Ouvrir le menu principal

Qui tue qui ?[1],[2],[3],[4],[5],[6], est une formule employée par les médias sous l'argument consistant à dire : « on ne sait pas qui tue qui? », durant la tragique décennie noire en Algérie, où les violences les plus inouïes ont plongé le pays entre 1991 et 2002 dans un conflit armé qui opposa le gouvernement algérien, disposant de l’armée nationale populaire (ANP) et divers groupes islamistes armés[2]. Ce conflit coûta la vie à plus de 60 000 victimes ; d'autres sources avancent le chiffre de 150 000 morts[7]. À cette époque l’Algérie s’est retrouvée isolée sur le plan diplomatique et sécuritaire[8] qui souffre déjà d'un embargo militaire depuis 1993[9].

Sommaire

ContexteModifier

Le Front islamique du salut (FIS) remporta le premier tour des élections législatives du 26 décembre 1991 avec 188 sièges. Le second tour qui devait donner une victoire écrasante à ce parti n'eut jamais lieu. Les élections sont annulées le 11 janvier 1992 par la décision du cénacle militaire des généraux « janviéristes. » L'état d'urgence sera proclamé le 9 février 1992 et le FIS est dissous par voie judiciaire le 4 mars 1992.

À la suite de ce coup de force militaire, les islamistes s'en prennent d'abord aux symboles de l'État, six mois après l'annulation des élections, l'Algérie a basculé dans une violence aveugle ouverte. Assassinats d'intellectuels, de journalistes, de magistrats, de policiers ou de simples citoyens, ainsi que des ressortissant étrangers. Ces violences meurtrières sont attribuées au Groupe islamique armé (GIA), la branche armée du FIS. L'armée lance des grandes opérations « d'éradication » des maquis islamistes. Entre 1992 et 1998, la guerre fait chaque jour autant de morts[10].

Thèse de « Qui tue qui ? »Modifier

Cette formule en vogue à l'époque, reste en partie d'actualité, employée par une pensée de groupe politico-médiatique[11],[12] très actif en Europe et surtout en France[13] pour désigner l'armée algérienne comme seule responsable des massacres sur les civils. Cette pensée de groupe concerne des journalistes, écrivains, éditeurs, avocats des droits de l'homme, anciens militants du Front islamique du salut (FIS), anciens militaires de l'armée algérienne ou personnalités politiques algériennes et étrangères[14]. Les personnes adhérant à cette pensée de groupe sont désignées par la même formule, les « qui tue quistes »[15] qui œuvrent pour le dédouanement des groupes armés islamistes en accusant l'armée algérienne d'avoir pris part aux massacres contre les civils, alors que la responsabilité de ces crimes est souvent imputée à l'époque aux groupes armés islamistes, l'Armée islamique du salut (AIS), le Mouvement islamique armé (MIA) et le Groupe islamique armé (GIA), ce dernier est le plus impliqué dans les massacres que les terroristes revendiquent eux-mêmes au nom du GIA[16].

Plusieurs livres ont été publiés, des documentaires télévisés réalisés, des sites d'information et des chaines audiovisuelles[17] ont vu le jour, en s'appuyant tous sur la thèse de « qui tue qui ? », souvent la plus avancée sur la responsabilité de l'armée algérienne[18].

« Des massacres ont été commis dans des zones de forte densité avec quatre, cinq ou six casernes toutes proches, sans que l'armée n'intervienne. On a laissé faire souvent pour punir des populations qui avaient voté pour le Front islamique du salut (FIS), parfois sans doute aussi dans le but de s'assurer le soutien de la communauté internationale. »

Affaire des moines de Tibhirine au cœur de la thèse de « Qui tue qui ? »Modifier

Article détaillé : Assassinat des moines de Tibhirine.

La même thèse est souvent reprise par les médias français dans l'affaire de l'assassinat des moines de Tibhirine. Leur assassinat sera revendiqué par un communiqué du Groupe islamique armé (GIA) et leurs têtes retrouvées le 30 mai 1996 au bord d’une route de montagne, non loin de Médéa. En l’absence des dépouilles des moines, de nombreuses hypothèses ont depuis circulé quant aux raisons et au scénario de leur mort. Deux thèses s’affrontent en vue d’éclairer cet événement tragique[19]. D’un côté, la thèse de la responsabilité des autorités algériennes accusées d’avoir sciemment éliminé les moines devenus des témoins gênants dans un contexte de guerre civile sanglante ou alternativement, d’avoir passé sous silence une bavure militaire ayant conduit à la mort des religieux au cours d’une opération de ratissage dans le massif blidéen. De l’autre, la thèse de la responsabilité de la nébuleuse islamiste algérienne réunie autour du GIA et de son émir Djamel Zitouni. Le juge Marc Trévidic, chargé du dossier de cette affaire est l'un des tenants de cette thèse de « qui tue qui ? »[20],[21],[22].

