Ouvrir le menu principal
Femme suisse de « type nordique », selon l'ouvrage d'Augustus Henry Keane (en), Man, Past and Present (1899).

La race nordique est un concept anthropologique qui a marqué le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle. Ce concept est aujourd'hui considérée comme idéologique et non scientifique[1].

Répartition des différentes races de l'Europe, selon Madison Grant dans son ouvrage The Passing of the Great Race (1916).

ControversesModifier

La race nordique se présente comme une subdivision des Européens ou de la « race blanche » ; ses représentants se trouvent comme son nom l'indique dans le nord de l'Europe, notamment en Scandinavie. Les mouvements totalitaires comme le nazisme ont repris à leur compte cette notion, pour y voir la « race supérieure », qui non seulement était vue comme devant dominer les autres européens, mais aussi toutes les autres races humaines.

Notes et référencesModifier

  1. (de) Hans Jürgen Lutzhöft (1971) Der Nordische Gedanke in Deutschland 1920-1940, Ernst Klett Verlag, Stuttgart.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Madison Grant, The Passing of the Great Race, New York : C. Scribner's Sons, 1916 (publié en français en 1926 chez Payot sous le titre de Le Déclin de la grande race et préfacé par Georges Vacher de Lapouge), réédité aux Éditions de L'Homme Libre, 2002.

Liens externesModifier