Quatuor Capet

quatuor à cordes français fondé en 1893

Le Quatuor Capet est un quatuor à cordes français, fondé en 1893, qui a existé jusqu'en 1928 ou plus tard. Il a réalisé un certain nombre d'enregistrements et a été considéré comme l'un des plus importants de son temps.

MembresModifier

Les membres du Quatuor Capet (à part le chef, Lucien Capet, 1893–1928) ont connu cinq formations et sont présentés différemment selon les sources. La composition de l'équipe originale a inclus un musicien nommé Giron (1893–1899), Henri Casadesus (1893–1899, 1903–1905 et 1909–1914)[1] et Marcel Casadesus (1909–1914) – oncles du célèbre pianiste Robert Casadesus – qui jouaient de l'alto et du violoncelle au sein du groupe et qui ont souvent répété dans la demeure familiale des Casadesus[2].

En 1903, on trouvait[3] (après avoir été brièvement composé de Firmin Touche, 2e violon, Édouard Nadeau, alto et Cros Saint-Ange, violoncelle en 1903, année du retour parisien de Capet) :

En 1909, (Touret jouant dans le quatuor Boucherit-Hekking et Hasselmans se consacrant à la direction d'orchestre)[1] l'équipe s'est presque fixée et après l’interruption de la guerre, et à la mort de Marcel Casadesus, a poursuivi dans les années 1920 jusqu'à faire les enregistrements bien connus :

  • Premier violon : Lucien Capet
  • Second violon : Maurice Hewitt
  • Alto : Henri Benoît
  • Violoncelle : Marcel Casadesus (1909–1914) puis Camille Delobelle (1918–1928)

OriginesModifier

Lucien Capet (Paris, 1873) a été élève de Morin au Conservatoire de Paris et se produit souvent comme un soliste, notamment avec les Concerts Lamoureux. Il enseigne au Conservatoire de Bordeaux de 1899 à 1903 (ce qui interrompt les concerts de l'ensemble) et à partir de 1907 à Paris. Il laisse trois quatuors à cordes et un ouvrage sur l'art de l'archet.

Louis Hasselmans (Paris, 1878) remporte le premier prix au Conservatoire de Paris en 1893 et joue ensuite comme violoncelliste avec les Concerts Lamoureux. Plus tard, il a également été chef d'orchestre, notamment attaché à l'Opéra Comique.

En 1924, même s'il a été dit que le quatuor s'est consacré principalement à l'interprétation du répertoire de Beethoven[4], il a consacré quelques concerts chaque année à la musique moderne. Il est considéré comme le quatuor à cordes le plus célèbre de tous les quatuors français, avec son cadet le Quatuor Calvet[5].

EnregistrementsModifier

Effectués vers 1925-1930.

Une réédition la plus complète a été entreprise par le label Opus Kura en cinq volumes[6]. Les Beethoven ont paru chez Strings et une anthologie avec Debussy, Ravel chez Biddulph.

Sources et bibliographieModifier

  • A. Eaglefield-Hull, A Dictionary of Modern Music and Musicians (Dent, Londres 1924) (OCLC 397920)
  • Lucien Capet La Technique supérieure de l'archet où abondent les exemples et les détails (Paris, 1916 ; rééd. 1952 Salabert) (OCLC 65892302 et 21434450)
  • R.D. Darrell, The Gramophone Shop Encyclopedia of Recorded Music (New York, 1936) (OCLC 598224)
  • François Laurent (propos recueillis par), « Le Quatuor Capet par Chiara Banchini », Diapason, Paris, no 544,‎ , p. 112 (ISSN 1292-0703, OCLC 31049180)

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Capet Quartet » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale depuis 1900, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1289 p. (ISBN 2-221-10214-2, OCLC 300283821, notice BnF no FRBNF39258649), p. 1204.
  2. Quatuor Capet Photo
  3. Quatuor Capet Photo avec les nouveaux membres
  4. 1069 exécutions de quatuors de Beethoven entre 1918 et 1928, comme le note Henri Benoît. Pâris 2004, p. 1204.
  5. Jean-Michel Molkhou, Diapason no 466, janvier 2000, p. 53.
  6. Les albums 4 et 5 ont été distingués de Diapasons d'or, et les autres de « cinq clés » par le magazine Diapason en février 2007.

Liens externesModifier