abrégé en RAC, est un club marocain de football fondé en 1917 et basé dans la ville de Casablanca.

Créé en 1917, le Racing est le plus ancien club marocain encore en activité. Le club évolue actuellement en deuxième division du championnat marocain de football.

HistoireModifier

Fondation et débuts sous l'USFSA (1917-1922)Modifier

Le Racing Club du Maroc est fondé en 1917 à Casablanca. Entre 1939 et 1946, le club a survécu à l'époque de la guerre où plusieurs compétitions s'étaient arrêtées.

Reprise des championnats, puis fin d'une époque (1946-1956)Modifier

Le Racing a remporté la Ligue du Maroc de Football Association, organisé par la Fédération française à deux reprises en 1945 et 1954. Aussi, il s'étaient vice-champions à trois reprises.

Le RAC va également réaliser un bon parcours en Coupe d'Afrique du Nord lors de la saison 1951-1952 sous la houlette de la légende du club Daniel Pilard. Les Casablancais sortent tout d'abord des éliminatoires régionales. Le club va ensuite rentrer dans le vif du sujet lors de la phase finale de la compétition. Le RAC va se défaire tout à tour de l'ES Tunis (victoire 1-0), la CDJ Oran (victoire 2-0), puis de la GS Orléansville (victoire 2-0). Arrivé en demi-finale, le RAC se voit opposer l'IS Mostaganem face à lui à Casablanca dans l'enceinte du Stade Phillip, devant au moins 4 097 supporters payants. La rencontre très difficile, voit les multiples assauts de l'attaque du Racing repoussé par la solide défense de l'IS Mostaganem, qui joue très bas. Bouchaïb, arrière du RAC, libère les siens à la 115e minute à la fin des prolongations[1].

En 1954, le RAC entra dans l'histoire en battant le Club Africain (7-0) qui devient ensuite la plus grosse victoire de l'histoire des confrontations entre les équipes Tunisiennes et les équipes Marocaines. Ainsi qu'en 1955, le club a battu le Raja de Casablanca par 2 buts à zéro.

Le Racing était très performant à cette époque, vu qu'ils ont remporté plusieurs tournois français tel la Coupe du Maroc et la Coupe de la Guerre à une reprise.

Après indépendance ː marocanisation du club (1956-1964)Modifier

Âge d'or (1964-1972)Modifier

En 1969, le Racing a changé de nom et il est renommé Association des Douanes Marocains (ADM). Le club est devenu une équipe d'institution nationale entièrement financée par l'administration des douanes, et à la suite de cela ils ont remporté le titre de Champion du Maroc lors de la saison 1971-1972.

Descente aux enfers (1973-2000)Modifier

Après un excellent parcours où le club était champion du Maroc en 1972, l'AS Douane va se retrouver l'année suivante relégué à la deuxième division. Le club a changé de nom dans les années 1980 pour devenir la Rennaissance de Casablanca (en arabe : Al Nahda de Casablanca) avant de reprendre son nom d'origine à la fin des années 1990.

Remontée dans l'élite, puis nouvelle période de crise (2000-2016)Modifier

Renouveau (2016-)Modifier

En 2016, l'équipe comptait dans son effectif de jeunes joueurs comme l'attaquant international marocain Ayoub El Kaabi qui a été vendu à la Renaissance de Berkane et devient le joueur le plus cher de l'histoire du club et qui devient aussi à la suite de son transfert en Chine le transfert le plus cher du Championnat marocain.

Sous la houlette de l'ancien joueur du club, Abdelhak Rizkallah Mendoza qui occupait la fonction d'entraîneur-président, l'équipe a atteint la première division, et s'engage avec l'entraîneur Youssef Rossi l'ancien joueur du Raja mais l'équipe inexpérimentée n'a pu résister qu'une saison avant de retourner à la deuxième division.

Palmarès et statistiquesModifier

PalmarèsModifier

Le Racing possédait 4 titres avant l'indépendance. Depuis 1956, le club a remporté 4 titres dont un championnat, deux coupe du trône, et un championnat de deuxième division. Le club ne reconnaît pas officiellement dans ce site, ses titres à l'époque du protéctorat français.


Compétitions nationales Compétitions régionales
Compétitions actuelles

Championnat du Maroc (1)

Coupe du Maroc (2)

Championnat du Maroc D2 (1)

  • Champion : 2000.
  • Vice-champion : 2017.
Anciennes compétitions

Ligue du Maroc - Division d'Honneur (1)

Coupe de la Guerre (1)

Coupe du Maroc (FFF) (1)

Coupe Gil

Anciennes compétitions

Coupe d'Afrique du Nord


Bilan sportifModifier

Le tableau ci-dessous récapitule le bilan par saison du club en championnat et Coupe du Trône depuis 1997 :

PersonnalitésModifier

PrésidentsModifier

EntraîneursModifier

Joueurs emblématiquesModifier

Image et identitéModifier

Les différents noms du clubModifier

Racing Club Marocain
1917–1941
Racing Avant-Garde Casablanca
1941-1956
Racing Athletic Club
1956-1968
Association des Douanes Marocains
1968-1980
Renaissance de Casablanca
Depuis 1980

Couleurs et évolution du blasonModifier

RivalitésModifier

Affluence et supportersModifier

Malgré l'ancienneté du club, le Racing depuis sa création n'a pas pu gagner une large base de fans marocain, car les supporters de football à Casablanca ont toujours vu dans le club une équipe de la classe française, à l'époque du protectorat français du Maroc dans la ville, donc ils ont préféré encourager d'autres équipes locales.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. "L'ISM battu par le garde du corps (Bouchaïb) de son leader d'attaque (Olivier)", Résultats des demi-finales de la Coupe d'AFN (1951-1952), paru dans "L'Écho d'Oran", N° 29.289, page 4, daté dimanche 11 et lundi 12 mai 1952.