République tripartite de Pologne-Lituanie-Ruthénie

République tripartite de Pologne-Lituanie-Ruthénie
(pl) Rzeczpospolita Trojga Narodów
(lt) Trijų Tautų Respublika
(ua) Республіка Трьох Націй

1658–1659

Drapeau Blason
Blason.
Description de cette image, également commentée ci-après
République tripartite de Pologne-Lituanie-Ruthénie en 1658.
Informations générales
Statut Monarchie élective
Capitale Varsovie, Vilnius, Kiev
Langue(s) Latin (officielle), polonais (officielle), ruthène (officielle)
Démographie
Population ≈ 11 000 000 habitants
Superficie
Superficie ≈ 900 000 km2
Roi
Jean II Casimir Vasa

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La république tripartite de Pologne-Lituanie-Ruthénie (en polonais : Rzeczpospolita Trojga Narodów, « république des trois nations »), est un concept récurrent de l'histoire de la république des Deux Nations. La proposition de la création d'un duché de Ruthénie fut faite plusieurs fois, notamment pendant l'Insurrection cosaque de 1648 contre la domination polonaise en Ukraine. Un tel duché de Ruthénie, ainsi que proposé par le Traité de Hadiach, aurait été un membre à part entière de la République polono-lituanienne, laquelle serait devenue la république tripartite de Pologne-Lituanie-Ruthénie. Mais devant l'invasion moscovite, et du fait des divisions entre les cosaques[1], elle ne fut jamais mis en place.

République tripartite de Pologne-Lituanie-Ruthénie en 1658

Deuxième République tripartite de Pologne-Lituanie-RuthénieModifier

 
Le blason proposé pour la seconde république tripartite de Pologne-Lituanie-Ruthénie.

L'idée d'une république tripartite polono-lituano-ruthénienne renaît pendant l'Insurrection de janvier, lorsqu'une manifestation patriotique a lieu à Horodło en 1861. La « Seconde Union de Horodło » y fut annoncée par les nobles de la Pologne du Congrès, de l'ancien grand-duché de Lituanie, de la Volhynie et de la Podolie. La Nouvelle Pologne, fondée sur la Seconde Union de Horodło, devait résulter de l'union de ces trois nations, et les armoiries qu'elle proposait comprenaient l'aigle polonaise, le Vytis lituanien et le saint patron de la Ruthénie, l'archange Michel.

RéférencesModifier

  1. Paul Robert Magocsi (1996). A History of Ukraine. Toronto: University of Toronto Press, pp.221-225. (ISBN 0-8020-0830-5)

Voir aussiModifier