Affaire Jean-Baptiste Rivoire - Didier ContantModifier

Jean-Baptiste Rivoire, journaliste à Canal+ et « qui tu quiste ? » notoire, et Didier Contant, rédacteur en chef de l'agence de presse photographique Gamma, enquêtaient tous deux sur l'assassinat des moines de Tibhirine. L'enquête de Didier Contant menée en Algérie n’était pas du goût - ou étant plutôt en contradiction avec la thèse défendue par - Rivoire et ses compères « qui tu quistes »[23].

En janvier 2004, Didier Contant, qui avait publié un premier sujet dans Le Figaro Magazine, s’apprêtait à proposer à l’hebdomadaire un nouvel article contredisant totalement la thèse de Rivoire sur la responsabilité de l'armée algérienne dans l'assassinat des moines. Au cours de sa dernière investigation, le grand reporter avait trouvé de nouveaux témoins affirmant que les moines avaient été assassinés par le Groupe islamique armé (GIA) et il avait recueilli des témoignages mettant en doute la crédibilité des propos d'un certain officier de l'armée algérienne, Abdelkader Tigua. Ce dernier avait déclaré auparavant que les moines ont été enlevés et assassinés par l'armée algérienne[24], thèse défendue par l’équipe de Canal+, comme par les adhérents à la pensée « qui tue quiste ? »[25].

Dans l’intention d’empêcher toute nouvelle publication de son confrère, Jean Baptiste Rivoire a contacté les rédactions parisiennes, en se réclamant de sources dignes de foi, pour accuser Didier Contant d’être un agent des services secrets algériens et français. Didier Contant n’a pas supporté d’être ainsi calomnié et mis en cause dans son intégrité professionnelle[23].

Malgré la gravité des accusations, aucun confrère des rédactions parisiennes ne demanda au journaliste Jean-Baptiste Rivoire d’en apporter la preuve. Profondément atteint dans sa réputation et son honneur, Didier Contant ne supporta pas la calomnie et mouru dans des circonstances troublantes à la suite d'une chute mortelle d’un immeuble parisien alors qu’il s’apprêtait à publier son enquête sur la mort des moines de Tibhirine[14]. L’enquête menée suite au décès conclut à un suicide.

Un seul journaliste posera la question de la responsabilité de son confrère de Canal + dans le décès : Jean-François Kahn, dans l'hebdomadaire Marianne. Condamné une première fois pour diffamation, Kahn remporta le procès en appel qui établissait un lien entre les agissements des journalistes de Canal + et la mort de Didier Contant[26].

Rina Sherman, la compagne de Didier Contant a mené une contre-enquête sur sa mort. Selon elle[27], « Didier Contant a été poussé au suicide parce qu’il n’avait plus d’honneur, de dignité et de crédibilité. Il était ancien rédacteur de l’agence Gamma et avait une situation confortable. Il publiait ses reportages sans aucun problème dans de nombreux magazines, comme VSD, le Pèlerin, etc. Et du jour au lendemain, il devient inacceptable dans toutes les rédactions. On le présente comme un journaliste qui travaille pour le compte des services secrets algériens, qui n’a pas de capacité professionnelle... Je ne sais pas ce qui s’est passé dans l’appartement de son amie, chez laquelle il s’est réfugié, mais ce qui est certain, c’est que cette dernière a fait de nombreux témoignages divergents lors de l’enquête devant l’unité antiterroriste. Lorsque j’ai relevé ces contradictions, la police m’a fait comprendre le contraire. Alors je ne peux espérer autre chose. L’affaire a été classée comme étant un suicide. Aujourd'hui, il est difficile pour les enquêteurs de revenir sur cette thèse. J’aurais pu déposer plainte contre cette femme pour non-assistance à personne en danger, mais mon avocat me l’a déconseillé pour me concentrer sur les circonstances de cette mort. Cette femme n’était pas à l’origine du décès de Contant qui, pour moi, est mort dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. C’est ce qu’on appelle une mort suspecte ».

Son enquête lui a permis de déposer une plainte en février 2004 contre Rivoire, avec constitution en partie civile pour violences volontaires à l’encontre de Didier Contant et de publier un livre, Le huitième mort de Tibhirine aux éditions Tatamis[28],[29].

