Résolution 1655 du Conseil de sécurité des Nations unies

résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies
Conseil de sécurité
des Nations unies

Résolution 1655
Description de cette image, également commentée ci-après
Ligne bleue le long de la frontière israélo-libanaise
Caractéristiques
Date 31 janvier 2006
Séance no  5362
Code S/RES/1655 (Document)
Vote Pour : 15
Abs. : 0
Contre : 0
Sujet La situation au Moyen-Orient
Résultat Adoptée à l'unanimité

Membres permanents

Membres non permanents

La résolution 1655 du Conseil de sécurité des Nations unies fut adoptée à l'unanimité le . Après avoir rappelé les résolutions précédentes sur Israël et le Liban, notamment les résolutions 425 (de 1978), 426 (en) (de 1978) et 1614 (de 2005), le Conseil a prorogé le mandat de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) pour six mois supplémentaires jusqu'au [1].

Le Liban avait initialement demandé une prolongation de 12 mois jusqu'au , mais les membres du Conseil ont par la suite accepté une prolongation de six mois seulement[2].

RésolutionModifier

ObservationsModifier

Le Conseil de sécurité a rappelé le rapport du Secrétaire général Kofi Annan selon lequel Israël avait retiré ses forces du Liban à compter du , conformément à la résolution 425. Il a souligné le caractère temporaire de l'opération de la FINUL et a appelé au respect de la Ligne bleue qui était nécessaire pour confirmer le retrait d'Israël. Les tensions le long de la Ligne bleue, notamment les hostilités lancées par le Hezbollah et les tirs de roquettes sur Israël depuis le Liban, ainsi que les violations de l’espace aérien libanais par Israël, ont suscité des inquiétudes[3].

ContenuModifier

Le gouvernement libanais a été appelé à faire davantage pour réaffirmer son autorité dans le sud Liban par le déploiement des forces libanaises, et la coopération avec la FINUL et le Secrétaire général[4]. Les parties ont été instamment priées d'assurer la pleine liberté de mouvement de la FINUL et d'assurer sa sécurité. Israël et le Liban ont été invités à honorer leurs engagements de respecter la ligne de retrait identifiée par les Nations unies et toutes les violations aériennes, maritimes et terrestres de la ligne ont été condamnées, en faisant référence aux actes commis du côté libanais.

La résolution a souligné les efforts de la FINUL pour surveiller les violations de la ligne de retrait et les efforts en matière de déminage. Le Conseil a rappelé la nécessité de fournir des cartes supplémentaires de l'emplacement des mines terrestres. Le Secrétaire général a été prié de poursuivre les consultations avec le Gouvernement libanais et les pays fournisseurs de contingents concernant l’application de la résolution actuelle. Il lui a en outre demandé de rendre compte des activités de la FINUL et des tâches menées par l’Organisme des Nations unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST). Le mandat et la structure de la FINUL devaient être constamment réexaminés.

Enfin, le Conseil a conclu en soulignant l’importance d’une paix juste et durable au Moyen-Orient sur la base des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment la 242 (de 1967) et la 338 (de 1973).

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Security Council extends mandate of Lebanon force until 31 January 2006 », United Nations,‎ (lire en ligne)
  2. « U.N. Council Backs Monitors in Lebanon », Reuters,‎ (lire en ligne)
  3. « UN urges Beirut to assert greater control over Lebanon », Lebanon Wire,‎ (lire en ligne)
  4. United Nations, Report of the Security Council, United Nations Publications, , p. 12

Lien externeModifier