Prison de Brandebourg

(Redirigé depuis Prison de Brandenbourg)

La prison de Brandebourg-Görden (Zuchthaus Brandenburg-Görden) est située dans le quartier de Görden de la ville de Brandebourg-sur-la-Havel. Construite entre 1927 à 1935, elle était alors considérée comme la prison la plus sûre et la plus moderne d'Europe. Elle était conçue pour 1 800 détenus environ.

Bâtiment principal de la prison de Brandenbourg en 1931.

Pendant le Troisième Reich, de 1933 à 1945, jusqu'à 4 300 personnes y ont été enfermées simultanément : 1 722 personnes y ont été exécutés pour des motifs politiques à partir d' ; 652 autres détenus y sont morts de maladie dont la tuberculose et sept autres s'y sont suicidés pour échapper aux nazis.

Environ 10 000 handicapés mentaux ou autres malades ont été gazés dans la vieille prison de Brandebourg dans le cadre du programme d'euthanasie Aktion T4.

L'Armée rouge a occupé la prison le . Après la Seconde Guerre mondiale l'armée soviétique y a enfermé jusqu'en 1947 des Russes ayant collaboré avec les Allemands, principalement des membres de l’armée Vlassov.

La République démocratique allemande a également utilisé la prison pour y détenir des opposants politiques.

Quelques détenus notoiresModifier

Détenus morts ou exécutés à la prisonModifier

  • Walter Arndt, zoologue, exécuté le
  • Jean Arnolds, prêtre catholique belge et résistant, décapité à la hache le . En fait par le fallbeil, guillotine allemande, utilisée par les nazis pour améliore le « rendement ».
  • Friedrich Aue, communiste et résistant, exécuté le
  • Bernhard Bästlein, communiste et résistant, exécuté le
  • Bruno Binnebesel, prêtre catholique et résistant, exécuté le
  • Max Borrack, résistant, exécuté le
  • Walter Budeus, communiste et résistant, exécuté le
  • Hermann Danz, communiste et résistant, exécuté le
  • Henri-Clotaire Descamps, résistant, La Vérité française, exécuté le
  • Friedrich Fromm, impliqué dans le complot du 20 juillet 1944, exécuté le
  • Georg Groscurth, fondateur du groupe de résistance Union européenne, exécuté le
  • Michael Hirschberg, résistant du SPD exécuté le
  • Franz Jacob, communiste, exécuté en 1944
  • Franz Jägerstätter, objecteur de conscience, exécuté le , bienheureux catholique
  • Erich Knauf, écrivain, exécuté le
  • Wilhelm Knöchel, communiste et résistant, exécuté le
  • Alfred Kowalke, communiste et résistant, exécuté le
  • Krista Lavíčková, résistante, exécutée le
  • Arthur Ladwig, communiste et résistant, exécuté le
  • Albert Merz, objecteur de conscience christadelphe, exécuté le
  • Max Josef Metzger, prêtre catholique, à partir de 1943, exécuté le
  • Joseph Müler, prêtre catholique, exécuté le
  • Theodor Neubauer, communiste et résistant, exécuté le
  • Siegfried Rädel, communiste et résistant, exécuté le
  • Franz Reinisch, prêtre catholique, exécuté le
  • Kurt Ritter, communiste et résistant, exécuté le
  • Friedrich Rödel, communiste et résistant, exécuté le
  • Anton Saefkow, communiste, exécuté le
  • Willi Sänger, communiste et résistant, exécuté le
  • Johann Schellheimer, communiste et résistant, exécuté le
  • Otto Schmirgal, communiste et résistant, exécuté le
  • Martin Schwantes, communiste et résistant, exécuté le
  • Bernhard Schwentner, prêtre catholique, exécuté le
  • Werner Seelenbinder, sportif et communiste, exécuté le
  • Max Sievers, libre-penseur, exécuté le
  • Sigurd Speidel, objecteur de conscience Témoin de Jéhovah, exécuté le
  • Michel et Charles Stoven, résistants, réseau « Mithridate-Bressac-Raspail », exécutés le
  • Franz Virnich, juriste et étudiant catholique, exécuté le
  • Ernst Volkmann, objecteur de conscience catholique, exécuté le
  • Martin Weise (de), communiste et résistant, exécuté le
  • Johannes Wüsten (de), écrivain et communiste, à partir de 1942, exécuté le
  • Walter Zimmermann, résistant (Organisation Saefkow-Jacob-Bästlein), exécuté le , 1945

Lien externeModifier

SourceModifier

Sur les autres projets Wikimedia :