Reconnu coupable des faits qu'il lui sont reprochés, Jean-Baptiste Rivoire a été condamné à verser une somme de 750 euros. Contactée par le journal El Watan, Rina Sherman, la compagne du défunt, s'est dite soulagée de le voir condamné, même à une petite peine : « Je suis contente. Le compte est fait. J'ai obtenu ce que je voulais puisque les faits reprochés à M. Rivoire se sont avérés justes et qu'il a été finalement condamné par la justice française. »[30].

À la suite de la mort de Didier Contant, aucun journaliste n'a osé reprendre son enquête sur l'enlèvement et l'assassinat des moines de Tibhirine. Aucun journaliste n'a, de plus, osé mener une investigation sur les circonstances de sa mort[11].

Personnalités « Qui tue quistes »Modifier

Notes et référencesModifier

  1. Le français en Algérie : Lexique et dynamique des langues, page 472, Éditions Duculot, Bruxelles, 2002
  2. a et b Christophe Dubois et Marie-Christine Tabet, Paris Alger : Une histoire passionnelle. 2015. Éditions Stock
  3. L'Algérie la désillusion, de Dominique Lagarde, avec la collaboration d'Akram Belaïd et Benjamin Stora.Groupe Express. 2011
  4. Témoignage de Buchewalter sur l'assassinat des moines de Tibhirine. La résurrection loupée de « qui tu qui ? », Le Soir d'Algérie, du 12 juillet 2009.
  5. Passion d'Algérie: chroniques de tourments et d'obsessions, de Badra Moutassem-Minouni. Éditions KARTHALA, 2006.
  6. Rachid Boudjedra, L'Histoire est un boomerang incroyable. Tout sur l'Algérie du 15 février 2016
  7. Les guerres en Afrique depuis 1960. Statistiques mondiales.com
  8. « Nous, en Algérie, on a vécu dix ans de peur contre le terrorisme », Rue89. Publié le 27/11/2015
  9. L'Algérie s'intègre dans l'Empire, par Bernard Ravenel. Confluences Méditerranée - No 45 Printemps 2003, page : 119
  10. Les luttes de clan exacerbent la guerre civile. Le Monde diplomatique. Octobre 1997
  11. a et b La fin d’une thèse... El Watan, 23 mars 2008
  12. a et b Rachid Boudjedra, L'Histoire est boomerang incroyable. Tout sur l'Algérie du 15 février 2016
  13. « Les qui-tue-quittes n'ont aucune preuve de leurs allégations », « La compagne de Didier Contant, Rina Sherman à Liberté »., Nissa Hammadi, Liberté, du 23 mars 2008.
  14. a et b Rina Sherman, Le huitième mort de Tibhirine. Éditions Tatamis. 2007
  15. « Les qui-tue-quistes n'ont aucune preuve de leurs allégations », « La compagne de Didier Contant, Rina Sherman à Liberté »., Nissa Hammadi, Liberté, du 23 mars 2008.
  16. Guy Spitaels, La triple insurrection islamiste, Fayard, 2005
  17. La liste des quelques livres, documentaires télévisés, sites internet et chaines de télévision, mettant en avant la thèse de « qui tue qui ? » :
    Habib Souaïdia, La sale guerre. La Découverte. 2001
    • Abdelkader Tigua et Philippe Lobjois, Contre-espionnage algérien : Notre guerre contre les islamistes. Nouveau Monde. 2008
    • Lounis Aggoun et Jean-Baptiste Rivoire, Françalgérie, crimes et mensonges d'États. La Découverte. 2004
    • Lounis Aggoun : La colonie française en Algérie. Collection Résistances. 2011
    • Lyes Laribi, L'Algérie des Généraux. Max Milo Éditions. 2007
    Hichem Aboud, La mafia des généraux, Éditions Jean-Claude Lattès, 2002
    Jean-Baptiste Rivoire, Le crime de Tibhirine, La découverte coll. « Cahiers libres », 22 septembre 2011
    • Nesroulah Yous, Qui a tué à Bentalha ?. La Découverte, 2000
    Attentats de Paris, enquête sur les commanditaires (90 minutes, Canal+ 2002) de Jean-Baptiste Rivoire et Romain Icard sur la vague d'attentats commis en France en 1995
    Bentalha, autopsie d'un massacre. (Envoyé spécial, (France 2), septembre 1999) de Jean-Baptiste Rivoire, Jean-Paul Billault, Thierry Thuillier et Bruno Girodon
    Le crime de Tibhirine (Spécial Investigation, Canal+), 19 septembre 2011, enquête réalisé par Jean-Baptiste Rivoire)
    Algeria-Watch, site d'information sur les droits humains en Algérie, très connu pour ses thèses de « qui tue qui? »
    Le Quotidien d'Algérie, site d'information généraliste « qui tue quiste ? »
    Mouvement algériens des Officiers libre (MAOL), site des officiers dissidents de l'armée algérienne
    Al Magharibia TV, chaîne de télévision, fondée par les membres du Front islamique du salut, basée à Londres, tous ses programmes au sujet de la période de la décennie noire reposent sur les thèses de « qui tue qui ? »
  18. L'Algérie la désillusion, de Dominique Lagarde, avec la collaboration d'Akram Belaïd et Benjamin Stora, Groupe Express, 2011
  19. Malik Aït Aoudia, Séverin Labat, Le Martyre des sept moines de Tibhirine. Éditions Montparnasse, 2013.
  20. a et b Moines de Tibhirine, Alger souligne que l’enquête algérienne est souveraine. El Watan, du 17 décembre 2013
  21. a et b Le double langage de Trévidic : Daech est un « monstre » à Paris, le GIA est « innocent » à Tibhirine. Algérie patriotique, du 16 novembre 2015
  22. a et b Témoignage de Buchewalter sur l'assassinat des moines de Tibhirine. La résurrection loupée de « qui tu qui ? », Le Soir d'Algérie, du 12 juillet 2009.
  23. a et b Jean-Baptiste Rivoire condamné pour « violences volontaires contre Didier Contant », Le Soir d'Algérie, du 29 novembre 2009
  24. Abdelkader Tigua et Philippe Lobjois, Contre-espionnage algérien : Notre guerre contre les islamistes. Nouveau Monde, 2008
  25. L'Affaire contant devant la 17e chambre du tribunal de Paris. El Watan, du 19 janvier 2006
  26. L'Affaire Contant devant la 17e chambre du tribunal de Paris, El Watan, 19 janvier 2006
  27. Rina Sherman. Auteur de l’enquête sur les moines de Tibhirine. El Watan, du 23 mars 2008
  28. « Les qui tue quistes n'ont aucune preuve de leurs allégations », La compagne de Didier Contant, Rina Sherman à Liberté. Liberté, du 23 mars 2008.
  29. Rina Sherman, Le huitième mort de Tibhirine. Éditions Tatamis, 2007
  30. Affaire Didier contant et moines de Tibhirine : Jean-Baptiste Rivoire condamné. El Watan, 29 novembre 2009
  31. a et b Malik Aït Aoudia et Séverin Labat à Algerie patriotique : « La secte du qui-tue-qui panique » Algérie patriotique, du 20 juin 2013
  32. Rivoire dépose plainte contre Algérie patriotique. Algérie patriotique, du 24 décembre 2013
  33. Libération dépêche un journaliste à Alger pour «corriger» José Garçon. Algérie patriotique, du 17 mars 2012.
  34. Le « j'accuse » de Nesroulah Yous. Par José Garçon.Libération du 25 octobre 2000
  35. « Qui tue qui » : la présence de la fille d’Azoulay à l’Élysée confirme la collusion entre Paris et Rabat. Algérie patriotique, du 12 février 2016
  36. François Gèze se mord les doigts de n’avoir pas pu faire durer le terrorisme en Algérie. Algérie patriotique, du 26 aout 2016
  37. Lounis Aggoun & Jean-Baptiste Rivoire, Fnaçalgérie, crime et mensonge d'État., dont plusieurs pages de ce livre ont soulevé la thèse de « Qui tue qui ? ». La Découverte - 2004
  38. Lounis Aggoun, La colonie française en Algérie. Collection Résistances. 2011
  39. Abdelkader Tigua et Philippe Lobjois, Contre-espionnage algérien : Notre guerre contre les islamistes. Nouveau Monde. 2008
  40. Chronique des années de sang. Éditions Denoël - 2003
  41. Le « j'accuse » de Nesroulah Yous. Par José Garçon. Libération du 25 octobre 2000
  42. Lyes Laribi, L'Algérie des Généraux. pages 177 à 180. Max Milo Éditions - 2007
  43. Les graves accusations de Noël Mamère à l’encontre des autorités algériennes. Algérie-Focus, du 22 janvier 2013
  44. Maître Khadija Aoudia : « Les Français comprennent mieux le terrorisme ». Algérie patriotique, du 29 janvier 2016.
  45. L'instruction sur l'assassinat des moines de Tibhirine au point mort. L'Obs, du 20 décembre 2012
  46. Patrick Baudouin : ce Belge qui a consacré sa carrière à couvrir les crimes des terroristes. Algérie patriotique, du 26 mars 2016

Articles connexesModifier